CMS

La Collection NosEnchanteurs/EPM dans Télérama

Copie de Pochette CD collection NE_DimeyMa collègue Catherine dit en substance et non sans malice « On critique tout le temps Télérama, mais quand on y est dedans on est bien content. » C’est vrai qu’à chaque numéro de cet hebdo de curiosités intellectuelles et artistiques, qui fait de plus programme télé et radio, nous nous lamentons de cet entre-soi, ce parisianisme et cette exclusivité donnée aux gros labels, gros spectacles, gros éditeurs, gros festivals, à tout ce qui sent l’espèce sonnante et trébuchante. Barjac y est un OVNI et Télérama ne fait hélas pas dans l’ufologie. Les petits n’y ont pas leur place même si ce sont eux qui forment le gros bataillon de leurs abonnés, dont je suis.

Cette semaine est un numéro un peu plus gros, dos carré pour en mesurer l’importance : c’est spécial cadeaux à faire, à se faire, «pour finir l’année en douceur ».

Deux pages consacrées aux cadeaux « chanson », c’est rare à présent un numéro de Télérama où la chanson se taille autant de surface. Ce sont en très grand majorité des coffrets qui sont ici promus : Jane Birkin, Renaud, Alain Bashung, Barbara, Hugues Aufray, Philippe Chatel… que des produits de tête de gondole à la Fnac ou à l’Espace culturel Leclerc, c’est sans risque, comme si le journaliste accusait réception de ces coffrets et remerciait ainsi les gros labels qui toute l’année ont bourré sa boîte aux lettres. ­

La surprise vient de ce disque qui n’est ni coffret ni publié par une major, mais retenu dans cette sélection : le « Bernard Dimey / Ce qu’ensemble on a vu » sorti durant l’été chez EPM.

Télérama articleNous on le connaît ce disque, et pour cause : il est le troisième volume de la Collection NosEnchanteurs. C’est dire si nous sommes contents. Contents pour les artistes qui sont dedans, contents pour ce courageux petit label qui n’édite vraiment que du bon (ces derniers jours, le nouvel et dernier album d’Anne Sylvestre, le coffret de l’intégrale Romain Didier, l’ultime disque de Graeme Allwright, le second volume des inédits de Brassens par Yves Uzureau, dans quinze jours le nouveau Georges Chelon… que de l’excellent vous dis-je !

Et, pour avoir concocté cet album « Dimey », je dois avouer ma satisfaction. Bon, l’article prête à confusion, à mettre surtout en valeur ce qui ne se trouve justement pas dans ce disque : Syracuse et Renaud. Mais l’album est signalé, signalé car remarqué, apprécié, et c’est cela l’essentiel.

Dès que j’ai émis le projet d’un Dimey, une amie m’a lancé Syracuse comme une évidence, un incontournable de cette sélection. Eh ben non, surtout pas ce titre-là, pas non plus ces interprètes qui sont sur toutes les compilations. Mais d’autres, bien plus nombreux, je n’ose dire plus talentueux mais le pense tout de même. Que des gens à l’ombre des gros labels, gros médias, de la notoriété : JeHan, Valérie Mischler, Mélanie Dahan, Yves Jamait, Jean-Michel Piton, Les Grandes Gueules a cappella, Guilam, Moro et Sanseverino, Mon Côté Punk, Cyril Mokaiesh, Nicolas Bacchus, Claire Taïb, Frasiak, Rémo Gary et Michèle Bernard, On vient chez vous, Cris Carol, Dominique Dimey, Francesca Solleville, Les Croquants.

Rappelons que les deux premiers volumes de cette collection sont consacrés à Gaston Couté et à Georges Brassens. Que d’autres albums vont suivre (le prochain sera sur Louis Aragon, puis nous iront sur Ferré, Renaud et Font), tous d’une même qualité, d’une même exigence. Qui tous méritent ou mériteront du lectorat de Télérama.

Puisque je parle d’EPM, le vaillant petit label fait son black friday à lui, toute une semaine, en vendant nombre de ses collections à moins 40 %.

 

 

Yves Jamait « La salle et la terrasse » : Image de prévisualisation YouTube

 

Valérie Mischler « Frédo » : Image de prévisualisation YouTube

2 Réponses à La Collection NosEnchanteurs/EPM dans Télérama

  1. Gallet 27 novembre 2022 à 8 h 02 min

    J’étais aussi abonné de longue date à Télérama ; je viens d’écrire pour me désabonner, pour deux raisons : les deux pubs pour des croisières, et la place consacrée à la chanson qui nous importe. Elle n’existe dans l’hebdo, et dans ce numéro, qu’avec des morts, des morts-vivants ou des qui font du blé avec des morts. Je parle pas de Dimey, c’est l’exception.

    Répondre
    • Michel Kemper 27 novembre 2022 à 10 h 21 min

      Je comprends ces deux raisons, il y a effectivement de quoi se poser des questions…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives