CMS

Voé, vingt ans et toutes leurs dents, plus même

Voé, en répétition, sur la scène du TGV (photos Michel Kemper)

Voé, en répétition, sur la scène du TGV (photos Michel Kemper)

Voé, 14 octobre 2017, Théâtre de la Grille Verte à Saint-Etienne,

 

« Dans les voiles du vent / Dans les voiles du temps… » Le vent, le temps, c’est sans doute là où se situe Voé. De toute façon à l’écart de ces courants musicaux qui souvent brassent du vent, ne prenant jamais la peine de s’amuser à réfléchir. Voé, lui, se cherche. Tout le temps. S’amuse de ses (re)trouvailles et se réinvente chaque fois. Voé ? ne cherchez pas : les plus brillants musicologues s’y sont cassé les dents, on a dit de Voé qu’il était un OMNI, objet musical non identifié, et ne comptez pas sur l’inculture des Inrocks pour oser une définition. Ne comptez sur aucune presse d’ailleurs, même pas celle de Saint-Etienne qui ne sait même pas saluer les vingt ans de ce duo du cru à nul autre pareil : que je sache, l’antonyme de Progrès est décadence, dégénérescence, recul, régression…

Voé, se sont Françoise Brobst et Isabelle Lentin. Si leur chant est sans âge, elles ont cependant celui d’être grand-mères. Sans âge mais pas tout à fait intemporel : quand elles nous chantent les méfaits de l’homme, c’est de celui d’aujourd’hui dont elles nous entretiennent. Homme avec ou sans le H majuscule, leurs propos n’étant jamais d’un féminisme à fleur de peau. Avec humour, elles ont paré la salle de sous-vêtements féminins qui alternent avec les affiches de leur « carrière ».

La première approche que nous pouvons avoir de Voé est par leur musique. De toute façon la première chanson est dans une langue qu’aucun linguiste ne connaît à ce jour. La seule piste que Françoise Brobst nous donne se perd dans le mystère d’un possible Brocéliande, à l’ombre des dolmens en fleurs… Peut-être d’une Bretagne d’entre la Pangée et maintenant, nul ne le saura. C’est quasiment tribal, organique. Etrange et beau, au-delà des mots. Ça fait incantations, rites initiatiques d’où fusent des formules, des dénonciations, des résolutions. Et des formules et questionnements philosophiques qu’on tiendra et retiendra pour possibles mantras. « La vie a le temps pour elle / Sans toi ». « Est-ce que ça sent le tabac froid / Quand on casse sa pipe ? » Reste que la tonalité est sombre, « dans les bas-fonds de la misère qui tourne en rond ». Les vents sont contraires, « le temps qui ne passe plus dans l’estuaire de la vie / Jette son ordinaire d’absurdité / comme une ombre de paradis. »

Drôle de cimaises, drôle de groupe

Drôle de cimaises, drôle de groupe

Françoise au violoncelle, Isabelle aux percussions et aux accordéons chromatiques. Les sons se nourrissent en harmonie, s’embrassent et s’attisent mutuellement. Du presque calme à l’incandescence. Et la violence des notes et des mots, à l’évocation des femmes battues, violées. Des guerres, même si les flocons égarés dansent. Même la route bleue est vite rouge quand elle traverse le chemin des animaux : « Le hérisson est champion / Un vrai pigeon, ce con ! » Tout est scansion, tension. Les cordes et les peaux se tendent. Et nous de serrer nos poings.

En ce jour anniversaire, une troisième comparse, de fait exceptionnelle, vient les rejoindre : Luna Valentin, à la contrebasse, pour quelques titres. Joute entre générations, relève possible ? On peut le souhaiter. Tenter de faire vivre Voé en convoquant des mots est, je le sais, illusoire, vain. Vous dire que toute une salle fut emballée est plus facile mais ne vous enseigne pas plus de l’art de ces deux femmes. Si l’art et la culture voulait dire quelque chose aux programmateurs, vous auriez la chance de les applaudir pas loin de chez vous. Offrez-leur des scènes, des Smac, des festivals, elles y allumeront le feu !

 

Le site de Voé, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit d’elles, c’est là.

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives