CMS

Jérémie Bossone : premier roman, de rock et de piraterie

Jérémie Bossone (photo DR tirée de la page facebook de l'artiste)

Jérémie Bossone (photo DR tirée de la page facebook de l’artiste)

La différence d’avec un autre livre, c’est que là, pour les connaître, il nous semble entendre la voix, le chant de l’auteur, rien qu’en le lisant. C’est en notre tête typographie sonore avec ses grondements et ses lyrismes, ses pleins et ses déliés, tête de lecture qui s’en va explorer les mots, dénicher leur sonorité, évaluer leur portée. Dans un milieu de song, de writer. De songwriter.

On ne peut lire autrement ce premier roman de Jérémie Bossone si on possède ses disques, d’autant que le jeune écrivain nous conte l’histoire d’un chanteur à la carrière fluctuante, difficile, où le public et le succès tardent à venir, vie bousculée, tourneboulée par un message dans une bouteille, promesse d’une insolite chasse au trésor. « Les ventes de l’album plongeaient. Les dates de concerts lui emboitaient le pas. Ma carrière s’enfonçait. J’écumais les bistrots parisiens… » Dans ce roman de rock et de piraterie, où est la part de la fiction, où est celle d’une autobiographie augmentée, revisitée, romancée ?

« Un soir je rencontrai ma marraine en chanson, Anne Sylvestre, au Limonaire (…) Avec ses cheveux rouges, coupés courts, et ses chansons ciselées, Anne Sylvestre, c’est comme un punk qui aurait peint la Chapelle Sixtine. D’ailleurs côté mélodies, j’ignore si Michel-Ange avait son talent, mais je sais qu’en revanche elle enfonce bien des Johnny Rotten. »

66d4911396Crimson glory est un aventureux chassé-croisé entre une intrigue et un décor fait pour partie d’artistes, du métier d’artiste, gloire et servitude. D’une écriture certes élégante, qui n’hésite pas à convoquer ici et là des mots inconnus de la littérature française. Surtout fluide, efficace. Et, ma foi, très agréable. Avec des repères : l’évocation, au hasard des pages, de piliers de la littérature, du cinéma, bien sûr de la chanson. Victor Hugo, Bernard Blier, Georges Brassens ici ; Francesca Solleville, Allain Leprest et Jean Ferrat là… Et sur la mer ou sur la mare (aux canards, dirait le natif de Sète), ce Crimson Glory qui fend les flots avec le narrateur pour passager, coiffé d’un bicorne de feutre bleu turquoise, brodé aux armes de ce navire. Pimpant.

Etrange livre. Passionnant livre.

Parfois nous arrive un bouquin où, pour rendre hommage, l’auteur amateur de chanson tente, souvent péniblement, au chausse-pied, d’y faire rentrer des titres de chansons, des noms d’artistes. Ça ne donne ni ne sonne généralement pas grand-chose. Là, l’auteur-narrateur vit sa vie d’artiste parmi les siens et ça change tout. Liquide amniotique où flotte le Crimson Glory. De surcroît, il vit l’aventure, le doigt suivant ses méandres dessinés sur une carte au trésor…

Faut pas spoiler, pas dévoiler l’intrigue. Juste vous dire que, que vous connaissiez Bossone ou non, que vous aimiez la chanson ou non (mais encore plus si c’est le cas) vous aimerez ce livre. Qui se dévore du coucher au petit déjeuner, dans l’étrange silence d’une nuit captivée.

On saluera l’auteur. Et l’éditeur, ce jeune éditeur qu’est Lamao, qui décidément n’a publié que du bon dans son parcours tout beau tout neuf.

 

Jérémie Bossone, Crimson Glory. Lamao éditions, 222 pages, 16,90 euros. Le site de Jérémie Bossone est actuellement « en refonte », sa page facebook, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit de lui, c’est là. Le site de Lamao éditions, c’est ici.

Image de prévisualisation YouTube

bbbbbb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives