CMS

Elisa Point et Alain Klingler : l’écran noir de leurs nuits blanches

Elisa Point et Alain Klingler -photo DR et Thyl Detre)

Elisa Point et Alain Klingler (photos DR et Thyl Detre)

Ce disque mériterait tant sa chronique dans NosEnchanteurs (chose faite à présent) que dans les pages des Cahiers du Cinéma, tant il nous parle non forcément de films précis, encore que, mais d’un langage et d’une mémoire cinématogra- phiques, nous suggérant plus l’émotion qui se projette en temps normal sur grand écran. Avec des personnages toutefois qui hantent ce disque, tout au long des quatorze plages : les deux Isabelle (celle de Possession ; celle de Madame Hyde), Pier Paolo Pasolini… « Ce soir la nuit rentrera tard évoque un cinéma connu ou inconnu de nous, réunissant le pire et le meilleur de nos antécédents cinématographiques. Ce soir la nuit rentrera tard est une dramaturgie musicale avec des moments extrêmement physiques dans l’intériorisation vocale qui s’aventure sur des terrains aussi vagues que la chanson, la poésie sonore, le up-tempo électro ».

C’est du parlé-chanté, presque susurré, sous tension, tant qu’on ne veut pas en manquer la moindre scène, la plus furtive image, le plan, le panoramique qui suit. « On s’éloigne on se rapproche, nos vies sont toujours à la lisière / On s’éloigne on se rapproche, d’aujourd’hui ou bien d’hier… » Oui, ce disque a quelque chose de captivant, de réellement envoutant : forcément il ne s’écoute pas à la manière d’une autre. Ici, c’est un tout, chaque titre participe à la projection, à la leur comme à la nôtre.

ce-soir-la-nuit-bigJe parlais d’émotion(s), on parlera tout autant de tendresse, de recherche de tendresse (« le prix à payer est ce corps qu’on aimerait échanger, magnifier »), sur l’écran noir de leurs nuits blanches. Avec le lot de dangers inhérents, de mauvais rêves, d’espoirs, de transgressions et de perversions, que souligne une musique qui va naturellement, soyeusement, du classique à l’électro, ici minimaliste, là tentée de lyrisme.

Disque hors du chant commun, qu’il serait attristant de laisser à la marge, de n’en point goûter : il est l’occasion, au moment précis de leur partage, de ce chef d’œuvre discographique qu’il est, d’entrer en connaissance avec Alain Klingler, avec Elisa Point, qui tous deux sont déjà à la hauteur d’une œuvre respective et respectable. Point et Klingler gravitent l’une et l’autre depuis des lustres dans la chanson, avec chacun des rencontres, des croisements, des partages. Ainsi, trois des plus récents albums d’Elisa Point (qui, comme Klingler, est à la hauteur d’une discographie importante) sont des enregistrements avec Léonard Lasry.

 

Elisa Point et Alain Klingler, Ce soir la nuit rentrera tard, Ad Libitum 2018. Le site d’Elisa Point, c’est ici ; celui d’Alain Klingler, c’est là. Ce que NosEnchanteurs a déjà dit d’Alain Klingler, c’est ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives