CMS

Georges Chelon, d’amours et de regrets

Georges Chelon (photo Lise Ritter, page facebook Georges Chelon)

Georges Chelon (photo Lise Ritter, prélevée à la page facebook de Georges Chelon)

25 avril 2019, La Mutualité, Lyon,

 

« Il était convenu / Quon se retrouve un jour / Et les jours ont passés / Et jattendais toujours… » Tant que Georges Chelon chantera, on ira le voir, le revoir, comme on va à une source, pour le bien-être, pour y entendre vivre des chansons d’il y a parfois longtemps. Et prendre des nouvelles. Qu’importe s’il faut parfois venir de loin, comme ce soir encore, affrontant les colères du ciel pour être fidèle au rendez-vous.

De loin, sous les projecteurs, on se dit qu’il n’a pas pris une ride ; sa voix est quasi la même, comme léternel jeune chanteur quil est. Seul le blanc des cheveux trahit l’âge. La voix est douce. Lui est à la guitare ; son complice Pilou trône au milieu de cuivres à profusion et de parcimonieuses programmations qui parfois convoquent un bien plus grand orchestre.

« Où tu mentraînes, dis / Où tu m’entraînes / Je sens je tombe, dis / Je sens je tombe / Mais que c’est bon, dis… » Il y a dans les paroles de Chelon des tombereaux d’amours et de regrets, de cœurs perdus que le hasard retrouve longtemps après, à la faveur d’une adresse. Et des tonnes d’empathie. Depuis des décennies, ce troubadour scrute et consigne l’état du monde ; son écriture tombe toujours juste. Comme quand il chante le tourisme au cœur des favelas brésiliennes, autre façon d’envisager Rio : « La terre sous leurs pieds est pleine de richesses / Ils n’en verront jamais la couleur et du reste / Ils vivent dans des taudis à côté des buildings / C’est là tout leur standing / Plus un carré de ciel ». Comme quand il nous fait inquiétant mais réaliste requiem sur un avenir proche : « Vous allez voir mourir le dernier ours blanc / Et le dernier dauphin, la dernière baleine / Disparaître à jamais le dernier éléphant / Et rien que de le dire ça me fait de la peine… » Oui, si la chanson élégante et romantique de Georges Chelon aime à décliner les jeux de l’amour, elle n’en est pas moins constamment inquiète de ce monde qui va cul par dessus tête. Sans crier gare, sans lever le poing, les mots de lartiste sont toujours d’une redoutable précision, qui aident à remettre les idées en place. Chelon est dans le temps présent.

A noter la discographie nourrie de Georges Chelon, presque un album par an. Les derniers albums en date sont On n'est pas tout seul, en 2017 (avec entre autres le titre Toujours en colère et la reprise de La belle endormie, suite au massacre de Charlie-Hebdo), une double compilation en 2017 (20 titres en studios, parmi lesquels de grands classiques, et 17 autres en public) et un sept titres ("(Parenthèses)" en ce début 2019 dans l'attente de son nouvel album prévu pour le second semestre. Toute sa discographie est chez EPM. A noter aussi, c'est important, la sortie d'un livre de plus de 600 pages reprenant l'intégralité des textes des chansons de Georges Chelon : plus de 400 chanson tout de même ! C'est paru aux éditions Les mots magiques/EPM et ça coûte 15 euros.

A noter la discographie nourrie de Georges Chelon, presque un album par an. Les derniers albums en date sont On n’est pas tout seul, en 2017 (avec entre autres le titre Toujours en colère et la reprise de La belle endormie, suite au massacre de Charlie-Hebdo), une double compilation en 2017 (20 titres en studios, parmi lesquels de grands classiques, et 17 autres en public) et un sept titres ((Parenthèses)) en ce début 2019 dans l’attente de son nouvel album prévu pour le second semestre. Toute sa discographie est chez EPM. A noter aussi, c’est important, la sortie de Les mots, un livre de plus de 600 pages reprenant l’intégralité des textes des chansons de Georges Chelon : plus de 400 chanson tout de même ! C’est paru aux éditions Les mots magiques/EPM et ça coûte 15 euros.

Tellement qu’a la manière d’un chansonnier, Chelon écrit-il plus vite que la musique, que le vent et le feu ? Les braises de Notre-Dame de Paris sont à peine éteintes que, sur scène, il nous chante déjà les ruines de la cathédrale : « On va reconstruire Notre-Dame / Païens, croyants / Elle s’est enflammée dans la nuit / Et cette torche de lumière / A éclairé la Terre entière ». Il ne faut pas cinq ans ni cinq jours à Chelon pour reconstruire cet espoir de pierre là. Mais « Du temps en aurons-nous pour refaire / Tout ce que l’homme a pu défaire / Tout tout va si vite maintenant / Nous reste-t-il assez de temps / Pour mettre un terme à la colère / A l’injustice, à la misère / Je sais je suis artiste cependant / Comment peut-on faire autrement ? » Notons qu’à ce précis moment, à la télévision, le président tente justement de ne pas répondre à cette question…

Une faute de goût, une seule mais de taille, dans ce récital. Fatigué de le chanter à chaque concert depuis plus d’un demi-siècle, Chelon s’est amusé sur Père prodigue, en lui collant un rythme de samba. Du coup les vers perdent tout leur sens, leur colère, leur indignation. N’en reste plus rien et « on n’a pas tué le veau gras », à peine applaudi ou alors par politesse. S’il y a une chanson que le public venait entendre ce soir, c’était celle-là. Ou plutôt deux, Chelon se rattrapant sur Sampa : « Je m’appelle Sampa / Et bien que chien bâtard / Je fais tourner la tête / A bien des pedigrees… » A qui d’ailleurs appartient une chanson-culte telle que Père prodigue ? Au public je crois, qui l’a fait sienne depuis longtemps et n’aime pas qu’on la travestisse ainsi.

Quatre-vingt dix minutes passées avec Georges Chelon, c’est forcément bien trop court, tant le répertoire est grand, tant l’artiste est rare, lui aussi passé à la trappe des médias. Mais dont le public est toujours là. Et c’est autre grand plaisir, autre enseignement, d’un tel et délicieux récital.

 

Le site de Georges Chelon, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit de lui, c’est là. Pour se procurer les disques et le livre de Georges Chelon, le site d’EPM musique.

 Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives