CMS

Namur 2019. Clara, les chics types et les autres…

Clara Luciani à Namur (photos Christophe Dehousse)

Clara Luciani à Namur (photos Christophe Dehousse)

Les Solidarités, Namur, 25 août 2019,

 

En clôture de cette édition 2019, une récidiviste. En effet, Clara Luciani était déjà de la cuvée 2018. Encore quasi débutante à l’époque, elle avait été programmée sur la petite scène du chapiteau. Sa popularité était toutefois déjà telle que l’endroit fut vite saturé et nombre de gens ne purent accéder au concert. Frustration, j’écris ton nom…

Erreur réparée en 2019. La revoici donc, mais dans un espace digne de son succès : sur la grande scène de l’Esplanade. Avec encore plus de public désireux de l’entendre. Car la néo-Françoise Hardy a fait son trou depuis la parution au printemps 2018 de son 1er album, Sainte Victoire. Et, chose ô combien appréciable, elle a très nettement bonifié.

Nous avions pu l’applaudir lors des Francofolies 2018 (voir notre compte-rendu). Un concert qui nous avait incontestablement fait bonne impression, même si la chanteuse nous avait un peu laissé sur notre faim. Le contraste avec ce que nous avons pu apprécier ce dimanche soir est immense. A tous points de vue.

69710276_388234878529950_1106267564087967744_nSi la formule musicale est restée la même, les moyens ont grandi, proportionnellement à la taille des scènes qu’elle arpente désormais. C’est maintenant avec un beau décor de fond que la belle se produit, évoquant les vitraux d’une cathédrale. Pas forcément en rapport avec le thème de ses chansons, mais qui en met plein les mirettes. De même dispose-t-elle à présent d’un light-show à la hauteur de son succès. Mais surtout, l’artiste a pris de la bouteille et domine son sujet. Oubliée, la chanteuse un peu timide qui enchaînait les morceaux sans mot dire. Avec plus de 200 concerts derrière elle, ses multiples récompenses et ses tubes repris en chœur, Clara Luciani a l’aisance d’une grande. Elle sourit, nous explique la genèse de quelques titres, fait monter une spectatrice sur scène pour danser avec elle, le tout sur des musiques aux arrangements très rock… La cerise sur le gâteau reste succulente : sa voix, rauque et griffée, qui la distingue à jamais du tout-venant.

Le concert s’est achevé sur ses deux grands succès. La Grenade, bien entendu, dont le refrain sera repris par les milliers de voix de l’assistance. Et puis cette ode sensuelle, cette invitation à la beauté et à la nonchalance, La baie, adaptation française du morceau anglais de Metronomy. On est si bien sur la baie, nous chante Clara. On était bien à Namur aussi.

 

Le site de Clara Luciani, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit d’elle, c’est là. Image de prévisualisation YouTube

 

Namur 2019, c’était aussi…

69666175_232632297631185_307414783882166272_nFestival familial, les Solidarités n’hésitent pas à aller piocher dans la variété aux senteurs TF1 pour satisfaire son public nombreux. L’occasion pour nous d’apprécier la prestation scénique de la nouvelle idole des enfants et ados, Aya Nakamura. Dont il n’y a malheureusement pas grand-chose à dire, le concert ressemblant davantage à une prestation télévisée. Devant son portrait en toile de fond, entourée de deux musiciens et deux choristes, la chanteuse semble peu concernée, défile sur la scène plus qu’elle ne l’habite, esquisse quelques pas de danse, nous chante son Djadja et s’en va. Les gamines sont aux anges. Les plus âgés en profitent pour reprendre une bière.

kenjiRebelote avec Kendji Girac ? Pas tout à fait. Certes, le répertoire du jeune gitan souriant oscille entre Frédéric François et les Gipsy Kings et sa musique évoque davantage le Club Med que l’Andalousie profonde, mais au moins faut-il lui laisser qu’il se donne à fond et dégage une sympathie immédiate. Comme ses six musiciens ne sont pas manchots, on suit le concert sans trop d’ennui, en s’étonnant de connaître une bonne part des chansons, même à son corps défendant.

Jeanne Added (photo non créditée)

Jeanne Added (photo non créditée)

Beaucoup plus à notre goût furent les prestations de Charlie Winston et de Jeanne Added. Comme ils chantent en anglais, nous ne nous étendrons pas. Sachez seulement que le premier est une bête de scène, qui a su charmer son auditoire par la seule force de ses chansons (il n’a jamais que son Like a hobo comme tube) et son charisme fracassant. Quant à la seconde, petite boule de nerf qui arpente la scène comme un boxeur le ring, elle nous a littéralement subjugués. Son électro-pop, guère mélodique, joue la carte de la puissance et de l’oppression. Qui s’y laisse prendre ressort du concert lessivé, mais heureux. De l’adrénaline à l’état pur.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Une réponse à Namur 2019. Clara, les chics types et les autres…

  1. les oiseaux de passage 4 septembre 2019 à 12 h 39 min

    Merci

    Répondre

Répondre à les oiseaux de passage Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives