CMS

Augustine Hoffmann, Loïc Lantoine, sur un plateau

Augustine Hoffmann à la MJC de Venelles ©Nicolas Blanchard

Augustine Hoffmann en mai à la MJC de Venelles ©Nicolas Blanchard

Nous vous avions rapidement annoncé la programmation 2019-2020 de la MJC de Venelles, lors du dernier concert de la saison 2018-2019 en co-plateau, Sarah Olivier précédée de Manu Galure. 

L’année passée ouverte sous des auspices inquiets, avec une menace de suppression de subvention, fut heureusement un quinzième anniversaire réussi fêtant la création à Venelles de l’activité Chanson d’expression francophone, dans toute sa diversité, dans notre région qui n’est pas la plus favorisée à ce titre. 

En 2003 ce fut Allain Leprest qui ouvrait le bal…Cette année ce sont Entre 2 caisses qui démarraient la saison, nous vous en reparlerons.

Voici les dernières modifications sur le programme de 2019-2020 :

MJC Venelles programmation 2019-09-30 213349Le samedi 5 octobre 2019 Erwan Pinard sera seul sur scène, le concert d’Evelyne Gallet qui devait être en co-plateau avec lui est reporté au samedi 1er février. Le Mégaphone Tour n’aura pas lieu cette année. 

A ces samedis de la chanson se rajoutent les Chant’Appart PACA qui ont prévu d’accueillir cette année :

Garance du mercredi 4 au dimanche 8 décembre 2019. Nous ne pouvons que vous recommander ce spectacle marquant, aussi frais que percutant entre féminité créative et féminisme, basé sur son prochain album Bleu, vu à Avignon.

Augustine Hoffmann du mercredi 18 au dimanche 22 mars 2020.
Cette jeune artiste qui faisait le 18 mai 2019 la première partie de Loïc Lantoine a littéralement enthousiasmé son public, voir ci-dessous, malgré le peu de temps imparti. Nous aurons ainsi l’occasion d’explorer plus longuement son répertoire.

Enfin, prémices à la saison (f)estivale qui voit le repos de la programmation de la Mjc, Tom Poisson du mercredi 1er au dimanche 5 juillet 2020. Avec le jeune Paul Roman à ses côtés, c’est une chanson épurée folk et sensible qu’il nous présentera, puisant dans ses anciens albums comme dans le futur Se passer des visages, à paraître.

18 mai 2019, MJC de Venelles, Augustine Hoffmann, première partie.

HOFFMANN Augustine contre-jour 2019 ©N BlanchardNosEnchanteurs avait déjà eu l’impression d’un talent prometteur il y a deux ans, encore plus lors de sa prestation en 2018 à Vaison la Romaine.
En 2019 la chrysalide est devenue papillon, la jeune fille timide une jeune femme assurée, petite robe noire chic et simple, guitare en bandoulière très maîtrisée, classe et souriante avec une coiffure stylée, mais surtout un talent qui vous saute au visage.

Le discours présente avec justesse des chansons qui ont toujours été d’une grande maturité pour une aussi jeune femme. Comme si elle avait déjà dans sa courte vie toute l’expérience de l’humanité. Elle est l’auteur de textes simples et évocateurs et de mélodies qui vous restent en tête sans effort ni facilité.

La voix est claire, vibrante et sincère, avec des envolées cristallines ou des rondeurs de velours, et elle a l’art de parler de notre  monde, qui ne tourne pas très rond, sans premier degré, sans donner de leçon, juste en se mettant à la place de personnages de son univers, observés ou inventés.
Ce Nino de cinq ans, enfant précoce qui a déjà compris ce qui importait dans la vie  : « Je ne veux pas grandir / Quand je vois tous ces grands, se déchirer, se détruire ». Tout est remis en question sans avoir fait de grand discours. Juste le temps de devenir grand.
Cette ado de 13 ans, énigme pour ses parents, qui préfère la lecture aux garçons, qui se protège des informations stressantes des médias, qui traverse la vie le sourire aux dents…
Ce fils pour qui on a peur, pour qui on a honte du monde qui surgit dans l’horreur d’un 13 novembre, mais que l’on « trouve encore plus beau dans ses yeux à elle (si l’on est son père), dans ses yeux à lui » (pour sa mère). Et à qui l’on confie le Secret : « Célébrer la vie / Reste la réponse la plus sage ».
Ces Couples déjà las l’un de l’autre qu’elle campe avec humour, ou ce père qui se perd dans l’alcool, fait fuir femmes et amis, faisant de [ses] responsabilités des Avions de papier, et à qui elle donne voix entre yodel et chant tzigane…

Enfin l’amoureuse qui cherche à construire son amour autour de son cœur en carton, ou préfère qu’on la Quitte tout de suite plutôt que d’avoir à redouter cet événement incertain. Et dit Merci : « Avant qu’en me détournant de toi / Je te laisse filer entre mes doigts ».

HOFFMANN Augustine Qu'est-ce qu'on sème2018La plupart de ces chansons viennent de ce deuxième album tout doux, tout pêche, où les textes semblent écrits main, où son doux visage se retourne pour nous regarder, Qu’est-ce qu’on s’aime (2018). Deux de Notes de vie (2015), Jolie Demeure  et La vie croustille, rappel réclamé à grands cris par le public avant l’attendue deuxième partie de Loïc Lantoine.

 

18 mai 2019, MJC de Venelles, Loïc Lantoine et François Pierron « Je retourne »

Loïc Lantoine en mai à la MJC de Venelles ©Nicolas Blanchard

Loïc Lantoine en mai à la MJC de Venelles ©NBlanchard

Le 10 janvier 2015, Loïc Lantoine était à la MJC juste après les évènements tragiques que l’on sait, accompagné de Karim Arab, l’un des cofondateurs de mon côté punk, à la guitare.
Et au lancer de piques pour calmer le trop plein d’émotion des poèmes chantés, ou parlés de Loïc, qui résonnaient avec l’actualité. « Tout est calme, trop / Les rires s´éloignent en échos  […] On goûte à la source de la haine » . Il nous la redonnera a cappella, dite sur la mélopée chuchotée de François en fin de concert avant de repartir immédiatement A l’attaque.

Récemment, et tout au long de ces trois dernières années, il surfait sur les ailes de Grégoire Gensse qui portait avec lui le Very Big Experimental Toubifri Orchestra dans une grand messe laïque, un chœur des anges annonçant la bonne nouvelle de l’humanité triomphant des épreuves.

Ce 18 mai, c’est retour à la configuration d’il y a plus de quinze ans, si souvent chroniquée, le duo Loïc Lantoine – François Pierron « hanhon française mâtinée de contrebasse ». Et ce sont des chansons d’avant 2008, la plupart écrites par Loïc, composées par François Mais même Christian Olivier  fait du Loïc Lantoine « Je dormirai quand je s’rai mort / Bien avant / C’est ça que j’aime encore ».

J’ai bien dit duo, parfois même presque duel, quand la contrebasse de François, mince dompteur de cordes basses et rebelles,  rivalise d’expression avec la voix de rocaille du grand Loïc, ce roc tendre, rockeur doux malgré son imposante silhouette.
C’est François qui ouvre la liturgie de l’accueil en viole-ant sa contrebasse, lui arrachant de son archet habile pleurs et gémissements dissonants, la rendant au bourdon entêtant des chants d’autrefois. 

Et c’est en duo a cappella qu’ils nous content le voyage à deux qu’ils avaient entrepris jeunots et timides, pour marier la poésie, seulement ponctué des percussions sur les flancs ou les cordes  du gros instrument : « Un, deux, trois, quatre ».

François Pierron ©N.Blanchard

François Pierron ©N.Blanchard

Loïc en profite pour faire le zig sur Badaboum, en remet, pour nous faire rire, pour nous faire vivre  : « Alors, c’est quoi, c’est ça la vie hein ? / Bah ça résonne », fait de l’humour entre les chansons, un peu trop, comme s’il avait honte de sa mélancolie. Et retrouve son sérieux, son angoisse de vivre, sur la plainte psalmodiée par François sur son bourdon récurrent, ce chant écrit à tous les deux du Mauvais ouvrier : « On compte plus les failles dans ma cathédrale / Ah, merde j’ai l’amour ah merde / J’ai l’amour amer ».

Ou sur cette épopée du Pays du Nord, « le battement de nos cœurs », et la mer… qui fait virer la chanson en chant de marin, Cap sur l’Islande, chantée par la foule au Carnaval de Dunkerque

Lantoine fait l’Auguste, le sale gosse, le fou de Johnny, et François le mec sérieux et navré, le papa. Loïc n’est sérieux qu’en chantant ses amours Aux étoiles, ou Sous l’Averse, seule chanson récente sur une vingtaine, le souvenir de sa sœur, ses rêves A la hache, ses retours, ses renaissances, ses courses… On dirait qu’il ne partira jamais, qu’il ne peut quitter son public… parce que dans « la bande à Timide » il est bien le plus grand : « Je suis fier de moi quand j’ai besoin de nous ».

 

Le site d’Augustine Hoffmann, c’est ici. Ce que NosEnchanteurs en a déjà dit, c’est là.
Le facebook de Loïc Lantoine, c’est ici.Ce que NosEnchanteurs en a déjà dit, là.
Dernières nouvelles : Loïc Lantoine sera en duo le 9 octobre à La Flèche et le 11 à Argenteuil, autres dates sur son facebook
Et avec le  Very Big Experimental Toubifri Orchestra le samedi 25 janvier 2020 à l’Opéra de Lyon.

13 novembre
Image de prévisualisation YouTube
La hache
Image de prévisualisation YouTube

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives