CMS

Brassens par Brassens

Georges Brassens (photo non créditée)

Georges Brassens (photo non créditée)

Vendredi 17 avril 2020, Brassens par Brassens, 21h05. France 3, 110 minutes,-

 

Georges Brassens face au général Marcel Bigeard. La scène donne le ton d’un bienvenu et fidèle portrait de Brassens par Brassens diffusé ce vendredi en début de soirée sur France 3. Invité en 1975 par Bernard Pivot (Apostrophes), Brassens dialogue alors simplement avec des gradés et des spécialistes de la chose militaire qui lui avouent sans détours leur admiration pour ses chansons de pacifiste durable. Le portrait que Philippe Kohly consacre, près de quarante ans après sa disparition, au parcours de Georges Brassens puise dans des entretiens donnés à la télévision et dans des archives privées en noir et blanc (films de vacances, carnets, photos). Procédant par petites touches bien agencées, le réalisateur offre aussi un récital en images puisant dans nombre de ces deux cents chansons entrées au patrimoine des enchanteurs. Avec de l’empathie et de la fraîcheur dans la voix, Sandrine Kiberlain raconte Brassens comme on visite un monument national de mots et de musiques. Sans tomber dans les pièges du genre.

Pas facile pourtant de cerner le vrai Brassens. La chanteuse Patachou qui le lança sur la scène parisienne et nationale avait tenté un résumé assez juste : « Brassens est un personnage tellement extravagant, tellement curieux. C’est un homme qui sort du cadre, un poète d’une authenticité indéniable, à la fois un petit bébé et un château fort ». Lui-même préférant l’ombre, la discrétion, aux lumières voyeuristes de la renommée. La recherche de la gloriole ce n’était pas son truc. Que d’étapes rappelle le documentaire avant la célébrité. Il lui aura fallu attendre la trentaine pour trouver sa voie : « Je me suis aperçu qu’en fait de génie, je n’avais qu’un certain talent pour agencer les mots » confiait-il toujours modeste dans un des entretiens retenus dans le documentaire. Philippe Kohly parle pour cet autoportrait de Brassens, comme d’un « voyage poétique… incarnant un mode de vie, un regard sur le monde, un culte de l’amitié, une insoumission, une liberté d’être, d’être totalement soi-même au mépris des diktats de l’époque…Bref un homme d’avenir ». Pas moins ! Et quelle émotion de l’entendre de nouveau, comme au coin du feu dans une rencontre amicale. Pipe au bec, moustache, ton rieur, sans concessions, Brassens si secret et si proche à la fois.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives