CMS

Yann Malau, la mer et les amis d’abord

Yann Malau et Eric Hauchard

Yann Malau et Eric Hauchard © Alain Loret

Yann Malau est d’origine gasconne. Mais il a longtemps vécu dans cette Provence de Giono, haute parce que proche des Alpes. Malgré l’environnement enchanteur, il garde un souvenir mitigé d’une région où il ne fut pas toujours compris. C’est de cette période que datent  les chansons les plus tourmentées de l’album. Des images de guerre, comme ces Soldats qui détruisent tout sur leur passage, ne laissant qu’un enfant par la mort oublié. Ce désespoir amoureux empruntant à Aragon son titre, Il n’y a pas d’amour heureux, sur un air beau et triste, qui anticipe les chants de marin. Pourtant Y’a le soleil qui se lève lors d’une rencontre qui a changé sa vie, au café des amis…  Même lorsque Tourne [la] farandole comme une danse joyeuse, sur l’accordéon expressif de Pascala Balagosse, c’est que le monde se déchire, et que d’autres n’ont plus d’avenir. Comme le papillon passager, les couleurs de l’album varient, donnent une atmosphère qui fait penser à certaines chansons de Vassiliu, avec cet harmonica  qui dépeint l’angoissé optimiste qu’est Yann. Un bleu bien obscur pour ce Blues du crédit, une composition d’Eric Hauchard, qui stigmatise la société consumériste qui nous plombe la vie : « L’engrenage des sous payés / Qui en ont marre de rêver / Assaillis par tant de pub / Qui racolent pire que des putes ».

Et puis un jour Yann est parti en Bretagne, vivre une autre vie, d’Est en Ouest, où les éléments et les gens rencontrés l’ont happé vers le bonheur. Migration en douceur grâce à une vieille chanson, Petite fille,  incitation à vivre l’amour sans écouter les médisants, chantée par la propre fille de Yann, Iris dont le nom prémonitoire signifie messagère des Dieux. C’est elle qui joue aussi de la flûte traversière au long de l’album…

Yann s’est senti ancré immédiatement dans ce pays de granit auquel il a rendu hommage dans un album dédié en 2015 à la Vallée des Saints, par cette chanson, Onze homme et une femme, reprise dans le présent opus. Ces saints taillés dans la pierre, « Menhirs des temps modernes essence des mythes bretons ». Le granit de la voix de Yann, rugueux et brillant, colle bien au pays breton, qu’il a fait sien, allant jusqu’à adopter le couvre-chef traditionnel décoré de l’hermine et du mythique triskel, magnifique symbole spiralé celtique vieux de plusieurs millénaires, et le drapeau breton, qui figurent sur la couverture de l’album. C’est le thème du titre Gwenn Ha dDu, qui chante les neuf provinces de Breizh, l’île du ponant où sommeille un grand roi (Erispoë, Arthur ?), les marins de l’Aber, Mélusine ou la Duchesse de Bretagne ; et le druide qui chante à la veillée la légende de ce temps.

MALAU Yann 2019 D'Est en OuestYann chante le répertoire marin de la Bretagne, à la manière de chansons trad (qu’il reprend aussi dans ses concerts) depuis la légendaire Complainte de Saint Lunaire en duo avec Pascala Balagosse jusqu’à la chanson de bar, où la mer est évoquée par Jean Humenry comme une amoureuse affriolante et dangereuse : « La mer est une putain de garce / Chaque fois qu’elle m’embarque elle me porte la poisse ».  Cette mer qui parfois vomit une épave, telle le squelette d’une baleine échouée sur la grève. C’est ce qu’illustre ce bateau blanc du verso de l’album, peint par le regretté Yves Borredon. C’est aussi le sort de ce marin « parti pour toujours / Son rafiot et sa déprime / Ont coulé au fond des mers ».  Car Yann est homme d’amitié et de fidélité, rendant hommage aux Pays et aux gens, tel Jean-Claude Lamatabois, « Poète de vingt ans d’avance assassiné », qui traîna toute sa vie son exposition aux tout premiers essais nucléaires en plein air, alors qu’il effectuait son service militaire en Polynésie. Nazairien engagé, officier de la marine marchande, écrivain et poète, victime du capitalisme et de la militarisation. Il militera toute sa vie pour les vétérans des essais nucléaires et mourra à 69 ans après avoir subi sept cancers et la maladie de Parkinson. Sa veuve continue son combat. « Il reste sur la plage comme du sang versé / Et tes vers qui viendront en lames habitées / Tranche les fers d’acier qui brisent l’humanité » (texte de Jean-Marc Bourdet).

La plus douce complainte (texte Dominique Guillaume) évoque les Brise-lames malouins, forêt érigée contre vents et marées, qui brise pourtant parfois les âmes des marins. Ainsi va le bateau de Yann, sur la mer calmée, entouré de ses ami.e.s auteurs – tels Nicolas Céléguègne dont nous vous avons déjà présenté Migrants - musiciens, chanteurs ou compagnons de la vie.

 

Yann Malau, D’Est en Ouest, (2019) autoproduit, réalisé par Jean Humenry.

La page facebook de Yann Malau, c’est ici. Ce que Nos enchanteurs en a déjà dit, là. En attendant de prochains concerts qu’on lui souhaite iodés et amicaux, on peut réécouter les concerts en direct qu’il a généreusement donnés, du répertoire de la chanson française ou traditionnelle et du sien propre tout au long du confinement. 

 

Les soldats Image de prévisualisation YouTube

Tourne Farandole (avec Pascala Balagosse) Image de prévisualisation YouTube

Brise-lames Image de prévisualisation YouTube

Une réponse à Yann Malau, la mer et les amis d’abord

  1. POMMIER Marc 29 juin 2020 à 11 h 29 min

    Merci à toi Catherine, pour le portrait de cet artiste à découvrir avec attention !

    Répondre

Répondre à POMMIER Marc Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives