CMS

Pierre Vassiliu « Léna »

Vassiliu La vie ça va 1993J’ai croisé des hivers dangereux
Des déserts, des frontières, des bons dieux
Pour te voir
Traversé des rivières
Renversé des barrières
Pour te voir
Mais toi, t’étais à l’école
C’est père Noël, ma parole!
De jouets tout plein rempli
Qui me l’as dit
Tu traînes sur tes devoirs
Tu peines sur tes leçons
Et tu fais des cauchemars
Ou tu perds tes crayons
Léna, Léna,
T’es par ici, t’es par là
T’es partout

Pierre Vassiliu (23 octobre 1937 – 17 août 2014)

Paroles et Musique Pierre  Vassiliu. Extrait de l’album « La vie ça va » (1993)

Treizième des seize albums de Pierre Vassiliu, mélodique, jazz et caliente, l’album commence par une chanson hédoniste  qui cache sa mélancolie « Quand la vie n’est pas jojo, vaut mieux la danser / Même faire n’importe quoi mais surtout danser ». On y trouve des chansons faussement tendres, inquiétantes et abscons  sur des rythmes blues comme Lisa, des délires loufoques comme Le roi de la confiture au superbe rythme reggae, des ballades enivrantes comme ce Silence, ce délire sous acide où déjà manquent des médicaments « Y’a pas y’a pas de Nivaquine  / Y’a pas y’a pas de l’aspirine / Y’a pas Y’a pas de Débridat… »et le titre contestataire qui a fini d’être drôle, militant, renouant avec l’engagement du reggae, et bien prémonitoire,  DangereuxEcoutez les paroles !!

Chaque chanson a sa propre ambiance musicale propre à la danse, et se joue des mots. C’est fou et terriblement beau… 

Et puis il y a cette tendre Léna, précédée d’un duo avec Bugs Bunny ! La chanson est dédiée à sa fille Léna, née en 1985.

La petite Léna, d’abord photographe, a cédé aux sirènes de la musique avec un trio jazz latino, avec le guitariste Bruno Deplaix et tout d’abord Ludovic Giffard aux percussions africaines. Reprenant des standards en anglais, espagnol et français, elle a récemment interprété des textes de son cru sur la musique de Deplaix, dans un nouveau combo avec Frédéric Clavel à la basse/contrebasse, et ce sont de jolis cadeaux : Monsieur Petit autre, qui parle d’un psychiatre et de sa patiente, Chambre nue très sortie de confinement, et la très réussie Vue d’esprit avec un excellent renfort de musiciens. 
« Tout est plus beau la tête en l’air ! » 

On les retrouve le plus souvent à Sète. A suivre donc !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives