CMS

Pierre Vassiliu, 1937-2014

Pierre Vassiliu (photo Wikipédia)

Pierre Vassiliu (photo DR)

Comme Cristiani, lui aussi risque de ne laisser dans la mémoire du grand public qu’un titre, un seul, presque un constat d’ignorance : Qui c’est celui-là ? On ne sait effectivement rien ou pas grand’chose de cet olibrius, rigolo et tendre, sentimental et gourmand de la vie, voyageur et musicien.

Fou de Brassens et de jazz, jeté de chez ses parents à 18 ans, d’abord jockey, il quitte les hippodromes pour se lancer très tôt à la conquête des cabarets. C’est à son retour d’Algérie que Pierre enregistre ses deux premiers succès, écrits par son frère Michel : Armand et Charlotte. Brassens écrit un petit mot sur la pochette de son premier 45 tours. D’un humour corrosif que n’apprécie pas la censure gaulliste, il est rappelé à l’ordre lorsqu’il raille l’armée, en 1963, avec La femme du sergent. La case « humour » est à l’époque déjà cochée par Pierre Perret : « On ne faisait déjà pas la même chose, ce qui m’a permis de me faufiler dans les tournées yéyé de l’époque » (in Chorus n°9). Passage par la romance (la chanson-titre de son premier album, en 1969, est la fameuse Amour amitié) jusqu’à ce que le succès, immense, vienne de l’adaptation, en 1974, de Qui c’est celui-là ? du brésilien Chico Buarque. Vassiliu est un amoureux des rythmes latino-africains et africains. Un temps il s’établit même au Sénégal où il tient un bistrot-restaurant.

Du comique-troupier de ses débuts et l’épicurien qu’il est devenu, Pierre Vassiliu laisse une œuvre indomptable, étrange, carrière atypique parsemée de longues absences où il est de partout dans le monde, au Zaïre comme au Brésil, dans le sud de la France mais pas là où du reste le show-biz ne l’attend déjà plus. Il vit sa vie, enregistre de temps à autres, se produit en scène parfois, donnant cette image dont il a fait le titre de son livre publié en 1989 : La vie à ne rien faire (image qu’il rectifiera en 2005 par son autobiographie Qui c’est celui-là ?). Dix-sept albums (tout de même !) et quelques musiques de films forment à leur manière le fil discontinu de sa vie artistique qu’il sera judicieux, un jour, de revisiter, pour qu’il ne reste pas que Qui c’est celui-là ?, J’ai trouvé un journal dans le hall de l’aéroport, Léna, Le vent souffle où il veut et quand il veut, Dans ma maison d’amour ou Amour amitié, même si c’est déjà ça, même si c’est formidable.

Image de prévisualisation YouTube

13 Réponses à Pierre Vassiliu, 1937-2014

  1. Norbert Gabriel 17 août 2014 à 17 h 20 min

    On peut aussi retenir de cet homme fantasque et généreux, sa maison du Luberon qui a été une sorte de village de grandes vacances pour de nombreux artistes à leurs débuts, Véronique Sanson en a parlé avec tendresse… C’était vraiment la maison d’amour…

    Répondre
  2. Robinov 17 août 2014 à 17 h 22 min

    Grand souvenir de ces longues conversations téléphoniques (à l’époque où je lui consacrai un dossier pour VINYL) où il me racontait plein d’anecdotes entre deux éclats de rire, dont l’épique enlèvement de Laura en avion ! Pensée pour elle qui a veillé sur lui jusqu’au bout…
    Et pour l’ensemble de la (très nombreuse) fratrie Vassiliu…

    Répondre
  3. catherine Laugier 17 août 2014 à 17 h 25 min

    Il faisait déjà partie de notre panthéon.

    Répondre
  4. Patrick Ganneau 18 août 2014 à 7 h 26 min

    Il est allé rejoindre mon ami Paulo Mondano avec qui je faisais ses premières parties quand il habitait Saignon (Vaucluse). Repose en paix Pierre.

    Répondre
  5. Catherine Laugier 18 août 2014 à 7 h 33 min

    On trouvera sans doute de quoi le redécouvrir dans cette play-list générée automatiquement par YouTube : http://www.youtube.com/playlist?list=PL_P75LspUZY0iFdoq04cPpiopqHPwwWbB

    Répondre
  6. Karine perso 18 août 2014 à 7 h 35 min

    Connaissez-vous ma cousine
    Celle qu´a les yeux en trou d´pipe
    Et qui l´jour de ses vingt ans
    A voulu me faire son amant
    Voilà comment ça s´est passé
    Excusez-moi si c´est osé
    On s´est allongés sur le lit
    On a parlé soleil et pluie
    Jusqu´à c´qu´elle me fasse remarquer
    Qu´on n´était pas là pour s´bercer
    Alors je l´ai déshabillée
    Et m´attardant sur ses nénés
    Elle me dit t´es plein d´audace
    Pendant qu´j´lui r´tirais ses godasses

    Puis quand elle fut dévêtue
    Et que je vis le trou d´son nez
    Sincèrement j´aurais pas cru
    Qu´on puisse être aussi négligé
    Elle n´avait rien de folichon
    Si vous aviez vu ses nylons
    On aurait juré des chiffons
    Elle était sale enfin passons

    Puis je me suis déshabillé
    J´étais tout nu à ses côtés
    Me voyant là comme un idiot
    Elle a compris qu´j´étais pudique
    Alors elle a pris l´command´ment
    Viens là mon rat viens là mon grand
    Je vais te faire tout plein d´chatouilles
    Sur les joues le nez et les coudes

    Tu vas y prendre un tel plaisir
    Que dans deux s´condes tu vas jouer
    Assieds-toi là au frais d´la caisse
    Et met ton doigt entre mes pieds
    Aussitôt moi je m´exécute
    Comme elle me l´avait demandé
    Et voyez-vous cette sacrée puce
    Est arrivée à m´faire banquer

    Après ça j´ai repris la route
    Je ne sentais plus ma binette
    Quelle nuit mon dieu j´ai du passer
    Quand je me suis fait députer
    Si vous la connaissiez un brin
    Vous sauriez qu´elle fait le tapin
    Ne la prenez jamais en grippe
    Sinon elle ne me f´rait plus d´bien

    Répondre
  7. RENE 18 août 2014 à 17 h 47 min

    Comme Herve Cristiani il n’a eu qu’un tube. Mais quel tube…

    Répondre
    • Michel Kemper 18 août 2014 à 19 h 31 min

      Ce n’est pas tout à fait vrai, René : admettons que vous en avez retenu un, un seul. Mais « comme Hervé Cristiani », est-ce si important de retenir le « tube » quand, à côté, il y a tant et tant de superbes chansons qui, toutes, sont à (re)découvrir ?

      Répondre
  8. Michel TRIHOREAU 19 août 2014 à 12 h 17 min

    C’est un peu comme Beethoven : on retient « La Pince à Linge » et à part ça…

    Répondre
  9. Gérard Morel 19 août 2014 à 23 h 03 min

    Après le texte publié par Karine, voici la version de Karin :

    Connaissez-vous mon cousin?
    Celui qui est natif d´Anzin
    Paraît qu´il est bête comme ses pieds
    Mais qu´est-ce qu´il fait bien les pompons!

    Il est peut-être un peu flemmard
    Mais c´est un drôle de zigomar.

    Avec un engin pareil
    Il faut avoir un appareil
    Qui ne fonctionne qu´à la vapeur
    A raison de dix nœuds à l´heure.

    J´vous dirais bien où il habite
    Il pourrait vous montrer sa boîte
    Mais il n´y a plus grand chose dedans
    Depuis son dernier accident.

    C´est un beau jour à l´usine
    Qu´il a perdu ses p´tites cousines
    En se baissant pour un réglage
    Elles sont parties dans l´engrenage.

    J´m´en souviens il a dit « Ouille! »
    Où est passée ma paire de gants?
    Puis il a cherché dans ses fouilles
    Y avait plus rien évidemment.

    Et depuis ce jour maudit
    Ou du moins à ce qu´on m´a dit
    Paraît qu´il fabrique des accus
    Et qu´il les charge avec son cousin.

    N´importe quel boulot il s´en fiche
    Pourvu qu´il en ait plein les mains
    Pompiste ou bien haltérophile
    Tout ce qu´il veut c´est qu´on l´engage.

    Faut aussi que vous sachiez
    Qu´à ce propos il m´a fait peur
    Le jour où dans le vestibule
    Il a voulu que je l´entende.

    Moi qui suis pour la paix des races
    Cette fois j´étais bien coincé
    Il a donc fallu que j´y passe
    D´ailleurs on a recommencé.

    Mais ce n´était pas par vice
    Dans le fond c´était pour l´aider
    J´ai voulu lui rendre service
    Car on n´est jamais trop aidé.

    Maintenant j´en suis convaincu
    D´ailleurs ça rime avec mon cœur
    Une fois ses préjugés vaincus
    On ne connaît plus son bonheur.

    Répondre
  10. Duplenne 20 août 2014 à 0 h 04 min

    Il y a 10 ans environ, j’avais été choisi pour faire sa première partie dans une ville de Picardie, alors qu’il essayait de relancer sa carrière par une série de concerts .
    Je n’étais pas qu’un peu fier ! Avec mes musicos, avant le spectacle, on était allés le voir dans sa loge pour le remercier.
    Il semblait assez préoccupé, mais il a été très sympas.
    On a pas trop échangé pour ne pas le déconcentrer.
    Il faut dire que l’on a bénéficié des mêmes conditions techniques que celles qui étaient prévues pour son récital, et ça, c’est l’indice que « Celui-là », c’était un chic type. Salut Pierre.

    Répondre
  11. Michel Kemper 22 août 2014 à 17 h 39 min

    (prélevé sur facebook, ce compte-rendu des obsèques de Pierre Vassiliu, à Sète, par Pascal Larderet‎)·

    Je vais faire un petit compte rendu de la cérémonie d’hier.

    D’abord bravo la cérémonie était vraiment réussie dans la mesure ou il y a eu une vraie synthèse du personnage de Pierre avec des moments d’émotions fortes avec des larmes mais aussi de grands éclats de rire particulièrement avec l’intervention magistrale de James Bean et bien entendu de la paillardise avec ce grand moment final ou Laura offre sa petite culotte sur le cercueil de Pierre et qu’une petite dizaine de femmes présentes dans l’assemblée l’imitent et lui offre aussi leurs petites culottes pour l’accompagner dans la crémation, bravo mesdames ce fut un bel hommage au monsieur.
    La Fête s’est poursuivi sur la plage avec Champagne, et vin rouge, c’était festif gai et tous avons parler beaucoup de Pierre, on s’est connu on s’est reconnu c’était juste.
    La Fête s’est poursuivi tard dans la nuit pour l’ouverture de la St Louis à la guinguette musicale de chez Lulu à Sète autre personnage sétois disparu lui aussi récemment.
    On a dansé, on a rit on a pleuré et c’était beau, Pierre sera heureux de ce qui s’est passé.
    Et promis on arrive.

    Répondre
  12. Michel Kemper 22 août 2014 à 17 h 47 min

    Et le compte-rendu du Midi Libre :

    Sète : les adieux « débridés et culottés » à Pierre Vassiliu Des obsèques débridées à l’image de Pierre Vassiliu.

    Les obsèques – débridées – du chanteur Pierre Vassiliu ont été célébrées jeudi à Sète.
    On a chanté, on a pleuré, on a dansé. Les obsèques de Pierre Vassiliu, décédé dimanche à l’âge de 76 ans des suites de la maladie de Parkinson, ont été célébrées jeudi au funérarium de Sète devant son dernier public : sa femme Laura, ses six enfants et beaux-enfants, sa famille, ses amis artistes, musiciens, ses copains d’ici et d’ailleurs, quelques anonymes. Tous vêtus de blanc. Au micro, ses fils et filles ont parlé de joie, de plaisir et de sourire. De souvenirs dans cette “Maison d’amour” pleine de « bons buveurs, des bons musiciens, enfin des poètes, quoi. Des gens qu´ont quelque chose à dire et qu´ont pas la grosse tête ».
    On a commencé à rire et à taper dans les mains quand les enceintes ont lâché “Et ta sœur” et son chapelet d’“Amen” de non-circonstances. Dans la dérision, cet homme « qui chassait la panthère en Casamance et volait des parasols à Intermarché » était un maître. « Tu as mené ta vie quand tu en avais envie, en emmerdant tout le monde. Mets la zone là-haut », lui demanda l’un de ses fils. Sûr qu’il ne va pas se faire prier. C’est qu’il est parti là-bas bien équipé. « En tournée, le cri de ralliement, c’était “culotte”. Quand je ne partais pas avec lui, je lui donnais la mienne », raconta Laura, son épouse, sa compagne de 40 ans. En guise d’offrande, elle répéta le geste hier, invitant les femmes de l’assistance à faire de même. Elles furent plusieurs à offrir un peu de leur intimité au poète !
    Dès lors, les adieux à Pierre Vassiliu prirent une tournure, disons débridée. On se mit à chanter. « La vie ça va, la vie ça va, la vie ça va, oh oh ». A tourner. A rire et à pleurer. « Quand la vie n´est pas jojo, vaut mieux la danser ». Pendant ce temps-là, là-haut, Vassiliu devait déjà « trottiner jusqu’au premier bistrot, choper une guitare, caresser sa moustache. Et en avant la musique / cherchant encore une fille qui voudrait bien de lui ce soir, un quart d’heure. » Même parti, le « noble artisan de la chanson » n’a pas fini « d’embellir nos vies. »

    Répondre

Répondre à Duplenne Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives