CMS

Aizac 2013 : Bobin, folk-singer de chez nous

frédéric bobin

Frédéric Bobin sur la scène d’Aizac (photo Pierre Bureau)

C’est un folk-song à la française qui lui valut il y a quelques jours l’insigne honneur d’être sacré du prix Marc-Robine. Le prix Bobine pour le Robin…

Frédéric Bobin a quatre albums à son actif mais n’en compte plus que deux dans sa bio officielle. Il a raison. Il est vraiment né avec ce Singapour qui restera dans l’Histoire tant de la chanson que des dégâts du libéralisme. Et Bobin, la guitare en bandoulière, de la chanter sur toutes les scènes qui lui sont offertes, tel un Woody Guthrie de l’hexagone. Il pourrait faire trio avec ses copains Eric Fraziak (Monsieur Boulot) et Romain Dudek (Poésie des usines). Et si des fois ils rencontrent Lavilliers et ses Mains d’or du côté de la Vallée de la Fench ou de Fortaleza…

Ouvrier, oui. Comme dans sa ville natale du Creusot, « à l’ombre d’un colosse / de métal et d’acier / qui a roulé sa bosse / et aujourd’hui s’assied / dans son lit de copeaux », que toujours il chante, pour ne jamais oublier ses origines qui viennent de là. Même s’il prend à témoin les événements du monde, pour repère, pour trame, pour drâme, Bobin est un chroniqueur de l’intime, de l’émotion qui vous noue. Dire au revoir à l’usine qui s’en va, frôler malicieusement les doigts de l’aimée, des corps pour décor, des lettres de Tatiana, de l’autoradio de son père… C’est le petit qui fait grand chez Bobin, l’anecdote qui valide l’Histoire. Toujours dans la tendresse, dans la justesse (remarquables textes tous signés de son frangin), pas un mot ni une note de trop.

« Mais surtout c’était l’temps / De nous deux / De nos doigts se frôlant / Malicieux / Les livres d’Histoire n’y verront que du feu… » Bien sûr qu’on aimerait plus souvent le voir et l’entendre dans le trio qu’il compose avec Jonathan Mathis et Mikael Cointepas mais, tel qu’il est, là devant nous, en solo, alternant ses guitares, c’est déjà le solide artiste qu’on sait aux remarquables car délicates ballades , ce folk-singer qui chante le travail et l’amour, les racines et les lendemains. Simplement la vie.

Si vous ne le connaissez pas encore, allez à sa rencontre.

Le site de Frédéric Bobin, c’est ici. Ce que NosEnchanteurs a déjà écrit sur Frédéric Bobin, c’est là. Image de prévisualisation YouTube

2 Réponses à Aizac 2013 : Bobin, folk-singer de chez nous

  1. Norbert Gabriel 9 août 2013 à 12 h 47 min

    Tiens, ça me rappelle quelques souvenirs de folksingers jazzeux vers la Saône et Loire, une bande de musicos qui s’ébattaient à l’Ouest de la Grôsne …
    Et puis pour mon leit motiv sur la chanson qui raconte avec des musiques qui sonnent, Frédéric Bobin est un maître de première classe, le haut de la gamme … Comme un produit de luxe à disposition de tout le monde… On a ses élégances n’est-ce pas ?

    Répondre
  2. Danièle Sala 9 août 2013 à 14 h 31 min

    Deux frères qui se complètent à merveille, en toute complicité avec les musiciens . Elégance, simplicité et talent ,  » Bobin est un chroniqueur de l’intime, de l’émotion qui vous noue.  » oui, il remue en nous toutes les émotions du quotidien , sans jamais en faire trop , avec son vécu et les simples choses de la vie . Elégance suprême d’un grand qui n’a pas la grosse tête .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives