Bruno et Gaëtan, les neveux | NosEnchanteurs

Bruno et Gaëtan, les neveux

Bruno Brel et Gaëtan Leclerc : les neveux

Bruno Brel et Gaëtan Leclerc : les neveux de leurs oncles (photo La Presse.Ca)

Deux dates en France en ce mois de novembre pour un co-plateau étonnant, intriguant, émouvant autant que passionnant.

L’un est le neveu d’un illustre belge de la chanson, un grand comme on dit, dont on vient de célébrer le trente-cinquième anniversaire de la disparition.

L’autre est le neveu d’un illustre québécois de la chanson, un grand comme on dit, dont on vient, au moins dans l’Hexagone, d’oublier de célébrer le quart de siècle d’après.

LA GENESE DU DUO DES NEVEUX Voici une belle histoire qui a commencé il y a quelques courtes années. En 2007, Bruno Brel présente un récital mêlant ses propres compositions aux chansons de son oncle Jacques, au cinéma " Vox ", salle de spectacles de Fort-Mahon, sur la côte picarde. L'année suivante, cette même municipalité jette son dévolu sur un chanteur québécois qui commence à faire quelques apparitions sur les scènes européennes : Gaëtan Leclerc, neveu de Félix, interprétant de façon magistrale, les chansons de son oncle. Les succès chaleureux qu'ont connus ces deux récitals ont amené un certain monsieur Pierre Gosselin, adjoint à la culture de cette cité balnéaire, à réunir les deux personnages sur la même scène en 2009. C'était un sacré défi à relever ! Comment les chansons devenues éternelles de deux " monstres sacrés ", si différents dans leurs démarches artistiques, allaient-elles pouvoir susciter l'unanimité d'un public qui serait, fatalement, balancé entre ces deux univers ? La réponse fut immédiate et c'est les larmes aux yeux que l'instigateur de cette rencontre a remercié les deux artistes qui, au pied levé, ont interprété en duo, la superbe chanson de Raymond Lévesque : Quand les hommes vivront d'amour. Un spectacle venait de naître.

LA GENESE DU DUO DES NEVEUX
Voici une belle histoire qui a commencé il y a quelques courtes années. En 2007, Bruno Brel présente un récital mêlant ses propres compositions aux chansons de son oncle Jacques, au cinéma  » Vox « , salle de spectacles de Fort-Mahon, sur la côte picarde. L’année suivante, cette même municipalité jette son dévolu sur un chanteur québécois qui commence à faire quelques apparitions sur les scènes européennes : Gaëtan Leclerc, neveu de Félix, interprétant de façon magistrale, les chansons de son oncle. Les succès chaleureux qu’ont connus ces deux récitals ont amené un certain monsieur Pierre Gosselin, adjoint à la culture de cette cité balnéaire, à réunir les deux personnages sur la même scène en 2009. C’était un sacré défi à relever ! Comment les chansons devenues éternelles de deux  » monstres sacrés « , si différents dans leurs démarches artistiques, allaient-elles pouvoir susciter l’unanimité d’un public qui serait, fatalement, balancé entre ces deux univers ? La réponse fut immédiate et c’est les larmes aux yeux que l’instigateur de cette rencontre a remercié les deux artistes qui, au pied levé, ont interprété en duo, la superbe chanson de Raymond Lévesque : Quand les hommes vivront d’amour. Un spectacle venait de naître.

Lui, Bruno Brel, auteur-compositeur-interprète, à ses débuts protégé comme le fut son oncle par Jacques Canetti. Ça fait longtemps que cet artiste sillonne les routes avec ses chansons, les siennes. Longtemps on lui a demandé de reprendre celles de son oncle Jacques, longtemps il a décliné l’offre, avant d’en mette à son répertoire. Il y a sans doute une ressemblance physique entre Bruno et Jacques mais, plus encore c’est la voix, le timbre qui ressemblent, qui les rassemblent. Bruno ne clone, pas, jamais. Mais les chiens ne font pas des chats et Brel est Brel : stupéfiant et magnifique, dans la reprise comme dans son œuvre personnelle. NosEnchanteurs a eu l’occasion d’en parler : c’est ici.

Les deux oncles (photo DR)

Les deux oncles (photo DR)

L’autre, Gaëtan Leclerc, ne chantait vraiment que dans des cercles familiaux, amicaux, un répertoire faits de grands succès québécois de Bigras, Michel Rivard ou Paul Piché. Jusqu’au jour où, lui aussi, a cédé à l’insistance de quelques-uns, à l’occasion du dixième anniversaire de la mort de son oncle. Puis a enregistré un disque des chansons de Félix. Et en sort un second quatre ans plus tard et est invité à les chanter sur l’impressionnante scène des plaines d’Abraham, que l’oncle avait précédemment foulé de ses souliers. C’est, comment dire ? Troublant ! Lui-aussi, sans nullement farder sa voix, retrouve celle du frère de son père. Gaëtan n’est qu’interprète, excusez du peu, mais… c’est du bon ! Sur son second album, il chante aussi deux titres mythiques qui ne sont pas de son oncle : Evangéline de Michel Conte et L’Echarpe de Maurice Fanon.

Le site de Bruno Brel, c’est ici ; le site de Gaëtan Leclerc, c’est là. Gaëtan Leclerc en France : 16 novembre, salle du Casino à Annemasse (74), 22 novembre au festival Sp’Hinx à Hinx (40) avec Bruno Brel ; 23 novembre au Centre culturel de Bergerac (24) avec Bruno Brel ; 30 novembre à Coutières (79).

 

cassidy2LE SP’HINX D’HINX, SPECTACLE VIVANT EN MILIEU RURAL

Ça se passe à Hinx, une petite ville des Landes de 1775 habitants (recensement de 2010). Depuis 10 ans, une irréductible bande d’amoureux de concerts et de spectacles divers se sont mis à en organiser. A Hinx même, aussi à Montfort ou à Dax. Du blues ou de l’opéra, du théâtre, de la chanson, des variétés, du jazz, de la magie, du cabaret… En neuf saisons, plus de 300 intermittents s’y sont produits. A chaque soirée, la salle est quasi pleine : ça fait autant de téléspectateurs en moins pour TF1. C’est reparti pour une saison : la dixième ! Et savez-vous comment se nomme l’association qui fédère ces quinze-là ? Le Sp’Hinx ! Spécialité : « développement du spectacle vivant en milieu rural et ailleurs, si affinités ». Leurs dix bougies, ils vont les souffler lors des soirées « anniversaire » des vendredi 22 et samedi 23 novembre 2013, en accueillant ce joli plateau francophone fait de Bruno Brel, Gaëtan Leclerc (le 22) et Paule-Andrée Cassidy (photo ci-dessus, le 23). Ces hinxois ont bon goût ! Nos voeux les accompagnent. Le site du Sp’Hynx, c’est ici.

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

3 Réponses à Bruno et Gaëtan, les neveux

  1. Norbert Gabriel 8 novembre 2013 à 2 h 12 min

    Heureusement qu’il y a encore quelques « villages gaulois » façon Uderzo pour résister, et promouvoir la chanson…

    Répondre
  2. Catherine Laugier 10 novembre 2013 à 20 h 13 min

    Très belles voix, j’ai découvert l’existence de Bruno Brel grâce au livre de Fred Hidalgo « l’Aventure commence à l’aurore ». Mais pour les deux difficile d’exister à la suite de leurs illustres oncles, même si Bruno a son propre répertoire. Les voix sont proches et on ne peut s’empêcher de préférer les originaux…

    Répondre
  3. Danièle Sala 10 novembre 2013 à 20 h 45 min

    Bien sûr, au début on se dit pourquoi écouter les neveux dans les mêmes chansons qu’on a tant aimées chez les oncles mais, quand on les écoute, l’un et l’autre, on est vite embarqué par leur naturel air et accent de famille, et, effectivement, c’est troublant. Je les trouve très bien ces neveux.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives