CMS

Barjac 2014 : souvenirs Dautin et d’antan

Yvan Dautin sur la scène de Barjac (photo Catherine Cour)

Yvan Dautin sur la scène de Barjac (photo Catherine Cour)

Belle édition que ce Barjac 2014, nous l’avons dit. Ce dans un large spectre de la chanson. Du plus tendance (c’est relatif) au plus classique. Classique et ma foi classieux si on évoque Yvan Dautin, crooner un tantinet suranné mais qui nous fait le plus grand bien, dont on se félicite à chaque fois de l’avoir revu.

Pas de sketches entre deux chansons cette fois-ci, mais un récital bien ordonné, bien mené, même s’il fait toujours le pitre entre deux graves, s’il fait des oeillades au féminin des premiers rangs, assorties de langoureuses grimaces, des bisous à la commissure des lèvres de ces dames : il bécote tant qu’il pleut. Il cabotine. Dautin est pleinement acteur de ses chansons relevées poivre, jazz et sel, beaux ouvrages dont certains jeunots au bois trop vert feraient bien de s’inspirer quant à la qualité d’écriture… Bois ? Lui en à la gueule… des souvenirs, d’amours Dautin et d’antan. Les « je t’aime » d’aujourd’hui ne sont plus que fausse monnaie, « la vie n’a plus envie de partager ton lit. » C’est que « Vivre d’amour et d’eau fraîche / Quelle drôle d’idée me direz-vous ? » Regret des désirs, regret de la chair : « Elle allume sa cigarette / Après l’amour / La chose faite. » Par tous les bouts, Dautin explore le sujet, s’en tire souvent d’une pirouette, en faisant le zouave, le clown, le singe. Parfois le propos s’abstient de tout sourire, explorant d’autres dimensions d’un monde à part, du monde à deux, comme par cette mal-marié qu’est La femme battue, chanson qu’on à peine à applaudir, qu’on ne bissera pas : « Elle voudrait un ciel sans nuages / Toujours bleu […] Elle a les yeux bleus comme des bleus […] Elle s’en veut… » Si ce n’est son visage entre tous expressif, Dautin se dispense d’effets. Il arpente la scène d’une incroyable et unique présence, fait son show, humain et chaleureux, sans trop d’épate. Sans trop ni trop peu. Lui et ses complices musiciens (Angelo, Gilles et Didier) vous ont, mine de rien, fait superbe et enviable récital. Pour peu, on en redemanderait.

La page Wikipédia d’Yvan Dautin, c’est ici : ce que NosEnchanteurs en a déjà dit, c’est là.

Une vidéo de notre ami Eric Nadot : Image de prévisualisation YouTube

2 Réponses à Barjac 2014 : souvenirs Dautin et d’antan

  1. japima 5 août 2014 à 16 h 29 min

    Eh bien non, moi je ne marche pas, je ne marche plus ! il en fait trop tout le temps, ça finit par être lassant. De plus il n’y a pas beaucoup de renouvellement dans son spectacle… bref je me suis ennuyée … Je vais me faire assassiner par les fans, mais tant pis je dis ce que je ressens !

    Répondre
  2. Danièle Sala 5 août 2014 à 17 h 47 min

    Moi je l’aime bien Yvan Dautin , j’étais heureuse de son retour avec  » Ne pense plus, dépense », et puis  » Un monde à part » qu’il a présenté dans  » Des nuits noires de monde » en janvier 2013 . Une belle écriture, et c’est un bel humain ,  » suranné » ? Non, je ne trouve pas, il est en dehors des modes .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives