Côté cœur comme côté cul, Héran chante Tachan | NosEnchanteurs

Côté cœur comme côté cul, Héran chante Tachan

Jean-Marc Héran (photo )

Jean-Marc Héran (photos Antoine Terrière)

Jean-Marc Héran, 16 mars 2015, Café-Théâtre Le Flibustier à Aix-en-Provence

 

Héran chante Tachan… Oui, et non : Héran vit Tachan, de toute sa silhouette de géant, de son âme, de ses yeux, de sa gueule. Non qu’il ressemble à Tachan, plus grand, souriant, pas de physique à la Bonaparte famélique, pas de voix qui gratte et qui déchire pour ensuite caresser : il ne cherche nullement à l’imiter. Et pourtant Tachan l’habite, nous faisant tour à tour rire aux larmes et pleurer jusqu’aux spasmes.

Il flotte en ces lieux, cave toute en longueur avec sa cinquantaine de fauteuils rouges, comme un air de Je suis Hara-Kiri, celui de Cavanna, de Cabu et de Reiser, la tendresse infinie pour son semblable mêlée à la plus extrême grivoiserie, car le sieur Tachan a comme vous « le cul sous l’chignon », l’objection de conscience et l’anticléricalisme militants. Et s’il nous manque, Tachan, sa lucidité et sa hargne, son désespoir somptueux, ses z’hommeries et ses câlins « crémeux comme du Tchaïkovski », ses fidèles sont tout de suite conquis : Héran est lui-même, voix belle et grave, bien placée et modulée, exprimant en douceur et en nuances tous les sentiments contradictoires de Tachan. Et il n’a pas à se forcer.

Jean Marc-82Il est debout, sobre, serrant dans ses bras sa guitare, les yeux clos, ou tout sourire, expressif. Il a choisi d’interpréter pas moins de vingt-deux chansons (après, il n’en avait plus à son répertoire !), soit un dixième de l’immense œuvre de Tachan, équilibrant parfaitement le programme entre le yin et le yang.

Il attaque direct par J’vends du vent, parfaite synthèse de l’univers de l’auteur (nostalgie, tendresse et gentil blasphème) : « J’vends du vent / La clé des songes (…) J’vends du vent / C’est Dieu qui pète / Dieu ou bien Satan (…) C’est une bise / Sur ton ventre blanc. »

Puis des regrets, des doutes et des aveux, des premiers émois, des traumatismes d’enfance : « Déboutonne ma soutane / Bien en génuflexion / Et tu verras mon âme / En pleine élévation ! »

A l’aise, Héran passe au milieu des spectateurs pour une petite question, Connais-tu le chat de Mickie ? (comprenne qui voudra) ou fait répéter au public en chœur : aux messieurs le « Fais une pipe à Pépé, avant qu’il ne la casse », aux dames « Une p’tite langue à Mémé, avant qu’elle ne trépasse. » Pas sûr qu’on ait l’habitude de chanter ça dans les chorales d’Aix !

On connaît surtout Jean-Marc Héran dans le monde des bulles et des petits Mickeys. L'homme est effectivement dessinateur et fut un des auteurs de Fluide Glacial, chez qui il publia L'étoffe des zéros et Pulsions zérotiques. S'il émarge aussi, et singulièrement, dans le monde de la chanson, ce n'est pas tant par l'ami Tachan (mais ça viendra) que par la collection qu'il anime (au moins pour son côté pinceau) aux éditions Didier-Carpentier : « A la plume et au pinceau ». Nos lecteurs fidèles et attentifs se souviennent de l'album « Brassens » de cette collection, signé côté plume par Jean-Paul Sermonte, et de l'album « Renaud » signé lui par Baptiste Vignol. Prochaines livraisons dans cette collection, avec toujours Héran aux pinceaux, à la mi-mai de cette année avec un Brel signé par... Bruno Brel. Puis à la mi-novembre 2015 avec un Johnny Hallyday signé par... Michel Kemper.

On connaît surtout Jean-Marc Héran dans le monde des bulles et des petits Mickeys. L’homme est effectivement dessinateur et fut un des auteurs de Fluide Glacial, chez qui il publia L’étoffe des zéros et Pulsions zérotiques. S’il émarge aussi, et singulièrement, dans le monde de la chanson, ce n’est pas tant par l’ami Tachan (mais ça viendra) que par la collection qu’il anime (au moins pour son côté pinceau) aux éditions Didier-Carpentier : « A la plume et au pinceau ». Nos lecteurs fidèles et attentifs se souviennent de l’album Brassens de cette collection, signé côté plume par Jean-Paul Sermonte, et de l’album Renaud signé lui par Baptiste Vignol. Prochaines livraisons dans cette collection, avec toujours Héran aux pinceaux, à la mi-mai de cette année avec un Brel signé par… Bruno Brel. Puis à la mi-novembre 2015 avec un Johnny Hallyday signé par… Michel Kemper.

A ses côtés, l’incarnation féminine de Tachan, la blonde, douce et piquante s’il le faut, Anne Green (prononcez Grun, elle est allemande) au violon. Si Tachan nous avait plus habitués à l’accordéon ou au piano, le choix est ici judicieux. La belle Anne suit au plus près la mélodie en improvisant quand il le faut tel un musicien de jazz, donnant un coup de griffe par-ci (« Viens ma chatonne, viens ma féline »), un petit pet par-là (une louise, une louffe, car Quoi de plus redoutable qu’un pet ?), de la tendresse par son archet (« Je t’aime, mon amour, mon petit / Je t’aime, mon amour, mon amie… »).

Rappel en forme d’Inventaire et, au final, la chaleureuse Les amis (sur une musique de Le Forestier) qui nous réconforte une fois de plus : « Si les amis ça n’existe pas / Les app’lons pas les voilà. »

Tachan a fait ses adieux à la scène : c’est grand regret mais c’est un fait. Nous pouvons cependant dormir tranquille : il y aura toujours quelqu’un, Héran ou d’autres, pour faire vivre ses chansons. Tant mieux.

 

Prochain spectacle de Jean-Marc Héran le vendredi 27 mars au salon « La chanson des livres » à Randan en Auvergne. La page facebook de Jean-Marc Héran, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit de lui, c’est là. Image de prévisualisation YouTube

4 Réponses à Côté cœur comme côté cul, Héran chante Tachan

  1. Danièle Sala 19 mars 2015 à 16 h 54 min

    Côté insolence ou côté tendresse, Tachan est un grand de la chanson , et c’est réjouissant de voir qu’il est repris par Jean-Marc Héran , pour la vidéo, ça surprend un peu au début quand on connait la façon de chanter de Tachan, mais on se laisse vite aller à cette  » voix belle et grave » . Et derrière la fenêtre, j’ai trouvé avec bonheur une autre vidéo de Christine Sèvre qui chante Tachan :  » Dans les grands magasins » .

    Répondre
  2. catherine Laugier 20 mars 2015 à 20 h 35 min

    La chanson qui ouvrait le concert, en live par Tachan, J’vends du vent, extrait du DVD live réalisé en 2011 par Christophe Régnier, qui a fait l’objet d’un article sur Nos Enchanteurs : https://youtu.be/NQRjShyzd-U

    Répondre
    • Danièle Sala 20 mars 2015 à 21 h 01 min

      Oui, je les ai les DVD de Christophe Régnier , il y a des concerts et des entretiens , c’est très bien fait .

      Répondre
  3. catherine Laugier 21 mars 2015 à 17 h 34 min

    Un autre enregistrement du spectacle (pardon pour les défauts techniques), Inventaire : https://youtu.be/D1G2S26XCEQ

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives