CMS

Hildebrandt : Animals, on est bien !

Hildebrandt (photo DR)

Hildebrandt (photo DR)

Sur ce coup-là, sûr que NosEnchanteurs n’est pas à la pointe de l’actualité, puisque le CD chroniqué dans les lignes qui suivent est dans les bacs des bons disquaires depuis le 30 septembre 2016 déjà. Mais mieux vaut un train en retard qu’un rendez-vous manqué, non ?

D’autant qu’il serait criminel de passer à côté de ce premier disque. Hildebrandt, c’est le patronyme de l’artiste. Pas vraiment un débutant, puisque sa bio nous apprend qu’il a été pendant dix ans le chanteur du groupe Coup d’Marron (oui, moi non plus je ne connaissais pas !). Les Animals, c’est le nom de la galette (titre déjà utilisé par ailleurs par Mano Solo, on est en bonne compagnie) .Un CD qu’il a peaufiné en artisan méticuleux, la chanson annonciatrice de celui-ci étant disponible sur YouTube depuis 2013. Cependant, le jeu en valait la chandelle. Car, pardonnez l’expression un peu triviale mais tellement parlante, c’est un PUTAIN D’ALBUM !!!

hildebrandt-les-animals-edition-vinyleD’emblée, la chanson d’ouverture nous chope l’oreille, nous vrille les méninges, nous démange les orteils. De la pop ultra efficace : guitares et boîte à rythmes, mélodie éclatante, voix claire et puissante, paroles faussement enjouées (Tout part dans le vent / Tout partira  sûrement / Et je danse en attendant), même pas trois minutes en tout, hop, emballé, c’est pesé ! Puis, comme un bonheur n’arrive jamais seul, on enchaîne avec le morceau-titre, au rythme saccadé et au rif tueur, sur la bestialité latente de l’homme (Viens, ni bien ni mal / La vie c’est les animals). Le reste du CD est à l’avenant : Les Ondes et son tempo lancinant et hypnotique, Gracias à l’allure d’une comptine tendre, Vos gueules aux guitares tranchantes qu’un Noir Désir ne renierait pas… Autant de morceaux à se ramasser en pleine figure (est-ce nous que l’artiste vise quand il chante : Tiens prends dans les dents / Dans la tronche / Tiens vlan dans les flans / Et dans les bronches ?), qui ont dès la prime écoute cette évidence mélodique des chansons qu’on croit avoir déjà entendues, tout en distillant l’impression vivifiante d’être face à de l’inédit dans le paysage de la chanson française.

L’album s’achève sur une ultime perle : L’essentiel à t’apprendre, douce ballade où le chanteur donne le meilleur conseil de vie qui soit à son enfant : écouter Georges Brassens ! Avant de se clôturer définitivement par un hymne enlevé au lyrisme accrocheur (A quoi tu France).

L’auditeur un peu sonné laisse alors passer quelques secondes, avant d’appuyer sur la touche replay de sa machine et de repartir immédiatement pour un tour.

Amateurs de pop-rock aux guitares sonnantes et trébuchantes, amoureux des chanteurs à voix et à la diction parfaite, ce CD est votre prochain disque de chevet. L’essayer, c’est l’adopter. Et l’adopter, comme pour un enfant, vous en prenez pour vingt ans minimum ! Mais lui au moins, vous ne vous en mordrez jamais les doigts…

 

Le site d’Hildebrandt, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit de lui, c’est là. Image de prévisualisation YouTube

Une réponse à Hildebrandt : Animals, on est bien !

  1. Rétrolien 6 mars 2017 | La vie en rose

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives