CMS

Jann Halexander, un soleil dans le noir

Jann Halexander © Tousvoisins

Jann Halexander © Tousvoisins

Bien souvent à l’écoute de Jann, on reçoit un coup de poing dans le cœur, comme si cet homme là portait sur ses épaules toute la douleur du monde. Sa personne fascinante de talent, de souffrance qui explose, ne peut laisser indifférent. Multiple, complexe, auteur, compositeur, acteur, cinéaste, écrivain, Jann est blanc, Jann est noir, Jann est homme, Jann est femme.Tout le poids de l’Afrique, l’esclavage, les compromissions, pèse sur lui. Son nom d’artiste est référence tant à Alexandre Dumas, le plus célèbre mulâtre de notre littérature, qu’à la sculptrice sud-africaine Jane Alexander aux étranges créations hybrides d’humains et d’animaux.
Aurélien Makosso-Akendengué est né en 1982 à Libreville au Gabon, d’un papa noir d’encre et d’une maman couleur porcelaine. Il n’a voulu gommer ni son côté africain ni sa part française, comme il ne renie ni sa masculinité ni sa féminité.
A une époque où les particularités sont admises et même encouragées, Jann montre qu’il n’est pas si simple de se sentir différent, même quand on le revendique haut et fort. Bientôt quinze ans  qu’il chante, avec intensité, avec douleur, des années « parfois douces, parfois fracassées ».

Ce récent album porte le nom d’une chanson enfantine, A vous dirais-je, même s’il n’y mentionne pas le « Maman », cette Mum de son titre emblématique Papa, Mum. Dans ce chant qui finit tragiquement « Un mulâtre se jette du haut de l’échafaud », il questionne la question du genre : « Qui fait l’homme ou la femme / c’est un jeu dépassé / Donnez-moi un talon / Faites-moi les cheveux longs »

C’est  façon de dissimuler sa souffrance que de la chanter sur un ton de comptine, on repense à sa chanson Le sexe triste qui fait pourtant beaucoup rire le public. Autodérision assurée, jamais vulgaire, Jann nous parle de choses graves et intimes avec des mots choisis, actuels et intemporels sur de superbes notes de piano.

Sa voix est si particulière qu’on la reconnaît d’emblée dès qu’elle s’élève. C’est une voix claire et puissante, habituée à porter sans micro, telle celle d’un chanteur lyrique, d’un mélodiste – n’a-t-il pas interprété Poulenc – c’est aussi celle d’un chanteur de blues, plainte modulée, déchirante du travailleur noir exploité dont la vie ne vaut pas très cher.
Voix qui n’hésite pas à dériver aux limites de la justesse, à se lancer dans ce qui ressemble à des improvisations jazz tout autant qu’à des contes chantés pour enfant, dans cet hymne insolite à L’éléphant du destin, modèle de résilience  placide, laissant couler la vie et le temps, dans de douces jongleries de mots : « Eléphant, poursuis ton chemin / Effets lents / Vive la Sérénité / Et l’enfant regardera ton destin »

Influencé par Aimé Cesaire comme par Pierre Akendengue, et par tous les chanteurs à texte écrivant en français comme Brel, Nougaro, Leprest, Guidoni…), ses textes restent à tout le moins mélancoliques, alors qu’il nous dit que dans cet album, il a voulu tout simplement parler d’amour. Ce Dimanche à Viel –Baugé est délicate peinture, comme une toile sortie du grenier d’une maison de campagne, où il se repose enfin de tant de turpitudes :  « Et le vent dans les branches / Les eaux qui frémissent / Et le clocher qui penche ».
A Fort-de-France le soleil ne passe pas le brouillard : « Les rues sont grises de mon humeur (…) Il fait si chaud, mon cœur est froid » . Et pourtant, cette errance, cette plainte est douce à entendre, comme il nous le dit lui-même : « Magnifique est ma désespérance ».
HALEXANDER fond-cd-avousidraije2017Laure et Frédéric pourrait passer pour une chanson d’amour… Romantique au sens littéraire du terme, noyée de fantômes bretons se jettant de concert dans les vagues : « L’amour est plus fort que la Mort / Le désespoir ne dure pas…/ L’amour est plus fort que nos regrets / Il est Soleil dans le noir »

La musique chez lui n’est pas qu’une mélodie de chanson, elle est aussi importante que la poésie, se fait ballade presque symphonique après Laure et Frédéric (je vous jure qu’on y entend le soleil dans le noir), ou intermède pianistique fort, déferlant et dissonant, entre jazz et classique, Comptine d’amour et de peine..
Notes de piano délicates ou violentes qui soutiennent ses mots, se rompent ou roulent, remuant sans cesse le couteau dans la  plaie,: « Le sang coule…sur sa peau noire / L’étang rouge noie son cadavre…/ Je ne verrais plus son regard…/ Je ne serais plus dans ses bras (…) La nuit tombe sur le Rwanda ».

C’est à nous son public qu’il fera une véritable déclaration d’amour : Mesdames et Messieurs : je vous aime, ne cachant rien de ses imprudences, de ses impudeurs, de ses regrets, avec cet abandon qui nous fait du bien : « La musique m’emporte / Je souhaite qu’elle vous transporte / Alors je fais de tout mon mieux / Pour ne jamais me séparer de vous »

 

Jann Halexander, A vous dirais-je (2017), Label TH / Lalouine éditions

Le site de Jann, c’est ici. Ce que NosEnchanteurs en a déjà dit, là.

Jann sera le 9 mars 2018 à 20h à l’atelier du verbe à Paris pour son spectacle A nos tendresses (Pauline Julien) ; le 16 mars au Stimuli Théâtre à 21 h, et le 23 mars 2018 à 20h à la Cave aux artistes à Aix-en-Provence pour A vous dirais-je.
Nouveau titre l’Abduction ici.

Image de prévisualisation YouTube

2 Réponses à Jann Halexander, un soleil dans le noir

  1. Sonia 25 février 2018 à 21 h 16 min

    Merci pour cette belle chronique, je partage, c’est un artiste que j’ai deux fois, à Paris et dans les Deux-Sèvres. Il faut vraiment le voir sur scène, dans sa belle étrangeté

    Répondre
  2. samaria 26 août 2018 à 17 h 38 min

    un artiste qui a une tres bel ame
    un parcour sans relache
    que de compliments
    BRAVO
    mr JANN HALEXANDER
    AMICALEMENT
    samaria

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives