CMS

Pourchères 2018. Gérard Morel, chantre de l’amouuuuur

Gérard Morel à Pourchères (photos Babette Richard)

Gérard Morel à Pourchères (photos Babette Richard)

Sur la pochette de son premier album, en 99, Gérard Morel faisait l’aubade sous un balcon. Deux décennies plus tard, prenant de la hauteur, c’est plongeant dans les balconnets qu’il poursuit sa grande œuvre de séduction : que voulez-vous, Morel est chanteur de l’amouuuuur ! « Alors je gazouille des chants primesautiers… » Dans cette formule aux « quatre mains qui l’accompagnent » (avec Françoise Chaffois au chromatique et Stéphane Méjean au saxophone et à la flûte), l’amour, qu’il soit courtois ou coquin, est une rare évidence, sauf sans doute dans Le tango du lumbago où toute fantaisie des corps fait aïe, ouille.

Revenons à nos amours, notre Hidalgo s’en explique : « Mon enjeu politique c’est l’amour. J’ai essayé l’amour en marche mais, franchement, c’est pas facile… » Libéré de sa guitare qu’il grattait sur son bide, sous-traitant la musique à plus habile que lui ; Morel parle abondamment de ses bras, de ses mains, sur les notes très balloches qui s’accordéonnent, et sur l’insolite contrepoint du divin saxo. Parle et délicieusement, amoureusement suggère… Oh, les « marques de l’oreiller / sur la ta joue mal réveillée » et cet « abandon crapuleux [qui] commence à nous agiter »… Morel nous parle de ses poules en faisant le coq. Avec, rien qu’ici, à Pourchères, le chœur antique de la basse-cour d’à-côté : tout un élevage qui a la chair de poule. Y’a pas, Morel fait son effet !

DSC_0341« Ce soutif plein comme un œuf / Ça te va comme personne » : le Gégé a les mots qu’il faut, le vocabulaire qui souligne et surligne la géographie féminine, la virgule alerte, la suspension qui vient à point nommé. Que voulez-vous, c’est un poète. Même quand, pour lui, « elle a un cul à s’appeler Fanny ». « Elle est bien outillée / Oui, tout y est ! » Le ton est cependant plus tendre qu’auparavant, que derrière le paravent. Sans abdiquer le verbe et la verve, Morel semble être devenu, au fil des ans, plus tendre que jamais, comme l’est le plus tendre des tournedos : ça dit être la conséquence du lumbago… Plus tendre, plus amoureux encore, plus irrésistible que jamais. Et c’est comme ça qu’on l’aime, le Morel !

 

Le site de Gérard Morel, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit de lui, c’est làImage de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives