CMS

Aznavour chez Brassens, à Vaison

Le final de l'hommage à Aznavour (photos Michel Trihoreau)

Le final de l’hommage à Aznavour (photos Michel Trihoreau)

Festival Georges-Brassens 2019, Vaison-la-Romaine,

 

Je suis arrivé trop tard pour voir le concert de Régis Mannarini qui aura été selon les témoignages recueillis un moment inoubliable de cette édition 2019. Trop tard aussi pour Frédéric Bobin, Albert Meslay… Mais les actes manqués ne doivent pas occulter les moments vécus.

Le festival Georges Brassens à Vaison-la-Romaine pourrait être une sorte de village gaulois irréductible s’il n’y avait cette franche bonne humeur et cette tolérance dont les redoutables guerriers d’Uderzo ne font pas toujours preuve. A Vaison, on laisse volontiers Assurancetourix empoigner sa guitare près des convives pour reprendre le répertoire du poète sétois vénéré. L’indulgence y est fraternelle et personne ne s’en plaint. Côté scène, on est plus rigoureux et les prestations collectives pour un hommage, si difficiles à organiser même à la télévision, sont toujours un succès. Ce fut le cas pour cette soirée Aznavour, le 1er mai.

Erwens

Erwens

Que vient faire Aznavour dans un festival Brassens ? C’est la question qu’on ne se pose pas à Vaison. Brassens connaissait les chansons de ses contemporains et sa largeur d’esprit pourrait être un modèle à suivre pour bon nombre de ses admirateurs. D’ailleurs Vaison est l’un de rares festivals où, côtoyant les ACI, les interprètes ont toute leur place. Cette année, Prosper Driss a repris Jean-Roger Caussimon, Jean-Marc Dermesropian nous a servi des chansons de Pierre Perret qui lui vont comme un gant, plusieurs ont repeint de couleurs différentes le répertoire de Brassens – nous en reparlerons – mais il faut revenir à cet hommage collectif à Aznavour : une douzaine de chanteurs et chanteuses ont su nous donner un aperçu des multiples facettes de l’oeuvre Aznavourienne. Interprétations variées, sans faute, avec quelques moments privilégiés.

Le voyage était piloté par Jo Labita à l’accordéon et et Jean-Sébastien Bressy au piano qui nous a également prouvé ses talents de chanteur.

Jean-Sébastien Brécy

Jean-Sébastien Bressy

Michel Maestro

Michel Maestro

La Mama, dont on s’était rarement senti si proche, pouvait mourir sereine dans une émouvante ambiance, sans pathos, avec juste la gravité et la dignité de circonstance, par la voix de Michel Vivoux. Cathy Fernandez nous a fait oublier qu’elle était une femme chantant un homme : au delà de toutes les ambiguïtés, son interprétation de Comme ils disent a dépassé les genres pour un grand moment d’humanité. Erwens a été For me formidable pendant quelques minutes très enlevées et joliment rythmées ; Michel Maestro nous a surpris avec Retiens la nuit nous rappelant ainsi qu’elle fut écrite par Charles pour Johnny ; Hugues Draye emporta dans un vent de folie un Feutre taupé totalement déjanté ; Jean-Marc Dermesropian nous a fait croire qu’il se voyait déjà et qu’il n’a rien oublié, avec une émouvante conviction, avant d’entrainer le final collectif : Emmenez-moi, confirmant qu’on était déjà dans un voyage au pays des rêves, des souvenirs colorés, des amours improbables, des fragilités humaines, des contrées fréquentées par le Charles préféré des jeunes de dix-sept à quatre-vingt-dix-sept ans.

S’il eût pu revivre un instant, celui-ci aurait été content

Les chanteurs ne meurent pas, tant que leurs chansons demeurent dans les têtes et sur les lèvres ; c’est pourquoi le devoir des interprètes consiste à les servir avec le meilleur d’eux-mêmes et ce soir-là on savait qu’Aznavour vivrait encore longtemps.

 

Image de prévisualisation YouTube

Une réponse à Aznavour chez Brassens, à Vaison

  1. odile Fasy 3 mai 2019 à 18 h 25 min

    Comme j’aurai aimé assisté à ce bel hommage!
    Oui je le crois vraiment, Aznavour avait sa place dans le célèbre festival de tonton Georges!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives