CMS

Maysa « Ne me quitte pas »

Maysa sings songs before dawn 1961

Ne me quitte pas
Il faut oublier
Tout peut s’oublier
Qui s’enfuit déjà
Oublier le temps
Des malentendus
Et le temps perdu
À savoir comment
Oublier ces heures
Qui tuaient parfois
A coups de pourquoi

Le cœur du bonheur

Maysa

Paroles Jacques Brel, Musique Jacques Brel et Gérard Jouannest. Extrait de l’album vinyle  « Sings songs before dawn » (1961). La vidéo est une une version de concert en piano voix en 1963, document INA.

Original enregistré sur le 4eme vinyle de Brel, en 1959, identifié par la suite sous le titre « La valse à mille temps ». Voici une des versions en public de la chanson par Jacques Brel. Cette chanson, écrite après une séparation est devenue une des chansons francophones les plus emblématiques, traduites et reprise par des artistes dans toutes les langues.

Maysa Matarazzo (1936-1977), connue sous le nom de scène de Maysa, est une chanteuse brésilienne également actrice et compositrice, et musicienne de jazz, qui parlait cinq langues et chantait ses propres compositions et de nombreux standards, notamment en bossa nova, ou en chanson, en portugais (L’hymne à l’amour, d’Edith Piaf : Hino ao amor), en français… Ne me quitte pas, enregistrée en 1961 et en 1966faisait partie de son répertoire jusqu’à la fin, accidentelle, de sa vie. Ici en 1975.

On trouve sur YouTube de nombreuses versions de Ne me quitte pas attribuées à Edith Piaf. Il serait tentant de rendre hommage en même temps à Edith, décédée un 10 octobre 1963, et à Jacques Brel, un 9 octobre 1978. Sauf qu’à ma connaissance, Edith Piaf n’a jamais interprété ni enregistré cette chanson. 

Plusieurs sont de Maysa, les autres - celle-ci est quand même publiée par « Edith Piaf Officiel » ! – sont en général chantées par Mireille Mathieu dont la voix a été comparée à celle d’Edith (Ici en 1987).

J’ai d’abord cru qu’il s’agissait d’une erreur d’un YouTubeur négligeant, comme il  y en a tant, écorchant ou changeant les titres ou les paroles des chansons, et les attribuant à d’autres. Les partages successifs font le reste. Mais c’est plus grave. 

La chanson Ne me quitte pas, chantée par Mireille Mathieu, apparaît dans de nombreux albums de compilations de chanson française sous le nom d’Edith Piaf, reprise dans les plateformes telles que Deezer ou Spotify.  Sur YouTube l’utilisateur se contente de propager la fausse information, ne rectifiant pas son propos même si des dizaines d’auditeurs attentifs lui signalent son erreur…

Pas grave ? Ce ne sont que des chansons après tout… Mais cela donne une idée de la façon dont se propagent les rumeurs au niveau de l’information, et c’est plus gênant pour l’actualité, la politique, même la science… Il est étonnant de voir combien sont persuadés que la terre est plate ! 

Pour faire suite à ces petites réflexions qui, je le précise, sont le fruit d’une suite de coïncidences puis de recherches sur le net, qui est précieux si on ne le prend pas pour Dieu, rendons hommage à un rockeur francophone célèbre et néanmoins décédé, Johnny Hallyday himself, je veux dire « lui-même », qui n’a pas hésité à reprendre les titres les plus mythiques de la chanson française, cette même Ne me quitte pas de Brel, et  Non, je ne regrette rien ainsi que L’hymne à l’amour de Piaf.

Pour tout vous dire, c’est l’écoute de la version très swing de L’accordéoniste de The glossy sisters qui m’a amenée là…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives