CMS

Cat Loris, l’hypersensible de la chanson

Cat Loris (capture d'écran)

Cat Loris (capture d’écran)

Il faut la croire quand, dans la chanson-titre, elle nous dit être « Hypersensible / Je ne suis pas une attraction ». Même si elle ne parle que d’elle, de ce qui gravite autour d’elle. Avec, c’est selon, humour, dérision, distance ou gravité. Ce n’est d’ailleurs pas tant elle qu’elle nous chante, mais les femmes qui l’habitent, qu’elle habite. Grandeur et décadence du quotidien, du grand amour aux calamités domestiques, comme quoi tout peut faire chanson, tout finit en chansons : « Combien d’épingles sur ma poupée ? Qui c’est qui m’a maraboutée / Cette vielle salope / De fée Scoumoune / Sur mon berceau s’est bien lâchée ».

L’amour, donc, peu ou prou sur chaque titre. Au cœur « déplié dans un fracas de dentelles » comme à celui qui trompe sans vraiment se tromper : « S’il te plaît, étreins-moi / S’il te plaît, n’éteins pas / Non ! / J’dirai tout à ta femme si tu t’en vas ! »

a4200940607_10C’est un premier album, tout n’y est peut-être pas en place mais le portrait se dessine. Avec de très belles réussites. Comme ce Oublie-moi, au ton juste, à l’émotion vraie : « Je n’forcerai pas mon cœur à t’aimer / Je vais t’aider à me détester / Alors oublie-moi / Je ne t’aime pas ». Où L’ombre : « Je ne cache pas que du malheur / Je suis l’honneur et la pudeur / Je suis l’envers de la lumière / Je suis le secret des prières / Je suis l’ombre ». Où J’ai les boules, au déroulé subtil… La jeune artiste écrit bien : même quand le propos est plus léger, pas un mot n’est en trop, pas une rime ne triche. Ce qu’elle annonce en titre de cet album se voit, s’entend dans le contenu.

A bien regarder l’actuel paysage de la chanson féminine, difficile de ne pas marcher sur les pieds ou sur le chant d’une collègue : car elles sont nombreuses à se prendre pour sujet, à explorer de fond en comble le quotidien de l’amour, la mise en péril, en abyme, la rupture. Dans la profusion de semblables propositions, Cat Loris tire plus qu’honorablement son épingle du jeu, son aiguille du chas. Elle sait capter un je ne sais quoi des relations amoureuses, de l’enchantement, du désenchantement aussi, qui fait la différence.

 

Cat Loris, Hypersensible, autoproduit 2019. Le site de Cat Loris, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit d’elle, c’est là. Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives