CMS

Redécouvrir (l’ensemble de) Nino Ferrer

1504-resizeAndCrop-190x140« Tu te rends compte, j’ai écrit, composé et produit près de deux cents chansons, et les gens n’en connaissent que trois. » Deux chefs d’œuvre (Le sud et La maison près de la fontaine) et quelques amuse-gueules néo-yéyés (Les cornichons, Mirza, Le téléphon), voilà ce qu’il reste, pour le grand public, de la vie d’un homme, de la carrière de Nino Ferrer (1934-1998). C’est léger pour recomposer le bonhomme. C’est surtout oublier tout le reste, des pans entiers de son œuvre. C’est tout l’intérêt de ce coffret qui vient de sortir chez Barclay. En 14 disques serrés comme des sardines dans un spartiate boitier, la totale est effectivement rassemblée : enregistrements studios et live, albums bien sûr mais aussi 45 tours, même un disque consacré aux Gottamou, cette formation dont Ferrer fut bassiste et où il signa trois titres dont le fameux Oh ! hé ! hein ! bon !

Le livret n’est malheureusement pas assez étoffé pour nous éclairer sur le chanteur et le contenu de ce coffret touffu, principalement sur les tout-débuts du jeune artiste. Et ce n’est pas la prose de Didier Varrod, qui s’écoute écrire (il écrit au demeurant très bien), qui peut nous apporter les utiles renseignements. Quand Varrod dit, à propos des chansons mélancoliques de Ferrer, « cela fait des chansons qui ne passent pas à la radio », on est secoué par le dédoublement de ce singulier personnage : lui qui est directeur musical d’Inter, il n’a qu’à les programmer (on lui fera grâce du conflit d’intérêt) !

En 227 plages (doublons, live et versions étrangères inclues), ce coffret réhabilite Ferrer, le réinstallant à nos oreilles comme patrimoine national (et produit à l’exportation vu le nombre de ces versions étrangères – beaucoup d’italiennes tant il est vrai que Ferré est natif de la botte). Un Ferrer qui tournera le dos à la variété à ce yéyé par lui sabordé, qui plongera dans des univers rock, jazz rock et psychédélique, à travers des albums concepts qui le démarqueront du reste de la scène française. Un Ferrer que les médias ont abusivement tronqué, réduit à une presque caricature, qui a étouffé de cette fausse image et en est mort de la façon qu’on sait. On a voulu ne l’envisager que comme artiste de variétés : il voulut changer les règles du jeu, créer ce qu’il voulait, quelque chose d’autrement plus ambitieux (comme ce Métronomie d’où on n’a retenu que cette Maison près de la fontaine ou ce Nino and Radiah dont il ne reste que Le sud). Plus son expression gagnait en liberté, plus son exposition médiatique se retirait. Y’a eu iatus, fatale maldonne, l’animal blessé lèchant ses blessures…

Soyons reconnaissant à sa maison de disques de nous livrer cette intégrale à un prix aussi sympa (moins de trente euros) ce qui autorise l’aventure de la totale découverte. A nous de la prolonger par d’autres sources documentaires, notamment sur l’autre pendant de l’œuvre de Nino Ferrer : le peintre. Entre le son et l’image, Nino Ferrer reste à explorer, à découvrir.

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

9 Réponses à Redécouvrir (l’ensemble de) Nino Ferrer

  1. Norbert Gabriel 12 octobre 2013 à 9 h 45 min

    Métronomie est un de mes albums ‘culte’ depuis 30 ans, pas pour « La maison..  » pour les 9′ de Métronomie, et pour « Les enfants de la patrie »…. Pour se réveiller vraiment…

    http://www.youtube.com/watch?v=vYDmTZ_LjlY

    Répondre
  2. Odile 12 octobre 2013 à 11 h 12 min

    Effectivement Norbert, voilà une chanson qui n’a pas dû souvent passer sur les ondes…
    Et pourtant toujours d’actualité, une chanson de manifestation, et il y a de quoi faire !
    j’ai écouté avec émotion « La Maison près de la Fontaine » oh ! ce saxo ! Que de souvenirs…
    Merci Michel et Norbert pour ce petit retour en arrière…

    Répondre
  3. catherine Laugier 12 octobre 2013 à 12 h 51 min

    Ma petite play-list personnelle, faite le 15 août dernier, où j’ai redécouvert Nino:

    1966 Ma vie pour rien http://youtu.be/YI-FAl7bESs (Album Nino)

    1967 Je cherche une petite fille
    http://youtu.be/kRY3d1wKV_w [version anglaise ]
    (Album Les Petites filles de bonne famille.)

    1971 Métronomie http://youtu.be/ydWdoHvXWaA
    (Album Métronomie)

    1972 Moby Dick http://youtu.be/6P_Vc1tsgEA
    (Album Nino Ferrer and Leggs)

    1974-75 Le Sud http://youtu.be/RI_246YaYO8 [français]
    http://www.youtube.com/watch?v=f1-26zky778&feature=share&list=PLFB1C97BD395EEB8E [anglais]
    Garden http://youtu.be/aDlYE_bwRqk
    (Album Nino et Radiah )

    1979 L’arbre noir http://yout/znp0eaGWTOA
    (Album Blanat)

    1982 Rondeau http://youtu.be/ujPafS9Bo6Y
    Paroles Pierre Ferrari (Album EX-LIBRIS)

    1983 Ulysse http://youtu.be/KY90C_LgFQY
    ( Album Rock’n'roll Cow-boy)

    « Ce n’est peut-être que le temps
    Qui passe et laisse une poussière
    De rêves morts et d’illusions
    Peut-être est-ce ton absence, mon cœur » (L’arbre noir)

    Répondre
  4. Autour de Nino Ferrer 12 octobre 2013 à 13 h 03 min

    Eh oui, il n’a pas chanté que « Le sud » ou le « Le téléfon »… Dans son album « Autour de Nino Ferrer », Joël Segura, son ami et bassiste, fait découvrir et re découvrir des chansons peu connues du grand public comme « L’année Mozart » ou « Arriba Santana ». L’album de 13 titres, tout frais pressé et distribué par Vipes Recors Distribution sera bientôt disponible dans les bacs.

    Répondre
  5. Pascal Dumay 12 octobre 2013 à 13 h 05 min

    Merci de parler de lui d’une part et surtout de faire mention qu’il n’a pas chanté que ces incontournables.
    A découvrir ou redécouvrir et surtout à partager !

    Répondre
  6. Christian Portet 12 octobre 2013 à 13 h 07 min

    Merci ! C’est un ACI exceptionnel Nino !

    Répondre
  7. Danièle Sala 12 octobre 2013 à 14 h 18 min

    Merci de nous rappeler que derrière la vitrine des médias se cachent des trésors . Je redécouvre Nino Ferrer depuis ce matin .

    Répondre
  8. Albert Weber 12 octobre 2013 à 14 h 40 min

    Nino ! Incroyable créateur trop méconnu… Merci pour cette info amis de la chanson…

    Répondre
  9. Nicolas Sadon 16 octobre 2013 à 17 h 03 min

    Nino Ferrer, combien de dossiers (+ photo à la une) dans la revue Chorus déjà ?

    Cherchons dans l’index:
    http://www.laredactiondechorus.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=38&Itemid=42
    Ferrer Nino : 4, 50, 52 (d), 7 (r), 10, 54, 56, 62, 65 (l), 25 (hom).

    Hum, hum… Quand même pas aucun ?
    Même pas un dossier médiocre comme pour Barbara ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives