CMS

Liz Cherhal, présent recomposé

Liz Cherhal (photo DR)

Liz Cherhal (photo DR)

On l’a déjà dit, ici comme ailleurs : une Cherhal peut en cacher une autre. Et cette autre ne démérite pas, loin s’en faut, de sa frangine, comme le prouve encore ce nouvel opus, à marquer d’une pierre blanche.

« J’ai retourné pendant des heures / Tous les recoins de ma raison / Voleur tu as volé mon cœur / Et l’as planqué dans la maison / Là, à la croisée des chemins / Tournent les nuits et les matins / Après la folie, les passions / File la recomposition ». Troisième album solo de Liz Cherhal, donc, et toujours la même impression : celle d’une chanson en hypertension, mots lourds de sens, parcelles de drames dont on n’ose deviner les traces autobiographies. Dès le premier titre, « J’ai marché, tant marché, qu’il a disparu mon bébé… », nous sommes happés, non par cette musique criarde, très rock, presque déluge de percussions, qui cependant participe pleinement à la dramaturgie, mais par des mots d’alerte, des indices qui tâchent et aggravent des tableaux féminins intimes. Des épreuves : le couple confronté aux difficultés, la séparation, ce qu’en subit l’enfant. La maternité, l’avortement. Nouvelle rencontre et retour de l’amour. Ce que femme vit, dans le meilleur, dans le pire. « Je suis un drame, je suis la maison / Je suis une larme, je change de prison / Je suis parole au fond du placard / Je suis symbole mais sans le vouloir / Je suis sauvage / Je suis Lange ».

119384519On le sait depuis au moins l’album précédent : Cherhal sait, en pointillés, peindre à merveille de tels tableaux, mettre les points sur les i, la ponctuation sur les maux, les mots sur le vécu, mettre en perspective. Parfois rien qu’en suggérant mais en créant l’ambiance, inquiétante, dans laquelle baignent et croissent des parcelles de vie, l’amorce et la résolution de drames. Liz Cherhal fait de son vécu étonnante matière à créativité. Etonnante et passionnante. Comme si elle pétrissait plus encore cette vie cabossée pour en tirer sinon le beau au moins le haut. Ce que d’autres qu’elle auraient fait d’une main lourde, pesante, elle l’écrit et le grave avec la finesse d’une lame, faisant de la souffrance autre matière, la transformant, comme le ferait un alchimiste. « J’ai ravalé mon besoin d’oxygène / A personne je veux faire de la peine / Les douces folies, est-ce bien de mon âge / Je vais redescendre du nuage ».

A nouveau un disque indispensable de Cherhal. De Liz !

 

Liz Cherhal, L’alliance, Kalmia productions/Sony music 2018. Le site de Liz Cherhal, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit d’elle, c’est là.

 

UNE TOURNÉE AUSSI POUR LES SOURDS ET MALENTENDANTS

L’actuel spectacle de Liz Cherhal, tiré principalement de ce nouvel album, est entièrement adapté au public sourd et malentendant. Sur scène, un danseur-interprète y assure l’interprétation en langue des signes des émotions et intentions de la chanteuse. Deux traductrices sont, elles, chargées de traduire les paroles en signes. Le travail visuel, la chorégraphie, les jeux de lumière, le recours à la vidéo ont également été particulièrement soignés pour toucher tous les publics. Enfin, des gilets diffusant des vibrations au rythme de la musique sont mis à disposition des spectateurs sourds et malentendants (source 20 minutes).

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives