CMS

La Rouquiquinante, du velours pour Ferrat

Karin, dite La Rouquiquinante (photo DDM)

Karin Wullschleger, dite La Rouquiquinante (photo DDM)

La Rouquiquinante, que nous avons récemment saluée dans son hommage à Nougaro, a décidément toutes les audaces que lui inspire son amour sans limites pour les noms mythiques de la Chanson. Et cet album de quinze titres, sobrement accompagnés pour la plupart par le piano de David Meignan, l’inscrit définitivement dans la lignée de celles qui ont tant chanté – et sublimé – Ferrat : Christine, Isabelle, Francesca… et Karin Wullschleger.

Nous savons qu’il lui fallut bien de l’obstination et de la patience pour gagner ce droit là. Mais oublions ce parcours autant d’initiation que de combat et simplement écoutons.

Si par bonheur cette chronique vous donne l’envie de goûter à ce florilège, installez-vous dans votre meilleur fauteuil, et dans un instant suspendu offrez-vous la plage numéro 5 : un texte écrit par Guillaume Appolinaire sous la mitraille, pour sa belle Lou, Si je mourais là-bas. La guitare égrène quelques notes légères, rejointes ensuite par le piano, pour offrir à la voix de Karine délicatesse et douceur d’un instant volé à la menace et à la peur. Voilà, tout est dans cette chanson là. : une voix qui fait patte de velours, une parole poétique, une musique aérienne, subtile.

10153163-666152153451489-850656657408826452-nLa voix est sobre, elle ne s’aventure pas dans les effets, les excès. Toujours parfaitement à sa place, avec ses pauses, ses silences, ses respirations pour dire l’amour dans des textes plus ou moins attendus (et d’autant plus périlleux) mais qu’elle respire à sa mesure toute personnelle, Aimer à perdre la raison, Tu es venu, Les Yeux d’Elsa, Que serais-je sans toi, Y aurait-il (superbe texte de Pierre Louki) pour dire la beauté de Ma France, comme pour dire la force d’une parole poétique qui ne saurait être tue : «  Je ne sais ce qui me possède/et me pousse à dire à voix haute… / ce qui m’habite et qui m’obsède. » Dans ce registre, Maria est une singulière réussite, tout comme la Complainte de Pablo Neruda qui clôt l’album.

En somme à s’offrir de toute urgence pour qui sait qu’une chanson renaît chaque fois qu’elle trouve un nouvel interprète à sa mesure, un album à offrir aux amis de si près tenus, un album pour  » un instant de rêve et de pause dans le tumulte de la vie« , pour l’Embellie ainsi volée au temps et vous direz, soyez-en sûrs, « Le temps sur nous s’est refermé« , tant il est vrai qu’un enregistrement comme celui-là c’est simplement quelque chose de joli, un instant de bonheur, osons le mot.

 

La Rouquiquinante, C’est beau la vie, Hommage à Jean Ferrat, autoproduit, 2014. Le site de La Rouquiquinante, c’est ici.

4 Réponses à La Rouquiquinante, du velours pour Ferrat

  1. Danièle Sala 16 août 2014 à 11 h 23 min

    Ecouter refleurir les plus belles chansons de Ferrat, les plus beaux poèmes d’Aragon, Apollinaire, Louki dans la voix de velours de Karin, ce doit être un pur bonheur en effet, et l’exercice n’est pas facile après Ferrat lui-même, et les voix féminines qui l’ont chanté.

    Répondre
  2. Norbert Gabriel 16 août 2014 à 17 h 25 min

    Il y a aussi de très belles choses dans le travail de Natacha Ezdra, après avoir chanté d’autres poètes, (Andrée Simons) elle est venue à Ferrat, dont elle était très proche, et « Ferrat au c(h)oeur » est une belle réussite.
    On peut noter aussi Claire Guyot, dans son spectacle « Ce sont de drôles de types » elle chante plusieurs chansons de Ferrat, dont une version allongée de Federico Garcia, absolument formidable (avec Yorféla à la guitare).. Quand je dis « allongée » c’est avec un texte en espagnol de Federico Garcia Lorca , (Extrait du Romancero Gitano) superbe… Il y a une vidéo de 20 mn avec un passage de ce Federico.. C’est là: http://www.claireguyot.com/cesontdedrolesdetypes/

    Répondre
  3. Monique 18 septembre 2014 à 13 h 18 min

    a ecouter sans moderation

    Répondre
  4. catherine Laugier 25 février 2015 à 19 h 52 min

    Lorca par Claire Guyot, comédienne, chanteuse :http://youtu.be/YCfIpvgr12c

    Un disque de reprises de Ferrat par les femmes qui l’ont chanté, cela aurait plus d’allure que le prochain hommage people ! En attendant je commande l’album de Karin, qui m’enchante…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives