CMS

22H22 « Tout tremble et rien ne bouge »

22H22 Tout tremble & rien ne bouge 2019Au fond de ma cage d’escalier
Odeur de pisse et de crack
Une poussette finit de cramer
Mais y a pas le feu au lac
Je reste là, allongé
Au milieu de ma flaque
Aurai-je fini de rêver
Quand on me glissera dans le sac

22H22

Paroles et Musique Pierre Le Coz. Monotitre 2019.

Clip réalisé part Yves Le Coz.

Les deux frères Le Coz, Pierre au crâne rasé, Yves aux cheveux ébouriffés, aux lettres et au son, et à l’image, se complètent pour créer une poésie urbaine douce et dramatique tout à l’opposé de textes plus brutaux mais tout autant efficace. Ce n’est qu’en entendant « C’est l’ironie du destin / Calibre 9 mm / Qui m’a crevé comme un chien » qu’on réalise le drame qui vient de se jouer.

Les images noir et blanc de ce duo fraternel chorégraphié, lentes, puissantes et expressives, l’irruption d’une foule bigarrée de danseurs.ses qui se font face, graves, impassibles, comme dans un état de sidération qui les mène dans une transe entre accablement et rage contenue, dans ce Paris tantôt Noir et Blanc, tantôt de couleurs passées, les souvenirs d’enfance de cette vie qui fuit, remontant comme un vieux Super 8, tout concourt à laisser une forte impression.

Un petit chef-d’œuvre de quatre minutes, un (très) court métrage qui en dit plus que de longs films, 22 vers (Voulu, ou coïncidence ? Laissons la réponse aux artistes, s’ils le souhaitent) qui composent une tragédie avec tous ses ingrédients, un seul lieu, un seul jour, un seul fait accompli, sur une musique envoûtante, lancinante.

Vous ai-je dit comme j’aime la puissance d’évocation de ce croisement des arts ? On attend avec impatience l’EP, à paraître à la rentrée, dont cette chanson est le phare.

 

 

2 Réponses à 22H22 « Tout tremble et rien ne bouge »

  1. Fauré jean pierre 13 juin 2019 à 13 h 53 min

    Très belle chanson et réalisation. Merci nosenchanteurs pour cette belle découverte.

    Répondre
  2. MARTINE ULLMANN 13 juin 2019 à 15 h 13 min

    Terriblement émouvant …… Drame hélas si « banalisé » …. Je ne trouve pas les mots pour dire mon admiration pour ce texte épuré, et mon infinie tristesse …. Que sommes-nous devenus ???

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives