CMS

Off Avignon 2019. Odalva, comme si le monde retrouvait sa fraîcheur

Odalva Capture vidéo 2019 ©Elise Lasseigne

Odalva – Captures vidéo 2019 ©Elise Lasseigne

12 juillet, Atypik Théâtre,

 

Odalva est un duo d’auteurs interprètes depuis deux ans, mais avec de nombreux projets musicaux et théâtraux en commun depuis bien plus longtemps. Deux jolies voix qui coulent comme de l’eau, comme une petite rivière, vocalisent à loisir sur de jolies mélodies « La vie coule comme un sablier / La vie est cool faudrait pas l’oublier ». Petite robe noire et baskets pour Manon, au métallophone, au tom ; tout en noir également pour Norbert, barbe légère et guitare acoustique ou électrique. Une impression de jeunesse et de fraîcheur, de superbes mélodies, une facilité à remplir l’espace de leur poésie originale, de leurs impressions (soleil levant) sur leur [ou notre] quotidien, la vie qui passe quand elle va bien comme lorsqu’elle déraille.
Leur vision du monde est fine et perspicace, ils ne nous cachent rien de ce qui va mal, mais avec un optimisme contagieux envers et contre tout ; ils semblent de ceux qui agissent plutôt que de se plaindre, et se construisent patiemment un monde qui leur ressemble, font
« pousser sous [leurs] semelles des coquelicots. »

Aucune place pour l’ennui, les chansons alternent avec les délires verbaux de Norbert, conteur, slameur qui joue avec les mots, les empile, les fait rebondir, fait des digressions sur Avignon, et répète son petit refrain qui nous fait sourire « et Lily sur son vélo on aura tout vu ». Tandis que Manon fait mine de le remettre dans le droit chemin…

Ce petit vélo est un peu le fil rouge de l’histoire, qui nous fait grimper en danseuse sur les chemins qui tournent, à la rencontre de personnages qui transforment leur pauvreté en richesse intérieure. Telle Pépita qui dans la grande ville quémande de l’eau pour sa bouteille, collecte les détritus de nos colis de Noël mis au rebut, et s’habille à soixante-quinze piges comme une Alice au pays des merveilles.

Les sujets graves sont traités sans pathos, mais avec lucidité. Le bagnard tourne autour de sa chaîne… La ville est sans espoir, sans activité : « Il pleut sur mes vaches / Il pleure dans ma chambre / Il pleut des trombes depuis des plombes et des plombes ».
Et dans ce conte où la corneille prédit l’avenir, sa vision n’est guère optimiste : « Dorénavant on débranche / Ceux qui bronchent en silence ».

ODALVA Capture Bande-annonce 2019Les Apatrides « marchent pendant qu’ils dorment / Dorment à même la terre promise » , au son du tom, tambour battu tragiquement. Images bibliques de populations depuis la nuit des temps en mouvement, en espoir aussi : « Aujourd’hui comme hier ils boufferont des serpents (…) Quand ils ouvriront les yeux la mer en deux s’ouvrira ».
Et versant positif ce
berger berbère [qui] l’a hébergé, dont le thème est proche de la chanson l’Arabe chantée par Reggiani. La chanson en rappel souhaitera d’ailleurs « que les fils de nos fils se métissent ».

Leur graal, leur Katmandou est à portée de mains, à vue d’yeux écarquillés, trois arbres dans une forêt et une clairière, un quartier de ville, endroit qui ne ressemble à rien, mais qu’on imagine beau, ou une maisonnette sous un figuier.
Parfois une note d’humour noir : Un couple s’aperçoit qu’il n’aime rien de ce qu’elle aime, et vice-versa. Et Norbert slame cette famille où l’on est
« salaud de père en fils ».

Mon coup de cœur va à cette chanson sur Marseille qui la fait battre sous nos yeux, avec sa légèreté, sa misère, ses contrastes, images saisies au vol « Sur le pont vivent les voitures / Sous le pont les roumains », pourtant « Marseille, tranquille » : « Si tu traverses Marseille / tu traverses le monde entier. »

C’est là toute la qualité de ce duo, qui chante avec tant de naturel et d’originalité un monde complexe et ses décrépitudes, se joue des sonorités des mots et de leur sens pour ouvrir à l’horizon une lueur d’espoir: «  Il y a un puits, de l’eau fraîche, quelques arbres / Qui attendent que les hommes se calment ». Un spectacle extrêmement construit, élaboré sous ses simples atours.

 

ODALVA affiche 2019Odalva, Norbert Gauthier et Manon Maurin, Chantons sous la pluie, 12h30, 84 rue de la Bonneterie, jusqu’au dimanche 28 juillet.


Un premier EP quatre titres est sorti en juin 2019.

Les textes des chansons, slams et contes, écrits par Norbert comme par Manon, font l’objet d’un recueil de chansons de 60 pages illustrées par Lilie Pinot, en série limitée numérotée de 1 à 100, avec couverture originale cyanotype et sérigraphie faite main. (Atelier des Cheminots, Toulouse).
Les compositions sont de Norbert Gauthier et du pianiste Sébastien Ménard sur certains titres et la mise en scène d’Isabelle Bloch-Delahaie*


*chanteuse et comédienne dont on connaît l’action pour la chanson lorsqu’elle était responsable artistique de l’Association théâtre et chanson à Aix-en-Provence



Le site d’Odalva, c’est ici. Ce que NosEnchanteurs en a déjà dit, là.
Image de prévisualisation YouTube

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives