CMS

Sebka « Jeune et belle »

SEBKA 2022 Un peu des deuxL’amour sans contraintes
Sans tomber enceinte
De n’import’ quel velu
Ça m’a tout d’suit’ plu 
Capote et pilule
Je vis dans ma bulle
Et je dis à Dudule :
«Z-y-va, charg’ la mule !»
Je suis jeune et belle
Et je fais c’que j’veux
J’fais plus la vaisselle
Je la laisse à Marcel…

Sebka

Paroles et Musique Sebka. Extrait de l’album « Un peu des deux » 2022

Clip réalisé par Gwel Production, sur un scénario de Gwel Hervouët et Abyr tourné à Châtenay-Malabry, Boulogne-Billancourt et Paris en 2021. Où Abyr et Sebka figurent en bonne place parmi les acteurs.trices.

Une belle déclaration d’indépendance écrite avec humour, où Sebka écrit sa partition au féminin, tout comme dans Je danse, que nous vous présentions en 2019.

Un peu des deux, chanson ancienne parue à l’origine sous le nom de Sexe faible, qu’il a entièrement revisitée, tout  comme titre de l’album, c’est à la fois le féminin et le masculin, le yin et le yang, le romantisme et l’humour, le cynisme et la timidité, le classicisme et le décalé, Brassens et l’esprit slave, Brel et l’accent du sud. C’est Sebka, le dandy classe et inclassable, le léger et l’implacable, celui qui doute et nous pose des questions. L’album, son premier véritable, après un cinq titres en 2017, Sexe faible, a été réalisé par Chadi Chouman, arrangeur musicien multi-instrumentiste (Cat Loris, Sophie Le Cam, Debout sur le Zinc…).On y retrouve donc tous les instruments acoustiques qu’on puisse imaginer, du glockenspiel au tuba en passant par la mandoline, le clavier, le violon ou les guitares… avec une pléiade de musiciens.  Et les rythmes y sont voyageurs. 

Une écriture originale qui se fait fable pour dénoncer notre emprise négative sur la nature (La langoustine et l’humanité, co-écrite avec Sabine Lehoux, « Allez, allez, l’Humanité ! / Fais ta valise, il est grand temps / De laisser l’eau aux crustacés / Et la savane aux éléphants… », griffe avec humour la psychanalyse « Mon psy / Il dit : « mmh… », il dit : « oui… » Mon psy / Je n’couch’ pas avec lui… Mon psy / Il en voit un aussi… / Chacun sa vie, chacun son psy / Chacun ses soucis, tout petits soucis / Chacun son chien, chacun son chat / Quand j’étais p’tit, il m’a griffé le bras. »
Il décrit aussi  les mille facettes de l’amour, avec poésie, humour ou mélancolie (ah la solitude de cet Hôtel de la Baie où rien n’avance, le Sans toi qui peuple ses fantasmes), c’est selon. Le triangle du désir, en duo avec Abyr parle d’amour