CMS

Nesles, la glace et le feu

Nesles (photo Matthieu Dufour)

Nesles (photo Matthieu Dufour)

Vous êtes vous déjà baigné dans une eau glacée ? Tellement froide qu’une sensation de brûlure intense vous parcourt la peau, vous lève le poil, enflamme vos vaisseaux ? Vous avez alors une idée de l’effet produit par cet album.

Un sentiment d’urgence lente vous prend à l’écoute de cette voix fiévreuse, tout autant que posée, qui vous intime : « Défais-toi, défais-toi de tes frusques, sous la brise, sous la lune (…) Avance à cru vers des étendues, avance à cru les muscles détendus ». De mots pris en leur sens réel plutôt que figuré naissent de belles images poétiques : « Et lâche la bride, même abattu ». La voix pressante, les murmures à bouche fermée, le violon expressionniste ajoutent à l’instance.

Encadré sous photo album : --------------------------------------------------------------------------------- Florent Nesles, l’organisateur des soirées Walden à l’ACP Manufacture, en est depuis 1997 peu ou prou à son onzième album, et nous ne lui avions encore consacré qu’un entre-filet :  « Nesles, artiste atypique qui avait défrayé les planches en 2009 en incarnant Cornélius Krank, dandy pop-baroque vénéneux, adepte de Murat ou Bashung, comme de Rimbaud ou Raskolnikov… Le Nesles nouveau se présente devant nous en formule guitare-voix beaucoup plus épurée, cheveux raccourcis et propos plus concis, avec une présence sur scène qui n’est pas sans évoquer un french Springsteen chantant dans la langue de Molière. A suivre… » (Patrick Engel, aux apéros Francofans au canal 93 à Bobigny le 14 avril 2014) Krank, ovni baroque et inspiré, a fait l’objet d’un dix-sept titres en 2009, dont deux morceaux incluent des airs de Satie ou Fauré. Lazy Parfait Junker (A french gentleman lost in the country), 2012, comporte six titres mêlant français et anglais. Le titre éponyme est chanté avec Jean Fauque. L’EP Nü , 2014 comporte quatre titres en français. Au croisement de la pop-folk anglo saxonne et de la chanson française poétique, Nesles développe un répertoire personnel bien identifiable, dans une recherche musicale et poétique originale. Nesles a été notamment Lauréat de l'Académie des Jeux Floraux en 2007, Prix du Public au Festival Sémaphore en 2010 L’album Permafrost de NESLES, son quatrième LP, label Microcultures Records, distribué par Differ'Ant, avec  le soutien de l’Adami, la Scpp, Arcadi, Canal 93, et le SDV, sort le 29 septembre 2017. Il est réalisé par Alain Cluzeau (Hubert Félix Thiéfaine, Eddy Louis, Paris Combo, Bénabar, Olivia Ruiz ) . Il est  sélectionné  par  FIP pour sa programmation d’Octobre

Florent Nesles, l’organisateur des soirées Walden à l’ACP Manufacture, en est, depuis 1997, peu ou prou à son onzième album, et nous ne lui avions encore consacré qu’un entre-filet :
« Nesles, artiste atypique qui avait défrayé les planches en 2009 en incarnant Cornélius Krank, dandy pop-baroque vénéneux, adepte de Murat ou Bashung, comme de Rimbaud ou Raskolnikov…
Le Nesles nouveau se présente devant nous en formule guitare-voix beaucoup plus épurée, cheveux raccourcis et propos plus concis, avec une présence sur scène qui n’est pas sans évoquer un french Springsteen chantant dans la langue de Molière. A suivre… » (Patrick Engel, aux apéros Francofans au canal 93 à Bobigny le 14 avril 2014)
Krank, ovni baroque et inspiré, a fait l’objet d’un dix-sept titres en 2009, dont deux morceaux incluent des airs de Satie ou Fauré.
Lazy Parfait Junker (A french gentleman lost in the country), 2012, comporte six titres mêlant français et anglais. Le titre éponyme est chanté avec Jean Fauque.
L’EP , 2014 comporte quatre titres en français.
Au croisement de la pop-folk anglo saxonne et de la chanson française poétique, Nesles développe un répertoire personnel bien identifiable, dans une recherche musicale et poétique originale. Nesles a été notamment lauréat de l’Académie des Jeux Floraux en 2007, Prix du Public au Festival Sémaphore en 2010
L’album Permafrost, son quatrième LP, label Microcultures Records, distribué par Differ’Ant, avec le soutien de l’Adami, la Scpp, Arcadi, Canal 93, et le SDV, sort le 29 septembre 2017. Il est réalisé par Alain Cluzeau (Hubert Félix Thiéfaine, Eddy Louis, Paris Combo, Bénabar, Olivia Ruiz). Il est sélectionné par FIP pour sa programmation d’octobre

Nesles devient lynx blanc ondulant lentement, glissant ses griffes acérées silencieusement dans la neige feutrée des montagnes et vallées, ou des rives du Danube, sous des branches chargées de stalactites craquantes, se détachant parfois à son passage : « Ces pins ces rivières ces fleurs ces silex ces voies ces fougères toutes figées dans les cristaux ».Ses mots entêtants et ses maux consumants narrent ses solitudes, ses craintes – « ça me blesse quand ça me pèse suis-je bien normal ? » – et les Chardons de ses cauchemars : « J’écris aux esprits d’amis de parents partis occis » contre lesquels il cherche refuge. Des boucles électroniques tourbillonnent, insistantes, angoissantes, se combinent aux onomatopées insouciantes qui leur font la nique. Et l’esprit se repose sur l’orchestral Dors Sisyphe dont les accents répétitifs donnent une idée de l’éternité des interrogations humaines.

De Mes forêts, tout là-bas à douter du beau et du vrai, jusqu’aux sensuels Tes sentiers : « Je connais tes vallées tes échappées / tes collines gonflées / ta gorge chaude sucrée / tes ombelles à l’abri des treilles / j’en connais le carmin le parfum / je connais tes veines qui battent et palpitent / qui me font sentir si plein de vie », les feulements de sa voix ou de celle de ses choristes nous conduisent dans une messe cosmique « au son des cloches qui résonnent ».

Nesles, dandy glacé et distant, creuse encore les abysses de la sensualité dans Ton île, prison mortifère dont il rejette violemment la forfaiture : « en pâture aux démons cornus / Et de leurs lèvres charnues / je ferai mon plan b mon plan q ». Ou dans Le dur, les cailloux, tout en décalage, sur une mélodie et une voix dulcissimes, « dans le foutre et la rouille (…) notre souffle dans la neige et l’hiver nous glisse dessus ».

Onze titres, tous paroles et musique de Nesles, dont une majorité dépassent quatre minutes, mêlent intimement folk-rock, richesse des cordes, des claviers, des rythmes, et musique électro-onirique, pour mieux nous plonger dans une œuvre aussi poétique dans ses mots que dans ses notes.

Il faut découvrir la magie de ses aurores boréales, et s’envoler dans ses intimes et éblouissantes contrées,  là où Meurt le chagrin, dans ce long instrumental, presque musique de film, qui clôture l’album.

 

Nesles, Permafrost, 2017. Le site de Nesles, c’est ici et c’est là.

Image de prévisualisation YouTube

Une réponse à Nesles, la glace et le feu

  1. Alain Lanatrix 29 septembre 2017 à 9 h 38 min

    Excellent ! Dès le début de la chanson on est pris par son rythme superbe bien servi par les instruments. Une ode à la forêt et à la nature qui sort des sentiers battus.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives