CMS

CharlElie Couture, la classe de l’inclassable

CharlElie Couture

CharlElie Couture au W-Hall de Bruxelles (photos Ghislain Debailleul)

Bruxelles, le W:Halll, 21 septembre 2018,

 

C’est con : le concert auquel nous avons eu le plaisir d’assister était l’avant-dernier de la tournée (l’ultime ayant eu lieu le lendemain 22 septembre) ! Si ça se trouve, vous qui lisez ces lignes, vous allez mourir d’envie de le voir et vous ne pourrez plus. Heureusement, l’artiste nous a annoncé la sortie en janvier 2019 de son nouvel album, qui sera suivi d’une tournée dès le mois de mars. L’occasion d’une séance de rattrapage.

L’artiste ? Existe-t-il un chanteur qui mérite mieux ce qualificatif que CharlElie Couture ? Auteur-compositeur-interprète-écrivain-peintre-galeriste et on en oublie sûrement, ce globe-trotter a tant de casquettes pour couvrir son chauve chef qu’il est ardu de le cataloguer. Peut-être dira-t-on simplement qu’il est un touche-à-tout insaisissable, un poète saltimbanque brandissant la curiosité comme fier étendard, un esprit libre comme on en trouve si peu dans notre époque étriquée.

A Bruxelles, c’est toutefois le chanteur qui nous avait donné rendez-vous. Un public chaleureux de quadras-quinquas l’y attendait, trop heureux de pouvoir savourer une de ses trop rares venues. Au coeur du programme, son dernier CD, Lafayette, enregistré en Louisiane, formidable réussite de blues cajun, à la fois festif et mélancolique.

Avouons pourtant que les choses ont mal débuté. En ouverture des festivités, pour nous mettre dans l’ambiance directement, la chanson Déconner. Horreur ! La voix de CharlElie est sous-mixée et on ne comprend qu’un mot sur deux de ce qu’il nous nous chante. Rebelote avec les deux chansons suivantes, Annie, ma tite amie et (I love u) Baby blue. Etions-nous partis pour un de ces concerts tout en ambiances musicales, à défaut de pouvoir apprécier les paroles comme elles le méritent ? Heureusement, dès le 4ème morceau, le tir sera rectifié et le reste du concert se déroulera dans les meilleures conditions, nous permettant de goûter aux charmes de la musique comme aux délices de la poésie.

charlelie C 2L’un comme l’autre nous auront remplis de joie. Joie de découvrir les nouvelles chansons sur scène : Lafayette, Debout dans la boue, Maison soleil levant, la magnifique Un jour les anges, qui a déjà l’allure d’un classique intemporel… Plaisir de se remettre dans les oreilles d’autres chansons plus anciennes : Jamais assez (2011), Under Control (1991), Pochette surprise (1981), agrémentées d’une énergique reprise de Knocking on Heaven’s door. Ravissement teinté de nostalgie de voir aussi son célébrissime et indémodable Poèmes rock mis au tableau d’honneur avec Tu m’as pas dit d’où tu venais et Oublier. Que des bonnes pioches dans son vaste répertoire.

Le bonheur est dans la salle, il est sur scène aussi. Les trois comparses qui entourent notre vedette – Pierre Sangra (habituel complice de Thomas Fersen) au banjo et au violon, Martin Mayer à la batterie, Karim Attoumane à la guitare – sont aux anges, les sourires qu’ils échangent entre eux ne trompant pas. Accents cajuns obligent, le violon donne le la du concert, avion-cargo vers le sud profond des USA, entre blues poisseux et country-rock.

Lorsque, après plus d’une heure de musique, derrière son clavier, CharlElie nous annonce une chanson « qui a changé sa vie », c’est le sourire et les paroles aux lèvres que la salle accueille son incontournable Comme un avion sans aile. Il reviendra encore pour une chanson en anglais inédite, extrait de son futur album, avant de permettre à l’assistance de prendre un aller simple pour le nirvana en nous interprétant son grandiose L’histoire du loup dans la bergerie. The classique que l’on n’osait espérer. Point d’orgue d’un concert remarquable. Quel dommage pour vous que cette tournée n’ait pas été plus longue. C’est vraiment ballot !

 

Le site de CharlElie Couture, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit de lui, c’est là. Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives