CMS

Namur 2019. Trois Cafés Gourmands… et l’addition, svp !

Trois Cafés Gourmands sur la scène de Namur (photos Christophe Dehousse)

Trois Cafés Gourmands sur la scène de Namur (photos Christophe Dehousse)

Les Solidarités, Namur, 24 août 2019,

 

Les organisateurs des Solidarités n’étaient pas peu fiers d’annoncer la présence à Namur, ce samedi, du groupe Trois Cafés Gourmands. Et pour cause ! Il s’agissait de la première venue en Belgique de la formation, qui connaît actuellement un succès fulgurant, en France comme chez nous, notamment avec son titre À nos souvenirs (dont le clip totalise plus de 146 millions de vues sur You tube !).

L’énorme succès de Trois Cafés Gourmands tient du conte de fée. L’histoire de trois potes, quasi un groupe de balloche, qui décrochent la timbale en faisant vibrer la France au son de leurs chansons à la gloire du pays profond. Pourquoi pas ? Au moins ne pourra-t-on pas les accuser d’être un coup du show-bizz, tant personne n’a vu venir cette incroyable ascension. On est en droit d’être dubitatif sur la suite de leurs aventures, mais au moins le feu, s’il s’avère au final être de paille, aura-t-il brillé de mille éclats.

MAIS AUSSI Angèle fut incontestablement le clou de cette édition 2019 des Solidarités. 25.000 personnes, dont 8.000 enfants, se pressaient pour venir l’applaudir. C’est plus, beaucoup plus, que ce que l’Esplanade de la Citadelle de Namur, pourtant gigantesque, peut accueillir. Même les organisateurs semblent avoir été dépassés par l’extrême popularité de la jeune chanteuse bruxelloise. Résultat : nombre de spectateurs n’ont pas pu approcher de la scène et ont été contraints de regarder le concert sur des écrans géants situés à l’écart. Des larmes roulaient sur les joues de dizaines de petites filles déçues... Autre effet collatéral de ce succès colossal : les artistes programmés en d’autres endroits ont vu leur assistance se réduire comme peau de chagrin, le public quittant petit à petit les lieux pour rejoindre la grande scène !

MAIS AUSSI
Angèle fut incontestablement le clou de cette édition 2019 des Solidarités. 25.000 personnes, dont 8.000 enfants, se pressaient pour venir l’applaudir. C’est plus, beaucoup plus, que ce que l’Esplanade de la Citadelle de Namur, pourtant gigantesque, peut accueillir. Même les organisateurs semblent avoir été dépassés par l’extrême popularité de la jeune chanteuse bruxelloise. Résultat : nombre de spectateurs n’ont pas pu approcher de la scène et ont été contraints de regarder le concert sur des écrans géants situés à l’écart. Des larmes roulaient sur les joues de dizaines de petites filles déçues… Autre effet collatéral de ce succès colossal : les artistes programmés en d’autres endroits ont vu leur assistance se réduire comme peau de chagrin, le public quittant petit à petit les lieux pour rejoindre la grande scène !

Et sur scène, ça donne quoi ? Ça donne ce à quoi on peut s’attendre à l’écoute des chansons. A savoir un concert festif, selon l’appellation contrôlée, avec beaucoup de monde sur scène et plein d’instruments acoustiques pour assurer l’ambiance : guitares, batterie, claviers, contrebasse, trompette, trombone, clarinette, violon… Ne manquait à l’appel que l’accordéon, à moins qu’il m’ait échappé. Le groupe est bien au point et les voix des deux chanteurs et de la chanteuse se marient impeccablement. Les chansons sont à l’unisson : positives pour nous porter à la réalisation de nos rêves, consensuellement dénonciatrices de cette vie moderne si éloignée des vraies valeurs, dénonçant la corrida à la manière d’un Cabrel ou plongeant dans la nostalgie de l’enfance… Rien de bien méchant, mais rien de bien original non plus.

C’est probablement là que le bât blesse le plus, cette impression de déjà-vu, déjà-entendu. Certes, la formation nous a livré une prestation entraînante et joyeuse dans la forme, tranchant radicalement par l’emploi d’instruments traditionnels avec la kyrielle de groupes électro qui peuplaient le festival. Mais, sans même évoquer les moins médiatisés Rue Kétanou ou Debout sur le zinc, leur univers musical est un mix entre Tryo, Zaz et Boulevard des Airs. Pas déplaisant sur le moment, bien vite oublié sitôt le concert fini.

Trois Cafés Gourmands est à consommer sans retard. Ceux qui vont au concert dans le but de s’amuser, se défouler et se détendre sans arrière-pensées y trouveront leur compte. Il est recommandé à ceux qui attendent davantage de passer leur chemin.

 

Le site de Trois Cafés Gourmands, c’est ici ; le facebook d’Angèle, c’est làImage de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives