CMS

Rezvani : le zèle de Z’elle

zelle 001Si une de ces actrices, de ces chanteuses qui ont leur rond de serviette sur presque tous les plateaux télé, se mettait à sortir un album de chansons de Rezvani, la presse bobo s’en réjouirait, Télérama ferait son papier enjoué. Et le public curieux mettrait un nom – un vrai – à l’auteur du Tourbillon (de Jules et Jim de Truffaut) et à quelques autres chansons alors venues réveiller nos oreilles, telle que J’ai la mémoire qui flanche.

Bon, là, l’interprète est Z’elle : c’est son nom d’artiste. Z’elle est lyonnaise, du collectif des Zondits. Elle est interprète, une de celles qui redonnent son et sens à cet art précis de se mettre en bouche les mots et les émotions d’autrui. Son précédent album conviait à ce titre – 13 titres précisément – la crème de la chanson, jolies Rencontres (les Lebègue, Barbara, Mama Béa, Pestel, Louki, Piton, Joyet, Ferré et autres encore). Là, c’est un auteur, un seul : Rezvani, avec ce côté suranné (que Z’elle exprime avec zèle par des pochettes, celle-ci comme la précédente, trop vieillottes, absolument pas commerciales) : sans les confondre avec celles des illustres gouailleuses d’avant-guerre (il y a certes l’effronterie et ce côté alerte dans les propos, bonne humeur, joie de vivre et bonne rasades de bon sens mais sans le côté cœur cassé et bleus dans l’œil de ces chanteuses fatalistes), la trame n’est pas drame.

Romancier, dramaturge, essayiste, peintre, Rezvani sa tata aussi du côté de la chanson, )à la fin des années 50, sur une guitare qui lui avait offerte par Francesca Solleville. Des chansons rien que pour des soirées entre amis jusqu’à ce que l’ami Truffaut en prélève une pour son Jules et Jim d’antologie, jusqu’à ce que l’Académie du disque Charles-Cros en fasse un de ses grands prix…

J’ai déjà dit (pas ici, sur Chorus) l’estime en laquelle je tiens Z’elle, de ce beau travail de transmission des interprètes, trop souvent oublié Ce disque-là est une cerise sur une discothèque, un plaisir en sus, comme une boite de chocolats, de pâtes de fruits. C’est assez irrésistible.

Z’elle, Je te plum poterai, autoproduit, 2012. Le site de Z’elle c’est ici.

Une réponse à Rezvani : le zèle de Z’elle

  1. lostinthiswhirlpool 26 avril 2013 à 9 h 00 min

    Merci de faire connaître ce disque.

    C’est vrai que la pochette est kitsch à souhait et n’est pas vendeuse, mais au moins ça sort de l’ordinaire…

    (ps: il y a quelques fautes de frappe dans l’avant-dernier paragraphe)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives