CMS

Victoires de la musique 2018. Et le gagnant est… Orelsan

Orelsan, capture d'écran de son clip "Basique"

Orelsan, capture d’écran de son clip « Basique »

33eme Victoires de la Musique 2018,

 

Bien sûr Michèle Bernard ou Monique Brun n’ont aucune chance d’être nommées Artistes de l’année aux Victoires de la… quoi ? de la Musique. La première a dû se contenter d’un plus confidentiel quoique très prestigieux Prix Charles-Cros 2016 du  meilleur album (pour la quatrième fois), après avoir aussi été récompensée en 2013 pour son spectacle. Cependant dans ce millésime nous trouvons nommés quelques artistes que nous suivons régulièrement ou remarquons au passage, tel Bernard Lavilliers, Gauvain Sers, Catherine Ringer, Camille, Mathieu Chedid, Aliose, Gaël Faye, Fishbach, Albin de la Simone, qui paraît bien étrange avec sa délicate chanson d’amour entre MC Solaar et les Brigitte… Même Orelsan et Lomepal en musique urbaine…

Alors si l’on supporte les commentaires qui se veulent humoristiques de Daphné Bürki dans sa robe – heu… chamarrée, « Ça m’a détendue » dit-elle après la chanson d’Albin, et l’hommage Slimane-Pagny, un  Requiem pour un fou qui fait vraiment regretter Johnny, on peut jeter un coup d’œil distrait à cette émission. Bon, je ne vous en dis pas plus. Ah si, c’est Sting qui présidait la cérémonie.

-Prix de l’album Musique du monde : -M-, Toumani Diabaté, Sidiki Diabaté et Fatoumata Diawara pour leur disque « Lamomali », sorti en avril dernier. On applaudit.

-Prix de l’album rock  : « The Evol » de Shaka Ponk. Ils aiment bien Shaka Ponk aux Victoires.

-Prix de l’album de musiques électroniques ou dance : Dominique Dalcan pour « Temperance ». Juste retour, tout en anglais mais l’audace musicale a payé.

-Création audiovisuelle de l’année : Orelsan pour Basique, de Greg &Lio. Esthétique réussie, efficace critique des aphorismes basiques échangés sur « les réseaux ».
Dommage pour Gauvain Sers, son clip intimiste et tendre avait moins de chance …Ça ne l’empêche pas de faire son (large) chemin.

– Chanson originale de l’année, décernée par les téléspectateurs : Dommage par Big Flo & Oli le duo toulousain. Naïf et frais en apparence, un fond de gravité. Comme pour Tout va bien d’Orelsan il y a la patte de Stromae.

– Spectacle musical, tournée ou concert de l’année :  Camille. Devant Depardieu chante Barbara, et Julien Doré.

-Album de chanson de l’année : « Géopoétique » de MC Solaar qui fait un retour marqué. C’est sa cinquième victoire. Devant Albin de la Simone et Brigitte. Une redéfinition de la chanson.

-Album Révélation de l’année : « Petite amie » de Juliette Armanet. Son style glamour rétro-chic un peu affecté a été préféré à la pop tendre d’Aliose. On aurait bien aimé écouter encore une fois PS.

-Album de musiques urbaines de l’année : « La fête est finie », d’Orelsan. Devant Lomepal et BigFlo & Oli.

– Révélation scène de l’année : Gaël Faye, déjà primé pour son livre du Goncourt des lycéens, devant Fishbach et Eddy de Preto. Je m’attendais plutôt à la victoire de ce dernier, qui me fait penser à Pierre Lapointe.

– Artiste masculin de l’année : Orelsan, devant le géant Lavilliers, et Soprano, meilleur vendeur de l’année.

- Artiste féminine de l’année : Charlotte Gainsbourg, devant Catherine Ringer et Louane. Son album « Rest » écrit en anglais et en français, a été enregistré à New York sur la musique de SebastiAn, sauf une de Mac Cartney qui n’est pas la meilleure.

- Etienne Daho est récompensé d’une Victoire d’honneur pour l’ensemble de sa carrière. 

En vidéo Aliose avec PS de l’album « Comme on respire » (2017)
Image de prévisualisation YouTube

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives