CMS

Renaud, niveau zéro

Renaud (photo non créditée)

Renaud (photo non créditée)

Je plains le fan au seul fait qu’il soit fan. Il m’attriste, me déconcerte. Comment peut-on, au prétexte qu’on aime quelqu’un, abdiquer à son profit tout jugement, tout discernement, tout libre arbitre, toute trace d’intelligence. Tiens, un peu comme en Corée du Nord…

Fan est le diminutif de fanatique. On est fan d’un chanteur – forcément une star ! – d’un acteur, d’un présentateur à la téloche, d’un sportif… D’un homme politique même. Imaginez les fans de Jair Bolsonaro, le génocidaire fou de la forêt amazonienne et des Indiens qui la peuplent, inquiets de la santé de leur président tout en étant persuadés qu’il n’est atteint que d’une grippette.

Imaginez les fans de Zemmour, d’Hanouna, de Bigard, de Dieudonné, de Ramadan, de Benalla… De Mylène Farmer, de Gyms, de Dion, de Lavilliers, de Ferré même… Je vous le dis, je plains les fans. Tous les fans.

Je suis de ceux qui tiennent, ou ont tenu, Renaud pour chanteur important. L’Histoire dira un jour sa juste place dans la chanson française, son exacte contribution. Le temps de l’Histoire n’est pas celui du biznesse qui, lui, fait son gras sur l’instant, se gave dès qu’il peut, autant qu’il peut, quitte à pressurer un chanteur en sursis. Les grandes années de Renaud se conjuguent au passé. Il a coulé de l’eau sous les ponts ; il en a coulé dans l’anisette. Comme artiste, Renaud n’est même plus l’ombre de lui-même : il n’est objectivement plus grand’chose. Mais représente toujours un potentiel commercial des plus juteux. Peu importe la qualité : il vend. Et, au passage, fait bouffer pas mal de monde.

Renaud vient de faire une chanson d’après confinement : le milieu de ses fans est comme à chaque fois en ébullition, en béat émerveillement. Rien que d’en faire une nouvelle prouve si besoin est que l’autoproclamé « chanteur énervant » est, contre toute attente, toujours de ce monde. Et c’est peut-être ça que l’on célèbre plus que cette chanson poussive aux rimes indigentes, niveau sortie de CE1, à peine entrée en CE2. Car, par Corona song, Renaud s’ébroue dans le médiocre, enfile les clichés les plus éculés où chien rime avec pangolin, Chabot avec Bachelot, blaireaux avec McDo et, fin du fin, « salaud de virus » avec Coronavirus : le niveau zéro de la chanson. Faire pire est difficile. Renaud sait-il encore qu’il chante, et ce qu’il chante ? Sait-on que, naguère, on l’a pris pour l’héritier de Villon et de Brassens, ce qui n’est pas rien…

Les amateurs de chanson, ceux qui savent ce que chanson veut dire, seront à nouveau consternés, pas de cette pitoyable chanson (tout un album devrait logiquement suivre), mais de ce qu’est devenu ce chanteur envers lequel ils ont gardé grande estime. Ce Renaud, jadis tué par Renard, cette dépouille que les marionnettistes du chaud biznesse ressortent à chaque fois qu’il convient de faire du cash. Et les fans écervelés applaudissent : c’est ça, en fait, qui me semble le plus consternant.

 

Ce que NosEnchanteurs a déjà dit sur Renaud, c’est ici. Image de prévisualisation YouTube

 

Pour rappel, une autre chanson sur le même sujet, autrement plus travaillée :

Pierre Perret « Les confinis » Image de prévisualisation YouTube

37 Réponses à Renaud, niveau zéro

  1. Simpson 11 juillet 2020 à 12 h 19 min

    J’en ai lu des conneries sur lui. Mais celle ci est quand-même au dessus du lot ! Bande de crétins.
    De 1 c’est une chanson gratos. Sans maison de disque faite avec l’arrache entre pote, c’est un délire et c’est annoncé comme ça. Donc déjà, renseignez-vous avant de faire un article, journalistes en carton. De deux associer le mot « anisette » à Renaud, c’est bas, sachant que c’est l’alcoolisme est une maladie et que le gars se bat depuis des années. Vous parlez de bizness. Mais sachez bien qu’aucun chèque ne fera faire un album ou une chanson à Renaud. Il fait quand il en a l’envie. Par contre, faire un article sur lui, là ça apporte des vues et du clic. Les charognards du bizness. Et pour finir. Puisque cela vous étonne qu’il n’est pas mort, sachez que même mort il aura toujours + de respect et de talent que vous pauvres journalistes du néant.

    Répondre
    • Michel Kemper 11 juillet 2020 à 14 h 38 min

      Si encore vous aviez l’élégance (le courage ?) de signer ce commentaire de votre nom, au lieu de prendre un pseudo qui plus est ridicule. Quant au reste, croyez au père Noël si vous voulez…

      Répondre
  2. Bruno Kreitz 11 juillet 2020 à 14 h 53 min

    Je suis obligé de convenir que tu as raison sur toute la ligne, moi qui ado a considéré Renaud comme maître à penser et même comme « père de substitution ». En tous cas c’était mon référent masculin celui qui aux côté de Cavanna, Bedos, Coluche… a contribué ma conscience politique et humaniste.
    Aujourd’hui il n’est que l’ombre de l’ombre de ce chanteur énervant des années 80. Son texte est en effet du niveau CE1 mais je ne peux m’empêcher d’être content de lui voir ce sourire retrouvé à la fin de la chanson. En tant que « fan » j’arrive encore à juger de la qualité ou non qualité de ses textes. En revanche, tant qu’il sera vivant et sans doute même après sa mort j’aurai toujours de la tendresse pour l’homme qu’il représente à mes yeux.

    Répondre
  3. Pierre Bondroit 11 juillet 2020 à 14 h 57 min

    Un déchirement d’assister ainsi à la lente agonie de ce grand monsieur qui fait partie de moi… Me reviennent en mémoire les vers de Brassens (« Stances à un cambrioleur ») : « Laisse-moi, je t’en prie sur un bon souvenir… »
    Je sais tout ou presque de tes moments lumineux et sombres…
    Rassure-toi, cher Renaud, depuis mes 7 ans où j’achetai, en 1975, ton tout premier album et les autres qui suivirent, je garde en mémoire tous les moments forts vécus avec toi, en écoutant tes disques ou en t’ayant vu sur scène… Mais j’ai le coeur fendu…

    Répondre
  4. Jean-marc Nicolai 11 juillet 2020 à 14 h 58 min

    Le clop, le 51, l’âge, le blues, les ruptures….. Mais qu’est-ce qui a bien pu cramer les neurones et l’inspiration de Renaud ? Un peu tout ? Ou tout simplement le manque d’envie sincère et des traites à honorer…..

    Répondre
  5. Odile Frison 11 juillet 2020 à 15 h 00 min

    Quelle tristesse ! Le seul réconfort est qu’il vit toujours et que d’avoir des projets de Chansons l’aide certainement à tenir debout, mais effectivement, quelle désolation, quand on a tant aimé sa poésie, du temps jadis !

    Répondre
  6. Claude André 11 juillet 2020 à 15 h 02 min

    Entièrement d’accord avec ce texte. Je ne comprends cependant pas le lien avec Ferré, Lavilliers et consorts et les fans.

    Répondre
    • Michel Kemper 11 juillet 2020 à 15 h 04 min

      Claude, c’est simple : s’il y a une chose qui peut unir de tels artistes, Ferré inclus, ce sont les fans. Pour en avoir côtoyé, il n’y a rien de plus semblable qu’un fan de Renaud à un fan de Ferré : quand on est fan, on abdique tout jugement.
      Ne soyons jamais fan d’un artiste, restons amateur de son art, c’est plus sage.

      Répondre
  7. Olivier Clémence 11 juillet 2020 à 15 h 11 min

    Pour Pierre Perret je confirme, sa chanson est vraiment bien écrite et, même avec un sujet grave, Perret y met toujours un peu de joie, d’espièglerie.

    Répondre
    • Jean-Luc Malandain 20 juillet 2020 à 20 h 05 min

      Cette chanson de Perret est une chanson facile, une chanson de fainéant, comme à mon avis, la carrière de Perret. On n’écrit pas tous les jours « Le Café du Canal » hélas… Combien de vers de mirliton, combien de « tubes » populistes de celui qui aurait pu s’inscrire dans la lignée de Brassens…

      Répondre
  8. Eduardo Pisani 11 juillet 2020 à 15 h 37 min

    Bonjour, je ne suis pas fan de Renaud, je ne l’ai jamais été, mais cet acharnement contre lui, franchement je trouve ça pas bien du tout. Les médias ont décidé que sa nouvelle chanson, c’est de la merde et tout le monde suit le mouvement. Dans une élection politique ce qui compte, c’est la majorité, Allez voir en bas de la vidéo de Renaud, vous verrez que la majorité a cliqué j’aime. Tous les médias soulignent les commentaires négatifs, aucun média ne parle des commentaires positifs. Renaud fait du Renaud depuis qu’il chante. Pierre Perret essaye de faire du Georges Brassens depuis 60 ans sans y parvenir. La pire chanson de Renaud est plus agréable à mes oreilles que la meilleure chanson de Pierre Perret. Je sais, ça vous fait chier, mais la nouvelle chanson de Renaud, c’est un tube ! ! !

    Répondre
    • Michel Kemper 11 juillet 2020 à 15 h 40 min

      Pourquoi appelle-t-on une chanson à succès un tube ? Parce que c’est creux !

      Répondre
    • Jean-Luc Malandain 20 juillet 2020 à 20 h 06 min

      Ô combien d’accord…

      Répondre
  9. Serge Le Vaillant 11 juillet 2020 à 17 h 02 min

    Evidemment, sa chanson est une bouse. Celle de Perret ne vaut pas mieux. Les deux tapent dans une démagogie de circonstance. J’ai du mal à comprendre le débat qui s’est enclenché ici sur la fanatisme. Dans le répertoire de chaque artiste, il se trouve des productions qui ne sont pas à la hauteur du talent qu’ils ont pu exprimer parfois. La plupart le reconnaisse volontiers. Renaud m’a dit un jour: avant cinquante ans, on peut avoir du talent. Après cinquante ans, il faut travailler… Ben bosse davantage mon gars.

    Répondre
  10. Adriana Gonzalez 11 juillet 2020 à 17 h 07 min

    Tout a fait d’accord Michel , quand j’ai vu ça j’ai ressenti une tendre pitié pour lui, je reste avec le Renaud de Mistral Gagnant et Manhattan Kaboul, et c’est celui qui je présente à mes élèves et amis ….

    Répondre
  11. Bruno Soldera 11 juillet 2020 à 17 h 14 min

    Très bel article.
    Malheureusement…

    Répondre
    • Jean-Luc Malandain 20 juillet 2020 à 20 h 08 min

      Tirer sur une ambulance n’a jamais fait et ne fera jamais un « très bel article ».

      Répondre
  12. Guillaume Robert 11 juillet 2020 à 17 h 15 min

    Son entourage est à ce point faux-cul pour que personne ne lui dise qu’il se ridiculise encore plus ?

    Répondre
  13. Jean-Pierre Fauré 11 juillet 2020 à 17 h 39 min

    J’ai vraiment de la peine pour lui. C’est un type que j’adore mais là il touche le fond. Son dernier cd est un désastre et cette chanson sur le Corona… Pfff. J’ai beaucoup d’empathie pour Renaud. Je ne sais pas qui l’entoure… mais si ils lui veulent du bien, qu’ils le mettent devant sa propre réalité.

    Répondre
  14. GuL DeboA 11 juillet 2020 à 17 h 40 min

    Engagement à 2 balles, poésie à 0,50 bref Michel tout est dit.

    Répondre
  15. Serima Mona Alfarino 11 juillet 2020 à 17 h 42 min

    Les artistes devraient apprendre à décrocher quand le moment est venu, pour éviter de faire pitié ! j’ai adoré Renaud depuis ses débuts, mais là j’avoue que j’ai du mal à le supporter… il faut apprendre à vieillir quelque soit la vie qu’on mène…

    Répondre
  16. Natalie Kotka 11 juillet 2020 à 18 h 00 min

    Je vais me faire l’avocate de Renaud puisque (presque) tout le monde le descend : Renaud fait du Renaud. Il a toujours été à contre-courant de la bien-pensance. Et la bien-pensance règne en maître de nos jours… Je pense que c’est un artiste honnête, il dit ce qu’il veut, et ça doit déranger. Il se surnommait lui-même « le chanteur énervant ». Un artiste décroche quand il en a envie, ce n’est pas à nous de le pousser vers la sortie. Pour avoir accompagné mon père musicien jusqu’à la fin de sa vie, je savais qu’il avait plaisir à tenir son violon et à l’effleurer de son archet, oh bien-sûr pas comme au temps où il était alto soliste de l’orchestre national d’Ile de France, mais juste que c’était encore de la musique et il s’en dégageait une autre émotion. Plus celle de la fougue, de la virtuosité, mais celle de l’émotion, de l’humilité… Bela Bartok disait « les compétitions sont faites pour les chevaux, pas pour les artistes ! » Arrêtez de voir les artistes comme des produits rentables, compétiteurs, lisses, corrects, mais je sais bien que c’est notre époque aseptisée qui veut ça. Regardez simplement leur humanité, leurs faiblesses comme leurs forces. Dans toute oeuvre d’artistes il y a les chansons majeures et les chansons mineures, c’est normal. Ce n’est pas une raison de les casser pour autant. Même les Beatles ont des chansons mineures à leur répertoire, ils n’ont pas fait que des chefs d’oeuvre.

    Répondre
  17. Sylvie Pouchet 11 juillet 2020 à 19 h 26 min

    Là, on n’en est plus à chercher si c’est une chanson mineure, c’est soit du second degré de sa part (le clip le laisse penser car sinon alors là on a atteint les abysses) soit le ticket d’entrée pour l’Epadh. Il faut savoir raccrocher les gants. Quant à la bien-pensance, cette chanson est plutôt en plein dedans, enfoncer des portes ouvertes, ce n’est pas très dérangeant

    Répondre
    • Michel Kemper 11 juillet 2020 à 19 h 37 min

      J’ai lu beaucoup de commentaires de fans de Renaud qui voient en cette chanson une « chanson engagée » (si, si !). Engagée en quoi ? Que des poncifs mille fois rabâchés (et beaucoup de mépris, je n’ose dire de racisme, envers les Chinois). Est-ce vraiment révolutionnaire de railler Douste-Blazy et Roselyne Bachelot pour leurs prestations télé ? Est-ce grand courage de fustiger Trump ? La chanson engagée est bien autre chose : il fut un temps où Renaud y a contribué. Plus maintenant. Renaud fait dans la bien-pensance. Ou pire encore, il fait comme s’il ne pensait justement plus rien, comme s’il ramassait des slogans faciles et puérils traînant par terre. Quand on a été Renaud, on ne se permet pas ça. Au mieux, on arrête de chanter.

      Répondre
  18. Frédéric Mignot 11 juillet 2020 à 22 h 05 min

    (sur l’air de Fatigué de Renaud)

    J’écris pour dire combien ma déception est grande.
    Peut-être suis je seul, ou est-on des milliers,
    A croire que le phoenix a péri dans ses cendres,
    Que, de son souvenir, on doit se contenter?
    Que sa magie des mots s’est éteinte à jamais,
    Refroidie dans les restes de l’ancien brasier.
    Je garde son empreinte un peu fossilisée,
    Comme la précieuse preuve des années traversées.

    Fatiguées, fatiguées.
    Fatiguées sa conscience et sa lucidité,
    Sa saine indignation que l’on a tant aimées
    Et que le temps qui passe a fini par brûler.
    Fatiguées, fatiguées.

    Fatigué mais poussé à pas encore se taire
    Même si ses sorties peuvent sembler minables
    Et qu’il peine à faire croire qu’il serait encore vert.
    Pour donner le change, il est de plus en plus mal.
    Hélas il a perdu son espiègle écriture
    Et l’admirable verve qu’il avait naguère.
    Bien souvent aujourd’hui, il se caricature,
    Voulant compter encore mais prouvant le contraire.

    Fatigué, fatigué.
    Fatigué mais sortant des titres alimentaires,
    Bien que mal inspiré, diminué et amer,
    Cherchant sans la trouver l’inspiration d’hier.
    Fatigué, fatigué.

    Fatigué et reclus chez lui au quotidien,
    Interrogeant, sans doute, à quoi rime la vie.
    Porté à bouts de bras par quelques uns des siens,
    Qui l’aiment plus que tout ou profitent de lui.
    Ses chansons d’autrefois, je les connais par cœur,
    Ses moindres jeux de mots, le moindre de ses vers,
    Il restera toujours une place dans mon cœur
    Pour celui qui a si bien chanté la galère.

    Fatigué, fatigué,
    Fatigué de fumer et fatigué de boire,
    De noyer son chagrin dans ses verres de Ricard,
    Et de juguler sa mysanthopie notoire.
    Fatigué, fatigué.

    Celui qui autrefois traduisait notre rage,
    Chantait si bien l’amour, la banlieue, les oiseaux,
    Prenant de la bouteille et puis prenant de l’âge,
    S’est rangé par défaut au côté du troupeau.
    Dans ses chansons, jadis, j’ai trouvé mes racines,
    Les prémices larvés de mon engagement,
    De le voir aujourd’hui m’attriste et me chagrine.
    Mon enfance s’en va, balayée par le vent.

    Fatigué, fatigué.
    Fatigué de pleurer ceux que l’on a aimé,
    Surtout ne plus rien dire mais ne rien oublier,
    Des airs et des paroles qui nous ont façonnés.

    Fatigué, fatigué.
    Fatigué de savoir combien on s’est leurré.
    Fatigué de classer tous ces beaux discours
    A la rubrique des souvenirs insensés.
    Fatigué, fatigué.

    Répondre
  19. Mikaël Dulieu 12 juillet 2020 à 9 h 55 min

    Personnellement je n’apprécie pas cette chanson que je trouve racoleuse, mais je n’oublie pas les merveilles que cet artiste à offert à la chanson française et si y a bien quelque chose qui transpire toujours chez Renaud c’est sa TENDRESSE . Renaud c’est un des derniers piliers d’une chanson française en déclin, Renaud c’est l’ancien, perdu dans les rouages d’une industrie numérisé, c’est ton grand père ou ta grand mère qui cassé par la vie tente tant bien que mal d’exister dans le monde d’aujourd’hui tout en sachant que l’échéance est inévitable et que le plus beau est derrière lui, j’ai trop de respect pour les anciens.

    Je vais être sincère, je trouve cet article aussi racoleur que la chanson de Renaud, et quand bien même cette chanson n’est pas d’une grande qualité, elle a tout de même l’utilité de permettre à quelques journalistes d’exister ou à quelque haters de faire monter les statistiques de leurs réseaux sociaux.

    Ce monde manque de tendresse.

    Répondre
  20. Ti Balt 12 juillet 2020 à 13 h 10 min

    Le capitalisme ne va pas jeter un produit qui peut encore générer des profits à peu de frais

    Répondre
  21. Vincent Capraro 13 juillet 2020 à 9 h 12 min

    Il n’y a pas d’acharnement contre Renaud dans cet article, Michel Kemper admire l’oeuvre et l’artiste depuis toujours mais quand on aime son oeuvre et la chanson on a le droit de dire quand une chanson n’est pas bonne. Ce n’est pas du « Renaud bashing » de dire que cette chanson est d’une écriture plus que médiocre et indigne du poète qu’il a été. Depuis près de 40 ans j’ai une énorme admiration pour cet homme et son oeuvre et mon sentiment est tout simplement de la tristesse de constater qu’il n’est plus en capacité de se rendre compte que ce qu’il ecrit n’est pas bon. Brassens a dit de ses chansons qu’elles étaient bien construites, il était tellement fier de ce compliment et s’est appliqué pendant longtemps à écrire des merveilles qui ont touché des millions de personnes. La virulence des débats autour de Renaud montrent combien cet homme a touché le public mais certains semblent avoir perdu tout discernement, aveuglés par l’affection démesurée qu’ils lui portent. Moi aussi je suis triste de le voir comme ça, j’aurais adoré qu’il conserve sa verve, sa flamboyance, son esprit fin, mutin et drôle. La réalité est tout autre il faut l’accepter. Je fais partie de ceux qui depuis longtemps pensent qu’il faut lui foutre le paix bien sur mais, dans la mesure ou il a continué à produire des chansons, que sa volonté est de sortir encore un nouveau titre et bien on peut s’autoriser le droit de critiquer cette production artistique sans passer pour des blasphémateurs. Je lis ça et là que l’entourage de Renaud profiterait de lui et l’encourage à écrire par pur intérêt. Je pense que Renaud fait absolument ce qu’il veut et c’est bien mal connaitre le loustic que de croire qu’il serait sous influence. Finalement si pour Tenir debout il a besoin d’écrire, qu’il le fasse, peut importe la qualité. Je pense que c’est sa façon pour survivre, tant mieux. On est pas obligé d’écouter le Renaud d’aujourdhui, il a une bonne quinzaine d’albums qui regorgent de trésors.

    Répondre
  22. Henri Lorin 13 juillet 2020 à 13 h 03 min

    Bah moi je suis du même avis que Michel Kemper…
    On a d’un côté des hordes de fans aveugles et sourds qui trouveraient ça génial même si Renaud lisait le bottin et de l’autre un conglomérat de charognards poussant Renaud à faire des chansons parce que ça rapporte et sans jamais lui dire que ce qu’il fait est devenu au mieux très moyen.
    Depuis 2007 c’est comme ça.
    Alors puisque les critiques feraient mieux de se taire selon certains que les fans et les charognards en fasse de même !

    Répondre
  23. Catherine Laugier 15 juillet 2020 à 12 h 54 min

    Chanson engagée de Renaud, paroles et Musique, La Médaille, 1994. Relaxé de l’accusation d’Offense à l’armée, le Ministre de la Défense n’ayant pas porté plainte.
    https://www.youtube.com/watch?v=P6lObJ2EnmY

    Répondre
  24. Dominique Cozette 18 juillet 2020 à 15 h 20 min

    Tristesse, effectivement. Mais après tout, s’il veut encore exister, au détriment de son art ou de son image…

    Répondre
  25. Pierre Grammont 18 juillet 2020 à 15 h 22 min

    Le clip aurait au moins pu compenser (masquer) la faiblesse de la chanson, mais non, il est au même niveau. C’est ça qui est dingue. Spectaculaire, même.

    Répondre
  26. Serge Largeron 18 juillet 2020 à 15 h 23 min

    Entièrement d’accord sur le « fanatisme » en toutes circonstances, et malheureux de voir ce que l’on peut devenir… ce qui manque le plus aussi bien aux artistes qu’aux politiques ou autres encore, c’est de SAVOIR ARRÊTER, savoir tirer sa révérence, se faire oublier….

    Répondre
  27. Angela Naud-Debry 18 juillet 2020 à 15 h 24 min

    J’ai tenu… 10 secondes ! Insupportable de médiocrité. Insupportable de voir Renaud dans cet état

    Répondre
  28. Christian Chavassieux 18 juillet 2020 à 17 h 29 min

    La fan-attitude est un phénomène assez étrange, et pas nouveau. Pour le reste, voyons, objectivement : cette chanson n’est pas terrible, c’est vrai mais elle n’est pas plus mauvaise que ses autres chansons « engagées », et les rimes à deux balles font partie de sa manière, on peut les écouter avec la distance nécessaire, pour de rire, comme « avant ». Renaud n’a jamais été aussi bon que dans ses chansons tendres. Son apport est là, il y est paradoxalement moins naïf que dans ses élans citoyens. Je ne suis pas fan du tout de Renaud, ni d’aucun autre, d’ailleurs, mais lire quelqu’un s’épancher sur un tout un article pour dire à quel point il est devenu pathétique, me met mal à l’aise.

    Répondre
  29. Henry TILLY 21 août 2020 à 17 h 31 min

    Au risque de passer pour un affreux « sniper  » qui tire sur des ambulances, je dois dire que je suis totalement d’accord avec Michel et pourtant Dieu sait combien je suis un amateur et un admirateur de Renaud.
    Dire ce que l’on pense avec sincérité et authenticité à un ami, à son propre frère, est un devoir, quand il vous délivre ses propres pensées ou pire, quand il les publie. Dans ces cas-là, le silence serait le pire des mépris. Un ami, un frère méritent mieux que le mépris mais il est vrai que votre opinion peut ne pas lui plaire. Il doit pourtant l’encaisser, même s’il argumente pour la contester et savoir en tirer ce qui est positif. Sans cette indispensable sincérité, il ne peut y avoir d’amitié ou de fraternité fiable. Toute relation ne serait supposée fondée que sur la flatterie, la flagornerie, autant dire de la merde, s’il faut juste choisir entre une silence méprisant (et lâche) et l’expression argumentée d’une opinion sur une oeuvre nouvellement sortie.
    Le jugement porté ici ne concerne précisément que cette chanson: »Corona song » et ce qui gravite autour ; j’oserai peut-être faire remarquer aux « impatients » qui ne lisent que quelques l
    mots de tout un article, que l’oeuvre de Renaud, le Renaud que nous aimons, n’est nullement écorchée, bien au contraire.
    Maintenant, j’aimerais dissiper un malentendu: il y a belle lurette que Renaud a échappé à la « confidentialité » imposée à grand nombre d’artistes de grande qualité par le système médiatique et le « show-bizz ». Il est considéré depuis des lustres par ce système comme une icône, une « statue du Commandeur », parfois encombrant, certes mais nécessaire, comme ses collègues Cabrel ou Souchon, eux aussi artistes de haut niveau, complètement démarqués des « artistes élevés en batterie » dans les « poulaillers » des Majors, nécessaires pour les utiliser parfois comme « cautions ».
    Nous les aimons profondément, ils demeurent authentiques et relèvent immanquablement le niveau de certaines soirées TV par leur présence toujours talentueuse.
    Quant à parler de la « chanson française moribonde », j’aurais tendance à croire que celui qui a écrit ça n’écoute que la TV et les « hits parades ». Fréquentez un peu la « chanson de proximité », celle des petites salles, des festivals (hors covid, évidemment) et vous découvrirez une chanson « francophone » vivante, diverse, renouvelée, qui souffre, certes, mais qui existe et accouche d’une autre qualité que les misérables programmes TV.

    H.TILLY

    Répondre
  30. Abdel De Rotomagus 20 septembre 2020 à 18 h 14 min

    Feuille blanche pour idées noires…
    27 mars 2011, 01:26

    A notre frangin,
    qui a tatoué pour toujours
    ses chansons dans nos cœurs…

    La gueule sur le comptoir,
    Feuille blanche pour idées noires,
    Taciturne, désabusé,
    « Cœur d’artichaut » est fatigué,
    Fatigué de croire, fatigué d’espérer,
    Fatigué du mensonge et de la vérité…
    Fatigué de chanter…

    Il lui revient en mémoire,
    Feuille blanche pour idées noires,
    Ses premiers pas, dehors,
    « Le Ballon rouge » , la palme d’or,
    Et son Paname pour décor,
    Ce bon vieux temps qu’est déjà mort,
    Ah! Il se revoit encore!

    Les promenades à la foire,
    Feuille blanche pour idées noires,
    Près des autos tamponneuses,
    Et oui déjà, Courir la « gueuse »…
    Un p’tit peu auto-stoppeuse,
    Il l’aurait préférée vicieuse !
    Voire allumeuse !

    Sur les planches, Café d’ la Gare,
    Feuille blanche pour idées noires,
    Ben, qu’est-ce que tu veux être ?
    « Je sais pas moi ! Poète ? »
    Avignon? Non, laisse béton !
    « Je serai mon seul patron ! »,
    Premières chansons!

    Aux écolos du samedi soir ,
    Feuille blanche pour idées noires,
    Pour son public qui le réclame,
    Chanteur de rue, il se proclame :
    « Moi j’suis amoureux de Paname,
    Du béton et du macadam! »
    On est tombé tous sous le charme…

    « Place à sa mob » sur le trottoir ,
    Feuille blanche pour idées noires,
    Place à l’argot, place au verlan,
    Place à Frehel et à Bruant !
    Premières santiags et blouson noir,
    Chansons réalistes, « les charognards »
    Et le p’tit bal du sam’di soir

    Il peaufine son répertoire,
    Feuille blanche pour idées noires,
    Dans un bistrot des plus cradingues,
    Le poing serré sur son flingue,
    Il chante sa Gonzesse, son Amazone,
    Et comme personne, il chante la zone.
    Pour nous, une vraie bouffée d’ozone !

    « It is not because you are ! »
    Feuille blanche pour idées noires,
    « Un Olympia pour lui tout seul »
    Ne lui fait pas fermer sa gueule !
    A contre-courant, c’est détonnant !
    Mais le succès est foudroyant,
    Pour notre « Chanteur énervant » !

    C’est toujours un coup de poignard,
    Feuille blanche pour idées noires,
    L’amertume malgré la gloire,
    De voir ses poteaux qui se barrent ,
    « Enfoiré, on t’aimait bien »,
    Putain d’camion, tchao Pantin !
    Putain! ça craint !

    Ballade de Willy Brouillard,
    Feuille blanche pour idées noires,
    Fin de siècle, de millénaire,
    Longue traversée du désert,
    L’inspiration en jachère…
    Et l’enfance en bandoulière,
    Chagrin d’amour, années « galère » !

    Au fond de son bistrot, peinard,
    Feuille blanche pour idées noires,
    Il s ‘est rangé des guitares,
    Docteur Renaud, Mister Renard,
    Il vit caché dans sa tanière,
    « cœur en miette », toujours sincère,
    ça a fait un « boucan d’enfer ! »

    La gueule sur le comptoir,
    Feuille blanche pour idées noires,
    Taciturne, désabusé,
    « Cœur d’artichaut » est fatigué
    Fatigué d’aimer, fatigué de chanter,
    Fatigué du mensonge et de la vérité…
    Fatigué d’espérer…

    Le silence, enfin, et puis le vent….

    Abdel
    Le 26 mars 2011

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives