CMS

Adamo, mais nous le savions déjà

Salvatore Adamo (photo Franck Loriou)

Salvatore Adamo (photo Franck Loriou)

« Vous qui patientez / Vous qui rêvassez / Vous attendez qui ? / Vous attendez quoi ? Que fais-je donc ici ? » A 74 ans, le plus belge des Siciliens de la chanson fait encore belle figure, la voix à peine altérée ou si peu. Comme protégé des ravages du temps, s’il n’y avait ses cheveux poivre et neige. Tombe la neige, c’était en 1964. Plus d’un demi-siècle de chansons, et vingt-cinq albums, celui-ci inclus.  Le « tendre jardinier de l’amour », comme l’a appelé Brel, bine et bêche toujours. Et la récolte, ma foi, est bien plus qu’appétissante : « Donnez-nous un rêve / Et nous soulèverons le monde / Le rêve d’un rêve et / Nous le chanterons à la ronde / Celui du semeur / Qui prie pour sa moisson / Ou de l’homme confiant / Qui construit sa maison ».

Adamo n’est plus, à son âge et en notre temps, obligé de nous sortir des tubes en cascade comme il le fit longtemps, comme le show-biz et son statut de vedette l’exigeaient. Plus besoin d’incarner le jeune galant, le gendre idéal du Vous permettez monsieur, de justifier la couverture de Salut les copains. Ses paroles ne sont plus pesées au trébuchet du succès. D’où une grande liberté de propos en filigrane de ses textes : « Si je te chantais la chanson / Qu’on bâillonne comme une injure / Mais qui déferle / Comme une lame de fond / Sur les prisons des dictatures / Je préfère chanter la chanson / De l’espoir qui se réveille / Liberté on chuchote ton nom / Dans les pays où tu sommeilles ». Si la tonalité, la dominante, restent l’amour, c’est un homme impliqué d’un monde tourmenté qui s’exprime et convoque en renfort, dans Un rêve, tant Mère Térésa, John Lennon que Cyrano de Bergerac : « Le rêve de n’pas tout fiche en l’air / Pour ne pas que la terre / Redevienne un désert / Sans rêve / Et sans lumière ». Engageant, non ? On écoutera de même avec attention Nu, qui nous parle de notre nudité, de notre vulnérabilité sur le net : exemplaire !

Salvatore Adamo- photo Franck LoriouSeul reproche qu’on peut faire à ce très estimable album, c’est l’orchestration (quarante-huit musiciens) parfois bien trop variétoche, forcément à l’obsolescence programmée, quand plus de retenue (notamment sur la batterie) serait la bienvenue. Comme ça l’est dans Sans toucher terre, très beau titre où il est question d’une femme « qui vient de là où la terre a pleuré éclaboussant de terre et de sang son cœur d’enfant, traversé les pays en guerre ». On s’intéressera plus encore au duo que forment sur ce disque Adamo et la chanteuse Camille, Juste un je t’aime, addition étonnante de deux voix dissemblables, l’une cristalline, l’autre éraillé comme on le sait. Encore de l’amour, me direz-vous. Oui, mais comme touché par la grâce. Du reste, le mot amour n’est jamais devenu vieux dans la bouche et les intonations d’Adamo.

Qui poursuit une carrière désormais sans plus aucun enjeu, si ce n’est de prolonger un parcours honnête et modeste. Et, quitte à faire, ajouter de belles et sincères chansons à son patrimoine. En plus engagé ? Pas plus que cette magnifique chanson que fut Inch’Allah en 1967, même si on peut lui opposer et préférer sa version corrigée (par Adamo lui-même) de 1993, qui en fait véritablement une chanson de paix.

Adamo est un mec bien mais ça, nous le savions déjà.

 

Salvatore Adamo, Si vous saviez…, Polydor/Universal 2018. Le site d’Adamo, c’est iciImage de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

4 Réponses à Adamo, mais nous le savions déjà

  1. J-P.W. 21 février 2018 à 20 h 24 min

    «  »" »"…Adamo est un mec bien mais ça, nous le savions déjà… »" »" »

    Oui Monsieur Salvatore ADAMO est un mec bien !
    C’est un auteur-compositeur interprète dont l’humilité n’a d’égal que son génie, un Artiste dont les richesses de coeur et d’esprit lui procurent cette source intarissable de créativité.

    Combien de trésors méconnus voire cachés, parmi les sublimes chansons de S. ADAMO que les médias, de la « bien-pensance », n’ont même pas pris la peine d’écouter, tout ça dans un snobisme des plus méprisants et pour lequel leur suffisance n’a d’égal que leur connerie !..

    Ce nouvel opus studio de Salvatore (« Si Vous Saviez ») est remarquable et exceptionnel et n’a surtout rien à envier de tous ceux qui l’on fait connaître mondialement.

    Et même si je dois heurter quelque peu son humilité, chapeau bas et grand respect à l’Artiste, mais aussi à l’homme de coeur qu’est Salvatore ADAMO !

    Jean-Pierre de Brétigny-sur-Orge (Essonne).

    Répondre
  2. Ludivine 23 février 2018 à 19 h 58 min

    Superbe album (peut-être le meilleur) de Salvatore Adamo. Tout y est : Poésie, humour, engagement… avec des textes magnifiques, sublimés par des mélodies exceptionnelles. Adamo est un orfèvre des mots et un très grand compositeur.

    Répondre
  3. segers 24 février 2018 à 20 h 34 min

    Adamo un homme bien (rires) pas complet l’article … « Adamo un génie plutôt «  »" point !!

    Répondre
  4. TITI63CLERMONT 10 septembre 2018 à 23 h 03 min

    Je suis en colère.

    Oui, le dernier album de Salvatore est le meilleur mais, voilà, j’ai beau réclamer les chansons de cet album sur les radios, aucun écho, on m’a répondu, on verra ou un animateur m’a dit: j’y penserais mais il a dû oublier
    Comment ne pas passer de telles chansons sublimes ?
    Comme dit mon ami Jean-Pierre, tout est dans cet album, la poésie, l’actualité qui ne laisse pas indifférent Salvatore, la magie des mots et un orchestre magnifiques, alors messieurs, les bien pensants, passez des chansons de cet album. Merci.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives