CMS

Jacques Douai « Il n’aurait fallu »

DOUAI Jacques 1960 N°6Il n’aurait fallu
Qu’on moment de plus
Pour que la mort vienne
Mais une main nue
Alors est venue
Qui a pris la mienne
Qui donc a rendu
Leurs couleurs perdues
Aux jours aux semaine

Jacques Douai (11 décembre 1920 – 7 août 2004)

Poème d’Aragon mis en musique par Léo Ferré. Extrait de l’album « N°6 » (1960). Ici en concert  à Montréal en septembre 1986. 

Comment ? Sauf à l’évoquer tous les ans lors du palmarès du prix qui porte son nom, Jacques Douai en personne ne figurait pas sur NosEnchanteurs…

Le 11 décembre 2020 Jacques Douai aurait eu 100 ans… Gaston Tanchon, de son nom de naissance, naissait le 11 décembre 1920 à Douai, qui lui donna son nom de scène. 
Dès 1947 il interprète avec finesse et d’une voix vibrante telle qu’on ne se l’autorise plus, des chansons poétiques anciennes, le plus souvent médiévales, ou contemporaines, de François Ier à Brel  en passant par Charles Cros, Prévert, Cocteau, Seghers, Aragon, Trenet, Brassens… dans les cabarets de la rive gauche.

C’est Chez Pomme qu’il débute « dans ce Montmartre où on est habitué aux chansons de salles de garde » avec Colchiques dans les prés, ritournelle scoute inspirée d’un thème ancien, ou la très belle ballade de Prévert pour le film Les visiteurs du soir de Carné (1942), interprétée à l’origine par Jacques Jansen, la voix chantée d’Alain Cuny, Démons et merveilles. On l’écoute ici en « Rendez-vous avec » invité par Jacqueline Joubert en 1956. 

Il fera paraître une quinzaine d’albums  jusqu’au milieu des années 80, dont des chansons poétiques spécialement pour les enfants (depuis 1958). Il consacra les 20 dernières années de sa vie, de l’autre côté de la scène,  à développer la culture et l’éducation populaire. En 2007 Jacques Bertin, qui chante aussi le même répertoire, comme Maintenant que la jeunesse, autre poème d’Aragon, crée le Prix Jacques Douai. En 2020 les prix, décernés à Hélène Hazera et Jean-Michel Piton, seront remis lors de rencontres privées. 

2 Réponses à Jacques Douai « Il n’aurait fallu »

  1. Tocade 13 décembre 2020 à 8 h 08 min

    Merci à NosEnchanteurs de cet hommage… Quel parcours et quel passeur de poésie ! le respect qu’il portait à son répertoire était aussi le respect de celles et ceux qui l’écoutaient et je me suis toujours senti « enrichi » de l’avoir écouté.
    Gérard Pierron, dont le nouveau CD était présenté il y a quelques jours fut je crois le 1er prix Jacques Douai… belle illustration d’un fil tenace et indispensable dans la chanson et beau rapprochement dans l’actualité du site,

    Répondre
  2. Perey 23 décembre 2020 à 15 h 22 min

    C’est bien de rendre hommage à Jacques Douai qui semble bien oublié. Son plus grand succès fut sans doute  » File la laine », chanson écrite par Robert Marcy , qui est toujours vivant ( à la date d’aujourd’hui ) et qui fête ses cent ans.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives