CMS

Claude Semal, en parfait état de marche

Claude Semal (photo Joëlle Rochette)

Claude Semal (photo Joëlle Rochette)

En ces temps où on prend facilement un mot pour un autre, où on mélange tout, précisons utilement que cet article ne parlera pas d’En marche, spécialiste s’il en est du « à reculons », de la casse des acquis sociaux.

Par Les marcheurs, chanson-titre de son nouvel album, Semal nous fait retour sur nos marches, celles « face aux chars aux matraques », « pour les droits civiques », « contre la bombe la guerre du Viet-Nam », « pour les droits des femmes », « pour le droit de vote pour l’égalité »« Ça fait 200 000 ans qu’on marche » nous rappelle-t-il : « On a marché longtemps avant les marcheurs ». Comme ce nouvel album est contenu dans le coffret de son intégrale, de sa Totale (lire ici ce que notre ami Pol de Groeve en a dit), il nous est facile de vérifier : Semal a effectivement toujours marché (en marge du marché du disque, soit-dit en passant) même s’il « cour[s] au renfort / de tous les combats perdus ».

L’œuvre de Semal lorgne – c’est une constance – sur la politique, qu’elle soit belge, française ou internationale. Il s’est toujours fait gazette et gazouille à nouveau. En fait il cigale mais « qu’est-ce qu’on peut faire / que cigaler nos vies de fourmis / et le dimanche lever nos verres / à la santé des insoumis ? » chante-t-il à l’adresse d’un prénommé François, derrière lequel semble se profiler Béranger.

Notre belge a de l’idée, faut dire que la condition humaine est source d’inspiration : ces vieux qui ont cotisé toute leur vie pour se retrouver en pension au cimetière des illusions, cette neige qui favorise l’aumône qu’on fait au mendiant, cette tâche sur la peau qui bientôt vous prive de vos cheveux, l’amour qu’on cadenasse aux grilles du Pont des Arts comme si on pouvait le voler… Et lui-même, Semal et ses remords et ses regrets (magnifique titre chanté en duo avec BJ Scott). Ses petites fissures aussi, qu’il voit indifféremment tant sur les centrales nucléaires que sur le visage des vieux chanteurs.

hqdefaultSemal aime ce qui relève de l’humain, dans ce qu’il a de beau et de tragique, de parfois scandaleux, de souvent touchant. C’est restitué par des phrases simples, sans emphase : la poésie du quotidien n’est pas celle des salons feutrés. Par des mots qui sont souvent comme des photos : des instantanés. Et des musiques qui cherchent parfois l’équivalent sonore du grinçant des mots, d’un geste, d’une action. Musiques partagées ici par pas mal de compositeurs, parmi lesquels Romain Didier, Salvatore Adamo, Yvan Tirtiaux, Franck Wuyts, Gil Mortio, Jean-Luc Fafchamps et Semal lui-même.

En parfait état de marche le Semal. A deux ans d’une retraite qu’il n’est pas prêt de prendre, il nous livre là à nouveau un bien bel opus où le talent le conjugue à la modestie. Jusqu’à l’Impasse Semal, malgré que « dans ce monde à qui perd gagne / on ne célèbre pas les perdants ».

 

Claude Semal, Les marcheurs, 2017. Le site de Claude Semal, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit de lui, c’est là.  Image de prévisualisation YouTube

Une réponse à Claude Semal, en parfait état de marche

  1. Joël Luguern 4 janvier 2018 à 10 h 57 min

    J’ai assisté à un spectacle de Claude Semal au « Limonaire », à Paris, il y a vingt ans. Et je ne l’ai pas oublié. J’étais écroulé de rire pendant toute la soirée. Mes voisins, des Anglais en goguette, ne comprenaient pas pourquoi je riais autant.
    En 2007, j’ai voulu voir son tour de chant au Festival d’Avignon, mais c’était -malheureusement pour moi – archi-complet.
    J’ai encore en mémoire ces quelques mots qu’il chantait à propos de Jacques Brel à l’adresse des Belges, ses compatriotes:
    « Au lieu de vous féliciter
    parce qu’il est né sur votre banquise
    vous feriez mieux de vous demander
    pourquoi il est mort aux Marquises »

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives