CMS

« Alors Chante ! », découvertes en avant

Barbara Weldens (photo Alain Reynaud)

Barbara Weldens (photo d’archives Alain Reynaud)

Dimanche 23 novembre, « Chansons en balade », Salle des thermes, St-Antonin Noble Val (82), en partenariat avec l’association « Même sans le train »,

 Par Claude FEVRE

Chansons en balade c’est encore l’association Chants Libres, qui œuvre pour la sélection de ceux qui deviennent en mai le plateau « Découvertes » du Magic Mirror.

Règle des trois : trois matinées sont organisées successivement dans trois villages du Tarn & Garonne, avec un plateau de trois postulants, sélectionnés sur écoute. Une belle façon de semer la bonne parole en milieu rural, de s’associer le concours des associations locales, et de mettre en valeur le financement du Conseil Général et du Crédit Agricole. Fonds publics et fonds privés font là bon ménage pour la défense et illustration de la Chanson ! Chapeau !

La semaine passée, Keith Kouna, Marcie et Les Gueules de Wab, à Montaigu-de-Quercy ; la semaine prochaine, Meauzac recevra Manon Ache, Jesers et Les Yuccas. Aujourd’hui, c’est à Saint-Antonin Noble Val, devant une salle pleine à craquer, où émergent quelques visages connus du monde de la chanson secoué par l’actualité montalbanaise (réunis récemment à Paris par la Fédération des festivals de Chanson francophone), que se produisent, pour un set de quarante minutes, successivement, Barbara Weldens, Pierrick Vivarès et Auren.

bbbbbbbbbbbbbbb

Pierrick Vivarès et Clément Faure (DR)

Autant dire que cette matinée commence fort avec deux Barbara. L’une au piano, Barbara Hammani, entendue récemment avec Coko et ses chansons oubliées, l’autre, au bord des armes, au chant, que dis-je, au charme, aux cris et hurlements, au corps qui vous offre autant de révolte que de séduction. Sensation d’être passé dans le tambour de votre machine à laver, vitesse maximale, d’être broyé, secoué, par des gammes d’amour chaotique. Avouons par-dessus le marché qu’il est très dérangeant quand on est femme, d’entendre, au rang derrière soi, le ricanement de quelques hommes, légèrement bousculés sans doute, quand la trentenaire entonne Où sont mes nichons ? Ou bien quand elle évoque la douloureuse et longue conquête de l’identité de femme. Et quand, à la fin, on croit trouver refuge dans une chanson douce, c’est avec ces mots là : Viens dans mon naufrage ! No futur ?

C’est donc, avouons, avec un certain réconfort que l’on voit venir le duo de guitares et chant de Pierrick Vivarès et Clément Faure. Ils sont des habitués de NosEnchanteurs… alors, faut-il encore rappeler l’exactitude et la diction de Pierrick, ses mots habilement tissés pour aborder les thèmes qui sont ceux de nos vies d’aujourd’hui, que l’on soit seul à méditer ou mêlé, confronté même, à nos semblables ? Arrêtons-nous, pour le plaisir de l’évocation, une fois encore, à ce détournement de Au Suivant du grand Jacques, que Pierrick achève avec du chant « diphonique », moment d’émotion intense.

Auren (photo d'archives C'Com)

Auren (photo d’archives C’Com)

Certes, avec ce duo sensible et profond, on est à des années lumière de ce qui vient ensuite, en clôture de cette matinée. Osons dire : erreur de casting ? La fraîche Auren, et son groupe pop–rock qui se défend bien d’ailleurs dans ce registre, se devait sans doute de représenter l’ouverture vers la jeunesse. Mais pourquoi donc avoir choisi cette parole insignifiante, à la frontière du ridicule, si l’interprète ne nous paraissait pas si jeune ? Une chanson aurait pu nous sauver de cette mièvrerie mais ce fut pire encore quand elle osa aborder le couple Frida Kahlo et Diego Rivera. On se serait pris à regretter qu’elle ne chante pas en anglais ! Heureusement on sait bien que la jeune génération a d’autres cordes à son arc pour nous convaincre.

Mais il est vrai que ce soir, les têtes sont ailleurs, à commencer par celles du président et des bénévoles de Chants libres, dont le sort se joue peut-être dans les heures à venir…

 

Ce que NosEnchanteurs a déjà dit de Barbara Weldens, c’est ici ; ce que nous avons déjà dit de Pierrick Vivarès, c’est là.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube

3 Réponses à « Alors Chante ! », découvertes en avant

  1. marc gicquel 25 novembre 2014 à 10 h 31 min

    Pierrick Vivarès continue de réjouir les coeurs et les oreilles. J’ai eu le plaisir de faire sa connaissance voici 4 ans au stage des Zondits à Autrans. Un type adorable qui m’a épaté par sa culture musicale et la qualité de ses textes.

    Répondre
  2. Danièle Sala 25 novembre 2014 à 17 h 09 min

    Aïe ! j’aurais dû commencer par la troisième vidéo, je la trouve un peu fadasse( pardon), après avoir été secouée fortement par Barbara Weldens, puis transportée tendrement par  » Les mots » de Pierrick Vivarès . Merci Claude, et que vive Chants Libres !

    Répondre
  3. TERRANCLE Roland 25 novembre 2014 à 20 h 47 min

    Merci à NosEnchanteurs et à Claude FEVRE en particulier.
    Le combat pour le spectacle vivant continue plus que jamais.
    Soyons réalistes exigeons l’impossible !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives