CMS

Vaslo, la voie du roi

Vaslo au Prix Moustaki 2021©Vincent Capraro

Vaslo au Prix Moustaki 2021©Vincent Capraro

En 2017 il sortait un premier EP cinq titres, Réveil, trois en anglais, deux en français, dont cet Amor(t) « Y en a qui disent à mort, à mort / Et on entend l’amour, l’amour / C’est dire à quel point on est sourd » mettant en garde contre les manipulateurs narcissiques « Y a pas de vie pour les cœurs creux », qu’il reprend dans son album 9 titres qui a tout remporté au Prix Moustaki. « I have to find my way », chantait-t-il en anglais. À mes oreilles il me semble trouver son chemin original en français, dans cette écriture tout à la fois simple, évidente et inattendue.

Avec ses textes bien écrits, à la poésie directe et évocatrice, et ses mélodies mémorables qui nous rappellent qu’il est fan de pop rock progressive, mais aussi de klezmer et de fado, Vaslo les a bien mérités, ses Prix Moustaki en 2021, avec lesquels nous avions fait sa connaissance. Mais pas que. Déjà premier prix et prix du public au Carrefour de la chanson en 2018, prix du jury et du public aux rencontres Mathieu-Côte en 2021, il a reçu un coup de cœur de l’académie Charles-Cros en 2022 pour son album À travers les regards sorti fin 2020. À avoir tous les talents (il est auteur, compositeur, multi-intrumentiste : clarinette et guitare) il aurait pu se perdre.

Car c’est aussi un très bel interprète, sensible, lorsqu’il reprend tant la mélodie lyrique La romance de Nadir, de l’Opéra Les Pêcheurs de Perle  - jadis popularisée par Tino Rossi – de Bizet, slamée puis chantée, et montant en puissance avec de la nuance, que Je suis comme je suis, de Prévert / Kosma, dont on se souvient par Gréco, ici habilement et multiplement jouée, et jusqu’aux Moulins de mon cœur de Michel Legrand, dans une interprétation aussi douce que chaleureuse. Il n’y a pas que la voix, passant du grave aux envolées lyriques, légères, il n’y a pas que les instruments, qui nous ouvrent des rythmes, des émotions et des voyages inattendus…

VASLO 2020 A travers les regardsNulle crainte à avoir, Vaslo a trouvé son propre style. C’est d’ailleurs ce qu’il nous raconte dans la chanson À travers : «  Il est temps que tu te libères / Les traces ne sont plus, tu es seul avec tes choix / Tant pis, si tu te perds, tu te perds », un peu la génèse de l’album. Il sait trouver les mots pour dénoncer les maux du monde contemporain, comme une originale prière « Délivre, délivrons-nous de nous (…) La vie peut se vivre debout » (Nous avons tout mélangé, dans un slam intense où il assemble de façon imprévue nos atteintes à ce monde : « La chair de notre chair / Et la chair à canon / Ce qu’il reste de notre air / Et la fumée du charbon », nos oublis, nos erreurs, nos espoirs… Le temps des oubliés se fait supplique, murmure qui s’amplifie dans une cantate fervente, où le violoncelle de Martina Rodriguez et les percussions de Pierre Mahier jouent leur partition pour susciter l’émotion. Il peut aussi chevaucher des fantaisies héroïques pour évoquer des amours dévorantes  : « Tu es princesse au corps changeant / Tantôt le creux tantôt le plein / Tu tiens le fil entre tes mains / Et mon amour est ignoré ». Première pierre est cette ballade si délicate qui avait attiré notre attention en 2020, juste avant la parution de l’album, où il fait si habilement ricocher passé et avenir. Trois titres restent en anglais, avec l’envolée lyrique finale sur At last. Un album touchant, de toute beauté. 

Vaslo,  À travers les regards, 2020

Le site de Vaslo, c’est ici. Ce que NosEnchanteurs en a déjà dit, là.

En concert jeudi 11 août 2022 et dimanche 14 août à Dinard, le 26 août à Foix


Nous avons tout mélangé/Réinventer/A travers Live 2021 Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives