CMS

Déconfinement, vraiment ?

Enregistrement confiné de Frasiak & co, T'as c'qui faut

Enregistrement confiné de Frasiak & co, T’as c’qu’il faut – Captures d’écran

Ça y est, on peut retourner au supermarché, dans le métro même sur la ligne 13 toujours bondée, au bureau ou à l’usine, dans les administrations, dans certaines écoles, chez le coiffeur, sur des autoroutes au milieu des bouchons, dans de petits musées, des librairies, même dans les lieux de cultes, et dans les espaces naturels. Et les avions. S’ils parcourent moins de 100 km ? Non. Enfin ça dépend. On verra.

A condition de respecter la distanciation, non pas sociale – en rapport avec la relation et la communication des humains, ce qui impliquerait la cessation de toute convivialité, de toute solidarité – mais physique. Ne pas se toucher, soit. Pas plus de dix à la fois. Porter un masque si l’on est trop serrés, si se parler risque de générer des gouttelettes, dangereux postillons, voire, peut-être, des aérosols. Ne pas se repasser les objets (ça devient plus difficile). Ou bien laver, désinfecter en permanence.

Mais pas au café, au restau, au ciné, au théâtre, au concert. A la plage, sur les quais des fleuves et canaux, au bord du lac, on peut y aller, mais pas s’asseoir. Il faut s’agiter d’un perpétuel mouvement. Pourquoi cela ? Assis à un ou deux mètres de distance on est plus dangereux que courant essoufflé ? Circulez, il n’y a rien à voir. C’est comme cela et il n’y a pas à discuter . Et encore, ça dépend de ce qu’a dit le préfet, le maire, le policier de service. Aux dernières nouvelles bars, restau et parcs rouvrent après le 2 juin. Pour s’asseoir sur les plages, ça dépend encore…

En tout cas s’il y a bien une chose qu’on ne peut pas faire pour l’instant, c’est aller au concert.
Le 28 mai, voilà ce qu’annonçait le plan de déconfinement à partir du 2 juin: « Dans les zones vertes, les salles de spectacle et de théâtre pourront rouvrir à partir du 2 juin. Le port du masque sera obligatoire ». « Les salles de cinéma rouvriront à partir du 22 juin. » A condition de respecter règles de distanciation et gestes barrières… Et pas en zone orange (Ile de France, Mayotte, Guyane). Là, il faut carrément attendre le 22 juin pour toute espèce d’ouverture, et au conditionnel.
Edouard Philippe a estimé « Notre plus grand adversaire, ce sont les très grands rassemblements ». Encore plus « dans un milieu confiné et sans organisation spécifique ». A suivre pour les festivals, interdits jusqu’à la mi-juillet (beaucoup d’organisateurs, dans l’incertitude absolue, les ont annulés…) et les salles de concerts, même petites, qui n’ont pas toujours les moyens pour s’organiser. 

A l’intérieur, le bonheur est dans la proximité, l’artiste, le public chante, transpire, bat des mains, se parle, se touche, boit à même une bouteille ou une gourde qu’il repose par terre. S’il y a peu de monde (quand même souvent plus de dix ou vingt personnes), c’est la promiscuité, sans air renouvelé, ou alors un air traité, refroidi, soufflé, dont on ne sait pas ce qu’il peut propager. Assis ou debout, on est serrés, sauf si vraiment le spectacle n’a pas de succès, et cette convivialité qui fait la force des petits lieux nous inquiète à l’heure présente.

Si c’est dehors on dépasse vite les cent, les mille, les cinq mille, serrés les uns contre les autres, on danse, on crie, on se heurte, on pogote, on se balade avec des bières et des sandwiches…

Donc le déconfinement, et particulièrement pour les amateurs de musique, ça n’a rien à voir avec la liberté. Ou alors une liberté très surveillée. On est tous devenus des chiens en laisse. Et même sans laisse, on suit parce qu’on a peur.

En ligne :

Les artistes l’ont bien compris. Déconfinés ou pas, ils continuent à créer chez eux, et à nous envoyer leurs créations, en direct ou en différé, via facebook, Instagram ou YouTube. La SACEM reconnaît ce moyen de diffusion, puisqu’elle a décidé de rémunérer les artistes auteurs. Elle a elle-même organisé des concerts de 30 mn sur facebook , les « Scènes Sacem Oxygène ». A revoir sur leur page facebook ici. 

Certains créent des spectacles dans les conditions de concerts, avec un chapeau virtuel, filmés dans des lieux de spectacle avec un nombre de participants inférieur à dix personnes, techniciens, musiciens et public éventuel compris, retransmis sur internet. Jeudi 28 mai depuis A Thou bout d’chant à Lyon, avec Nicolas Bacchus, Evelyne Gallet et en invité surprise Fred Bobin

Les P'tites conférences d'Ignatus au Train Théâtre

Les P’tites conférences d’Ignatus au Train Théâtre

Le Festival Les folies vocales d’Agen s’est réalisé Online du 23 au 31 mai, avec Chanson plus bifluorée, Juliette, Les itinérantes, Triwap

 

Ecoutez les passionnantes P’tites conférences confinées d’Ignatus (Jérôme Rousseaux) pour Le Train Théâtre : 1968, la chanson se libère, en trois parties.

Et toujours l’émission de chansons à thème de GullyGurdy, alias Guillaume Duthoit,  sur RadioCampus.be, les chansons de l’Echanson, le 26 mai c’était Chansons noires, programmation toujours aussi pointue, musicale, magnifique avec  Hélène Martin, Bashung, Babx, Jacques Higelin, Jean-Louis Murat, Les soeurs Boulay, Nicolas Jules, Gabriel Yacoub et Sylvie La Bergère, Debout sur le Zinc, Weepers Circus, Nino Ferrer, Michèle Bernard…  Toutes ses émissions en podcast ici

 

 Les réouvertures :

Le Bijou à Toulouse rouvre en jauge réduite à partir du 11 juin, avec entre autres Claude Fèvre et Lucien La movaiz graine le 12, Lise Martin et Chouf le 18, Jules Nectar le 25 …

Jann Halexander annonce ses premiers concerts qui reprennent : le 22 juin à L’Atelier du Verbe, des concerts chez l’habitant, puis le 3 et le 4 juillet à l’Entre deux à Angers pour un concert « dix-sept ans de chanson »; le 2 juillet Du Gabon à la Russie avec Veronika Bulycheva, le 8 juillet Chants nomades avec Claudio Zaretti…au Théâtre du Gouvernail. Puis d’autres concerts en septembre – octobre. 

Premier Festival annoncé, Chansons sous les étoiles à Bouc Bel Air (13)  les 17 et 18 juillet avec Isabelle Fraval, Les Jetés de l’encre, Mathieu Pirro et Christian Vives

 

Et toujours en ligne, quelques rencontres au hasard des internets,  relevées jusqu’à fin mai approximativement, me signaler les vidéos dont je n’ai pas eu l’information. Voir aussi les chansons du jour. 
On écoute/ regarde :

Patrick Abrial, Béral (Albert Sellem), Claudio Zaretti et le Duo Da Capo (Rachael, so british, et Bernardo, latino) ont l’air de bien s’amuser ce vendredi 29 mai, et surtout ils font de la bonne musique.  Retrouvez Da Capo qui était en direct le 28 mai sur YouTube ici

Alcaz continue ses rendez-vous déconfinés de son salon.

Anthony Alborghetti,
comédien, musicien, chanteur, directeur artistique de l’Atelier Florentin à Avignon, chante en famille avec ses deux filles bien dans la lignée de leur père, c’est joyeux, plein d’entrain, je recommande particulièrement leur version de Ta Katie t’a quitté (Boby Lapointe). Il présentait l’an dernier au Off d’Avignon le réjouissant « Autant qu’on s’emporte en chansons », spectacle entre music-hall et chanson française, mise en scène Sylvain Richardot de Chanson plus bifluorée. Vivement que les festivals déconfinent…

Alsina reprend les plus belles chansons du répertoire, avec une prédilection pour Nougaro et Nilda Fernandez

Jean-Louis Aubert nous l’avait dit : ce n’est qu’un au-revoir de confinement, le voici de retour avec un concert complet, et des chansons régulièrement. 

L’Avalgamme, groupe vocal entre grisons et jeunots, reprennent avec esprit le répertoire, de Toulis à Aldebert en passant par Brassens. 

Pascala Balagosse  sur facebook raconte une histoire sans mots mais pas sans amour, enchaînée avec la très belle ballade yiddish Tumbalalaïka, tout en mélancolie rêveuse,avec son accordéon et la guitare de Yann Malau, repris également sur YouTube : chansons au jardin, en concerts. 

Les concerts de Martin Mabz Une oreille à bord

Les concerts de Martin Mabz Une oreille à bord

Martin Mabz Béziers met progressivement en ligne sur YouTube les nouvelles chansons crées pendant le confinement, issues de ses concerts quotidiens #uneoreilleàbord qui lui ont permis de reprendre les chansons depuis le début de sa carrière, de faire des reprises originales, d’inviter de nombreux invités, dont fidèlement ceux de sa famille d’artistes. 

Une passionnée de chanson, accueillant souvent des concerts en appartement et enseignante, Nathalie Blanchard, s’exprime elle-même en chanson pour exprimer son mal-être, sur l’air du Déserteur, refusant l’école distanciée. Chanson pleine d’émotion qui a eu un impact important.

Barbe Blanche est toujours là avec sa voix déchirée, sa guitare et ses compositions originales ou reprises, notamment d’Yves Jamait. Les violences aux femmes inspirent décidément les artistes, écoutez la poignante Vivre autre chose , ou Elle danse.

François Barriet continue ses #Barrietlivepréapéroun par semaine le weekend.

Bertrand Belin est sur France Inter, retransmis en même temps sur facebook. Et quelques chansons de temps en temps.

Jean-Louis Bergère nous offre Phénix en session Cargo confinée.

Louis Bertignac continue ses chansons et concerts, l’avant-dernier dimanche 24 mai sur Dylan.

Rodolphe Burger donne en ce dimanche de Pentecôte un nouvel épisode dit, dansé, joué de sa série confinée avec ce superbe passe-muraille, avec  Sarah Murcia, Alexandra Nodet, Bertrand Belin. A danser, méditer, murmurer, respirer. « On met la musique, on danse, bras dessus, bras dessous… Sans main ni visage »

Jean-Louis Cadoré continue à chanter, en anglais, en français sous ses poutres ou devant ses volets bleus.

Matthieu Chedid replonge dans Lamomali en duplex avec sa sœur du Mali, Fatoumata Diawara. Une âme…Relire l’article de Pol de Groeve sur l’album.
Le 25 mai il sort Croîs au printemps, vidéo participative, notre chanson du jour, après Le grand petit concert du même nom, et jeudi 28 donne un Grand Petit Live, concert en famille avec Nach et Joseph. 

Christelle Chollet (L’empiafée) , comédienne, chanteuse et humoriste fait des parodies satiriques de chansons populaires… et un concert entier. Toutes ses vidéos ici. Saluons au passage le souvenir de Jean-Louis Beydon qui l’accompagnait sur le spectacle L’empiafée.

On suit toujours Lily Cros et Thierry Chazelle dans leurs concerts confinés. En hommage à Guy Bedos et son humour « gentiment cruel », personnellement ça me mouille les yeux, Le vieux chien. On peut télécharger les dix-huit premières chansons, et les dix-huit suivantes (19 à 36).  

Lionel Damei donne des extraits de ses récents concerts sur scène, notamment le superbe Emoovoir, juste avant le confinementavec le danseur de break-dance Geoffroy Durochat. De toute beauté, il faut regarder toutes les vidéos. 

Olivier Defays, saxophoniste, fils de l’acteur Pierre Richard et sa fille, Maë, petite fille de l’acteur, à la voix de jazz woman ravissante, tour à tour claire, grave ou légèrement voilée, donnent  leur chanson Comme une plume au vent, sur de belles images d’enfance de Sempé à Truffaut en passant par Saint-Ex, Doisneau et bien d’autres. 

Jean-Marc Dermesropian donne deux chansons par jour ou mini concert depuis le déconfinement, bossa, Brassens, instrumental, poésie et quelquefois une poésie d’Edith Thénot

Pierre Dorenlot donne rendez-vous tous les lundis au Cabaret chez Piépierre, un piano-voix très swing et des textes qui se jouent des mots et des sonorités.

Clarika et ses boys tiennent salon tous les mercredis. Le 27 mai c’était La chanson d’Hélène en l’honneur de Michel Piccoli et Jean-Loup Dabadie

(Nicolas) Fraissinet a réalisé un très beau mini concert – tant sur la forme, image et sons excellents, que sur le fond – sur facebook et What’sapp dimanche 17 mai. 

Eric Frasiak donne encore quelques rappels de son concert en pointillé. Il vient de réaliser en confinement l’enregistrement d’une de ses superbes chansons d’amour, d’autant plus appréciées que le sujet n’est pas le plus traité dans son œuvre : T’as c’qu’il faut est la déclaration que toute femme souhaiterait recevoir : « C’est pas un cul ! / C’est une planète où s’est craché mon météore / Une île déserte où t’as enterré ton trésor / Une rue d’Paris où on avance qu’au ralenti / Une gal’rie d’art que j’visit’rais bien tous les soirs ». L’inventaire est complet et les atouts physiques renvoient aux qualités de l’âme de la dame qu’a tout c’qu’il faut « C’est pas des mains, c’est des caresses pour mes chagrins / C’est pas des bras, c’est ma maison quand rien ne va ». Chapeau Monsieur Frasiak ! Avec parmi les musiciens Steve Normandin à l’accordéon.

Galim 2020 22 05 Dame de CantonGalim aurait dû faire son concert de sortie d’EP, le bien nommé Faire Face, sur la péniche de La Dame de canton avec ses musiciens… Elle a été contrainte de nous présenter ses chansons en direct de chez elle, face à son écran plutôt que son public, à écouter : 1- Faire face ou fuir à 2’50 », 2- Saigner des rêves 6’10 », 3- Zappar 11’30 », 4- Sans la nommer (Moustaki) 15’00 », 5- La femme à bulles 19’00 », 6- Le sorcier du Prado 24’30 », 7- Cannibales 31’20 », 8- Une envie égoïste 37’30 ». Elle a également participé au Festival Fleur des Chants, voir le précédent article

Gdon avec Alain Ledrôle dédie une chanson aux vieilles gens, Ceux qui restent, en soutien aux personnes âgées isolées.

Les Goguettes en trio (mais à quatre), en attendant une hypothétique tournée en 2020 (mai et juin 2021 sont déjà prévus à La Cigale) continuent à s’inspirer de l’actualité. Certains veulent enfourcher un tigre quand d’autres voient des diamants dans le ciel, et la couleur des gens qui meurent à Minneapolis (chantée par Valentin Vander) les interroge (musique William Sheller). A suivre. 

Les goguettes en quarantaine réunissent une pléiade d’artistes réinterprétant des chansons connues en fonction de l’actualité. Où l’on retrouve Fanfan, Gildas (Thomas, voir aussi en individuel), Stan (Monnier), Patruche (Mercier), François, Jean-Paul et les autres… A explorer ! 

Pascale Gueillet toujours en direct avec ses chansons pour les enfants pour un quart d’heures à 18 heures jusqu’au 31 mai, puis en juin les mercredi et les jeudis. 

Guillo réinterprète Made in Madness, écrit en 2015, dans ce monde qui devient de plus en plus fou. « Perles de sueur tombées du front / Sur les petites mains qui s’échinent / À la chaine / À la mine / Pour celui qui peine / Pour celle qui trime / Mmmmh / Made in madness ».

Arthur H poétise sur l’attestation avec Léonore & Maxence Mercier, Brad Scott et Nicolas Repac, confinés à Paris et à Bormes. « Con fini confiné dans l’infini ».

La rue Kétanou donne Je mentirais, de leur dernier album 2020. Vivement Les retrouvailles en concert ! D’autres belles vidéos comme ce beau Papa Ours de Florent Vintrigner.

Les Humeurs fait Le saut de l’ange sur YouTube, mélancolique et beau, en avant-garde de son prochain album, et donne de grands concerts confinés depuis mars avec un très beau choix de chansons et de reprises.

Hervé Lapalud continue ses rendez-vous, désormais sur sa page pro, tous les vendredis, une chanson ancienne ( vendredi 29 mai Je vends de l’eau, alias Ali Les Bons Tuyaux) ou nouvelle, comme Macache, et une lettre, poétique, philosophique… par exemple au grand Georges !

Bernard Lavilliers continue ses guitar song une fois par semaine, devant son mur en pierres apparentes.

Aubry Lhomer #chanteàlamaison Côté Cortex, qui nous incite à écouter le petit vélo qu’il a dans la tête. C’est maintenant #unechansonparjour, nouvelle ou ancienne, comme On a marché sur la dune ou Le choix des chaises.

Très jolie chanson post confinement pour Lowell : « J’avais pas, j’avais pas autre chose que la nuit / Sur le cœur pour t’offrir, pour t’offrir du joli / C’était trop peu pour te garder te garder dans ma vie /Aujourd’hui, aujourd’hui le soleil m’a dit oui.. ». A retrouver bientôt. 

Yann Malau a continué ses concerts au salon jusqu’au 22 mai, où il a chanté en plus du répertoire plusieurs de ses chansons : Les soldats, L’amour araignée,  Gwen Ha Du, De souche
Tourne farandole. Très à l’aise à cet exercice de concerts en direct, il s’emploie maintenant à promouvoir tous ses amis artistes !

Basile Martin, quand il ne rend pas hommage à Ménilmontant dans une très jolie balade colorée (chanson Louis Ritman),  parodie Jauni Hallyday…L’avis des médias (sourire) :
« Surréaliste ! Mais qu’a voulu dire l’auteur ?  » (Bizar Magasine)
« Le dérapage, la fois de trop » (Valeurs za poubelles)
« Il agite encore l’écharpe rouge !  » (Le Barbeur du mariage du Figaro et de la finance)

« On like et on partage, abonnez vous à cette chaîne » (Youtuberama)
« Les Gilets Jaunes, ça commence à bien faire » (L’Immonde)
« Il faut vivre ensemble, mais pas avec n’importe qui » (Radio sournoiserie)
« Trop cooooooool, loool !  » (French Intox)
« Ca va défoncer les durs de la feuille de chou » (Salit Hebdo)

Pascal Mary, après avoir envoyé une « petite dernière », ballade superbement mélancolique comme il sait si bien le faire le 9 mai, du genre qui vous tire des larmes et vous rend assoiffés de tendresse pour vous consoler, a envoyé le lendemain, « juste avant la date de péremption » une chanson drôle, enfin pour les animaux plus que pour les humains, Confinés jusqu’à la saint Glinglin, bien dans sa verve habituelle : « Gardez l’vaccin ! »

Maxence Melot continue une fois par semaine les jeudis les rendez-vous avec Sheller. A découvrir, La Navale. Egalement sur YouTube, avec son concert du Festival Fleur des Chants.

Mirthe (Verneuil), la touchante chanteuse rock-folk, compose sur les textes de l’auteur-poète Rémy Verneuil.  Préférant pour son public s’exprimer en français, elle reprend également les titres des grands folk-singers tel Dylan adapté par Rémy. Elle touche aussi au répertoire trad’ et musique du monde. 

Morikan après des chansons en individuel a réuni tout un collectif de filles pour une superbe belle reprise de Camille, Je ne mâche pas mes mots : Lisa Caldognetto, Myriam Mymi Sow, Géraldine Bitschy, Anaïs Ns, Claudine Pauly , Sarah Mikovski, Joe Bel, Célia Tiab, Garance Feu,  Célia Kameni, Cindy Pooch, Stacy Claire, Elina Jones, Billie, Elsi Etna ,Francesca Frigeri, MELBA , Thaïs Lona, Margaux Delatour, Isa Belleau, Rebecca Roger, Cruz, Olivya Vi ,Anaïs Laugier, Léopoldine Angot

MPL présente sa si extraordinaire déclaration d’amour, E.C.D.T. « Je suis en chien de toi », de leur récent album l’Etoile (2020), relire notre article

Nébié c’est bien rappe sur un peu tout et n’importe quoi,  avec de l’humour, de l’idée, de l’inventivité. Quelquefois des parodies, d’autres des créations, j’ai un faible pour La dent et Eve,  sur les femmes victimes de violences conjugales. De belles trouvailles autour de la pomme pour dénoncer l’impardonnable.

Steve Normandin et  Sylvie Briday (Kourouk et Mashka) continuent leurs concerts au piano, ou même à l’accordéon en camionnette aménagée, pour les petits et les grands.

Patrick Ochs met en vidéo des chansons de ses précédents disques qui prennent un sens tout particulier avec la situation actuelle, avec toujours son expressionnisme générateur d’émotion. L’ombre chinoise, de son album éponyme de 2015, devient ainsi une métaphore de l’invisibilité actuelle des artistes privés de leurs concerts vivants. Il présente aussi de nouvelles chansons de son album à venir, tel ce rêve d’un ailleurs, d’un futur intérieur , un Petit Hôtel sur une île…

Nicolas Peyrac continue ses concerts ou chansons en direct

Gil Pistil prépare un album pour la rentrée, dont on peut voir la jolie progression sur sa chaîne YouTube. En direct sur facebook, il est aussi en juin tous les jours pairs à 19h en direct sur vos écrans, pour des reprises anglaises et françaises sixties/seventies et ses chansons de temps en temps, et ça fait du bien. 

Alexandre Poulin continue depuis sa bibliothèque ses vidéos de chansons au temps du COVID-19, qu’il nous présente à la lueur des événements actuels, comme la si belle L’écrivain ou le 23 mai, ce dont il rêve, Comme des enfants en cavale. Et toujours avec son éclatant sourire non masqué, c’est bon pour le moral

Olivier Rech revisite Qui a tué Grand Maman de Polnareff à l’ombre du coronavirus.  

Thierry Romanens nous parle tous les matins  très tôt ( rendez-vous 7h27 !) , sauf les week-ends, du fond de son jardin, sa jungle personnelle à côté des toilettes sèches, parfois agressé par un houx rebelle, nous raconte rêves et souvenirs, au son de lointaines cloches et du chant des oiseaux, ou sous son parasol/parapluie rouge. Il reprend aussi bien Gainsbourg, son herbe tendre ou son havane, Dick Annegarn bien dans son jardin avec son géranium, Pascal Rinaldi que Clo-Clo ou Téléphone, Boby Lapointe ou La Madrague immortalisée par BB, même Brassens, sa poupée ou ses 95 %, Renaud ou Nino, Le Forestier et son arbre dans la ville, Dassin et son été indien, Jonasz et ses glaces à l’eau, et ça nous met en joie. A suivre…

Les chanteurs de Tôt ou Tard Demain demain de Claude Sicre

Les chanteurs de Tôt ou Tard Demain demain de Claude Sicre

La chanson de Claude Sicre des Fabulous Trobadors est reprise par les chanteurs du label Tôt ou tard, Blick Bassy, Mathieu Boogaerts, Philippe Campion, Cats on trees, Chiloo, Clou, Albin de la Simone, Vincent Delerm, Clément Ducol, Erza Muqoli, Féfé Leeroy, Foé, Yaël Naïm, Noé Preszow, Shama ponk et Vianney, également sur YouTube.

Ginette Reno au Québec chante le slogan de l’espoir québecois #ÇaVaBienAller sur des paroles d’André Gagnon et Ginette Reno, Musique : Pascalin Raynault 

Alain Sebbah, habitué du Festival Brassens de Vaison la Romaine, connu pour son interprétation de Serge Lama, dont il a la voix, a donné quatre chaleureux concerts complets en direct à travers les écrans pour son public, chansons de Lama mais pas que, qu’il a l’habitude de re-situer dans leur contexte.  

Gildas Thomas confiné repart en individuel, d’abord avec sa version de Confiné avec toi, puis ne pouvant se passer de chorale, se « détriplant » sur une très réussie Le nez dans l’guidon, allant jusqu’à se démultiplier en dix voix (pas plus, après il faut une attestation spéciale du gouvernement !) pour finir Misanthrope.

Volo ont enfin le bonheur d’être #Avec son frère pour un mini concert de vingt minutes, avec : « Chanson française / Joséphine / C’est pas tout ça / T’es belle / Bout de trottoir / Depuis quand », et d’autres à venir.

Francis Weill continue fidèlement ses reprises de Brassens, mais il convient de l’écouter aussi dans ses œuvres, tel ce beau Cri des arbres. 

Watine, qu’elle aille bien ou mal, improvise au piano, et c’est beau. 

Alain Withier continue au jardin ses belles reprises d’Allain Leprest.

Yo (Un son par semaine) redonne une chanson d’amour et de rupture, Etoile. On peut explorer son univers très …éclectique sur sa chaîne YouTube. Il a même fait une vidéo virale avec ce Je m’appelle covid qui tente de dédramatiser le sujet !

Yrendunn enregistre ses chansons du répertoire, Brassens, Moustaki, Ferrat, Trenet a cappella. Belle justesse d’interprétation dans cet exercice périlleux. 

Les articles « confinement » de NosEnchanteurs, c’est ici.

 

Lionel Damei, Il en va de nos vies Image de prévisualisation YouTube

Eric Frasiak, T’as c’qu’il faut Image de prévisualisation YouTube

Mirthe, Je nous aime Image de prévisualisation YouTube

12 Réponses à Déconfinement, vraiment ?

  1. Patrick Abrial 1 juin 2020 à 11 h 38 min

    Merci Catherine et Michel… pour votre soutien sans faille et votre rage a aimer les artistes. Nous sommes des enfants… ça nous fait du bien…

    Répondre
  2. Jean-Louis Cadoré 1 juin 2020 à 11 h 40 min

    Plus que merci Catherine et des bisous chantées pour toi et l’équipe du journal…et aux copines pains de passage ici

    Répondre
  3. Jean-Marc Dermesropian 1 juin 2020 à 11 h 41 min

    Merci, chère Catherine, pour ce soutien permanent envers les artistes.

    Répondre
  4. Gildas Thomas 1 juin 2020 à 11 h 43 min

    Merci Catherine ! Belle initiative. Impressionné par autant de curiosité, de rigueur et de passion !!

    Répondre
  5. Alain Withier 1 juin 2020 à 11 h 44 min

    Merci Catherine pour cette croisée des chemins et des multiples liens qui mènent à notre « quotidien de la chanson ». Évidemment, on va pouvoir y piocher… pour conserver la motivation et l’énergie aussi.

    Répondre
  6. Yann Malau 1 juin 2020 à 11 h 45 min

    Merci Catherine, Michel et toute l’équipe de poursuivre ainsi l’aventure. Bises

    Répondre
  7. Maxence Melot 1 juin 2020 à 11 h 48 min

    Merci Catherine Laugier et Nosenchanteurs pour ce chouette recensement !

    Répondre
  8. François Barriet 1 juin 2020 à 11 h 49 min

    Merci une fois de plus Catherine Laugier et NosEnchanteurs, le Quotidien de la chanson, pour le coup de projo !
    Et vive la musique live quoi qu’il arrive !

    Répondre
  9. Cécilia La Bretonne 1 juin 2020 à 11 h 59 min

    Superbe article, Catherine, pour que plus que jamais vive encore et encore la Musique !

    Répondre
  10. Val Marie 1 juin 2020 à 12 h 02 min

    Merci à Catherine Laugier qui assure un travail titanesque pour la survie de nos artistes ! Bravo Catherine ! belle journée

    Répondre
  11. Michel Kemper 1 juin 2020 à 12 h 03 min

    Nouveau volet d’un titanesque travail qu’on doit à Catherine Laugier, âme de NosEnchanteurs et sa plus grande documentaliste. Cet article est à partager de partout. Allez, au travail, cher lecteur !

    Répondre
  12. Pascale Gueillet 2 juin 2020 à 0 h 27 min

    Merci Catherine pour ton soutien et relais journalistique….tu es aussi tenace que nous…ça fait chaud au coeur ! Merci à Michel pour son suivi et à Nicolas pour le bel article qu’il m’a consacré pendant le confinement !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives